Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: CADRE DE VIE - La Vieille ville, poubelle de Bône
Zone Membre
Publicités

Annaba: CADRE DE VIE - La Vieille ville, poubelle de Bône

Publié le 29/06/2014
La Vieille Ville, avec « La Place d’armes », autrefois rayonnante et majestueuse, est devenue aujourd’hui la poubelle de Bône, l’actuelle Annaba, sans que personne ne bouge le petit doigt  et réagisse pour sauver un pan du patrimoine national de la déperdition. Les quelques personnes qui se sont  déjà manifestées pour protéger la Vieille ville, n’ont pu rien faire face à la dégradation du cadre de vie et aux menaces d’effondrement des vieilles bâtisses. Le visiteur découvre aujourd’hui que la vieille ville de Abou Merouane Charif, offre un paysage de désolation et de tristesse avec les montagnes d’ordures ménagères visibles à travers ses quatre coins et des  immeubles presque en ruine, à l’exception de quelques uns. Les dépôts d’ordures ménagères sauvages ont rendu la vieille ville infréquentable et repoussante. Sa fameuse place publique centrale où se rencontraient, il y a quelque années, des badauds pour s’attabler autour d’un café et  passer des moments de plaisir et de repos, est investie aujourd’hui par des marchands de fruits et légumes installés à l’air libre, n’attire plus les gens sauf ceux de passage vers la ville coloniale. Autrefois, les déchets domestiques étaient transportés à dos d’ânes car les ruelles exigües de la vieille ville ne permettaient pas le passage des camions éboueurs. Ce qui explique aujourd’hui l’état d’insalubrité et de saleté avec les dépôts d’ordures sauvages dans la cité. La difficulté de collecte et de ramassage des ordures ménagères à cause des spécificités architecturales de la vielle ville, peut être prise en charge dans le cadre de la sous-traitance avec la création de micro entreprise par des jeunes au chômage. L’actuelle équipe de l’Assemblée populaire communale (APC) de Annaba, à sa tête M. Farid Merabet, ne peut pas, à elle seule, améliorer le cadre de vie sans le civisme des habitants et le délestage de certaines activités de la commune au profit de personnes à la recherche de revenus. La volonté que nous avons constatée chez certains jeunes soucieux de la préservation et la protection de la vieille ville durant les décennies précédentes, a été complètement évacuée aujourd’hui pour laisser place à l’insouciance et  à l’oubli. Ceux qui ont fait et continuent de faire de la vieille ville un tremplin pour l’acquisition d’un logement, ont-ils triomphé ?

lestrepublicain - 29 Juin 2014 - Hocine Akli

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Infrastructures sportives - Des stades à l’abandon
Actualité suivante »
Annaba: ELECTRICITÉ - L’ex-Sonelgaz rompt avec les délestages

Les Commentaires

"J'ai gros sur le cœur"

Mon quartier de naissance
Mon quartier d'enfance
Je te pleure du fond du cœur
La distance nous sépare
Mais nos sentiments nous rapprochent

Ton absence me laisse vide
Tes appels remplissent ce vide
De tes ruelles je garde un grand souvenir

J'ai une larme du fond du cœur
Une larme qui exprime ma douleur
Que tes habitants t'avaient oublié
Mais pas moi, qui gardera ton odeur de jasmin de ta mosquée de Abou Boumarouane El Charif

Que Dieu exauce mes prières pour te protéger.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires