Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: ANIMATIONS - Les habitants regrettent les soirées d’antan
Zone Membre
Publicités

Annaba: ANIMATIONS - Les habitants regrettent les soirées d’antan

Publié le 13/07/2014
Les rencontres sont parfois fortuites. Et si elles surviennent entre deux personnes c’est aussitôt du passé qu’on va parler. La ville qui se dégrade, les mœurs qui ont changé, les injustices dans l’attribution de logements à des particuliers qui viennent de débarquer alors que les enfants de la ville continuent à respecter les traditions ancestrales, craignant de sortir du nid patriarcal et se voient écartés de la course par des opportunistes. La campagne est en train d’accueillir les citadins alors que la ville recueille les ruraux. Le monde a bien changé certes, il faut le concevoir. Cependant cela n’empêche que le Cours connait toujours cette animation qui fait que la ville paraît vivre. Des soirées culturelles attirent beaucoup de monde et nous avons constaté de visu que le théâtre Azzedine  Medjoubi était complet pour la première soirée des  fêtes organisées ce Ramadhan 2014. Les familles paraissent apprécier les musiques chaâbies et plus particulièrement le malouf. Ainsi Cheikh Lakhdar Kesri et l’ange blanc Hamdi Benani ont retenu le souffle des spectateurs présents en cette soirée du jeudi 10. Par ailleurs toutes les chaines de télévision nationales ou privées étaient au rendez-vous pour comprendre l’importance de l’événement. Et à chacun de prendre des vues de cette magnifique soirée. A notre sens, il aurait été plus judicieux de demander aux citoyens de donner leurs impressions, non pas sur l’organisation; ni le service d’ordre car cela était impeccable, mais sur le choix des chanteurs et des troupes musicales, les horaires etc… Il n’y a pas si longtemps, des orchestres chantaient dans les cafés populaires toutes les nuits de ramadhan, offrant une ambiance particulière à chaque quartier. Malheureusement, ces festivités purement bônoises ont disparu et ne risquent plus de réapparaitre. Heureusement que la solidarité humaine existe, quant à elle, lorsqu’on constate la profusion de restaurants « Arahma ».

lestrepublicain - 13 juillet 2014 - Ahmed Chabi

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: EL BOUNI - Chute mortelle d’un bébé du 2ème étage
Actualité suivante »
Annaba: Un sexagénaire tabassé en public au centre-ville

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires