Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: SIDI SALEM - Une cité dans la détresse
Zone Membre
Publicités

Annaba: SIDI SALEM - Une cité dans la détresse

Publié le 25/12/2014
La cité de Sidi Salem, qui a la chance d’être située en bordure de la Grande bleue, souffre de mille et un maux.  Tout d’abord  la promiscuité  dans laquelle évoluent de nombreuses familles qui occupent des F2 et qui ont salué l’initiative prise par l’Etat en recasant celles qui logeaient dans des studios. Elles espèrent que leur tour viendra par la suite.
Le cercle de la famille s’étant agrandi depuis l’occupation des lieux et maintenant se pose pour les résidents le problème d’espace vital. Le deuxième problème est bien celui des habitations de « la SAS » qui sont là depuis une bonne cinquantaine d’années à patienter, et à subir les effets de l’amiante  qui  fait partie des matériaux  du mélange de ciment de ce produit cancérigène des plaques « Eternit »  qui sert de toiture. De nombreuses personnes sont mortes du cancer suite à l’irradiation subie, d’après nos informations recueillies auprès d’habitants de cette cité.
D’autre part, l’un des dangers les plus importants est bien celui des vaches errantes qui sont la cause de nombreux accidents parfois mortels, lorsqu’elles enjambent les glissières pour traverser la RN 44. Profitant des saletés qui sont déversées à ciel ouvert dans les différents  coins et recoins de la cité, elles trouvent là leur pitance et ne gênent pas pour eventrer les sacs poubelles. Cela fait bien sûr l’affaire des propriétaires de ces véritables troupeaux errants.  L’on se pose alors la question de savoir si le lait qu’on récupère n’est pas impropre à la consommation et représente un danger pour la santé de ceux qui le consomment.

lestrepublicain - 25 décembre 2014 - Ounissi Manel

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: EX-DÉTENUS - Quelle insertion sociale ?
Actualité suivante »
Annaba: ECLAIRAGE PUBLIC - Les axes routiers dans le noir

Les Commentaires

Concernant les vaches errantes, il y a quelque chose qui s'appelle la fourrière. Ce lieu que nous connaissons tous, déstiné à recevoir les voitures mals garées ou les animaux à l'abandon. Pourquoi ne pas simplement embarquer ces bêtes et les mettre dans ce dépot pour une certaine durée. Par cette manière on donnera un avertissement assorti d'amende au propriétaire tout en lui expliquant bien comme il faut, que leur place n'est pas en plein milieu urbain parmi les habitations. Au delà d'une certaine durée, si propriétaire ne se manifeste pas les bêtes irons directement à l'abattoir.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires