Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: ERGR - 75 employés en grève depuis hier
Zone Membre
Publicités

Annaba: ERGR - 75 employés en grève depuis hier

Publié le 21/05/2015
Pas moins de 75 employés de l’entreprise régionale de Géni-rural sont en grève depuis hier au niveau de l’entreprise implantée à Ain-Khrouf. La décision a été prise à l’issue de la réunion tenue avant-hier entre les ouvriers et les cadres de cette entreprise spécialisée dans le désherbage et l’élagage des arbres autour des quatre centrales électriques, Kheraza, El-Hadjar, Zâafrania et Seybouse, relevant de la GRTE. L’élimination des herbes sauvages et des troncs d’arbres autour des câbles et pylônes électriques est considérée par les ouvriers à haut risque dès lors qu’elle concerne des décharges électriques qui dépassent 60.000 kilovolts. La même entreprise est spécialisée dans les travaux de sylviculture. Rencontrés, hier sur le site du mouvement de protestation, les grévistes confirment qu’une plate-forme de revendications a été remise au directeur régional dont le siège est implanté à Jijel au même titre que le ministre de l’Agriculture ainsi que le PDG de l’entreprise qui étaient également destinataires de la même copie. Les travailleurs dénoncent les dépassements de la directrice de l’entreprise concernant , entre autres, l’annulation de l’IFSP, qui est une prime destinée aux chauffeurs des poids lourds et légers qui font des heures supplémentaires, l’attribution des primes de panier et de transport à quelques employés alors que la plupart sont exclus, retard dans les déclarations à la CNAS et des indemnités de chômage intempéries à la CACOBATPH, des retenues abusives sur salaire, rupture des contrats de travail lors de chaque saison ainsi que le refus de la directrice de désigner un responsable technique  des ateliers. Jointe par téléphone, la directrice de l’entreprise qui aurait été informée juste après le déclenchement du mouvement d’après ses dires, a  accepté de répondre aux différents points soulevés par les travailleurs. Tout d’abord elle précise « qu’il s’agit de contrats de travail saisonniers. Il est donc impossible de maintenir tout le personnel en période d’inactivité, telle que la saison d’hiver où pratiquement tous les chantiers sont à l’arrêt » Elle dément également l’information sur les déclarations en retard auprès de la CNAS et les indemnités de chômage intempéries à la CACOBATPH, tout en précisant que l’entreprise doit achever tous les travaux avant la fin août. Cependant des réunions régulières sont tenues avec les chefs de zones de Séraidi, Berrahal et Chorfa, afin d’accélérer la cadence des travaux. Elle explique également «  que les travailleurs sont payés chacun selon son rendement, c’est la raison pour laquelle les salaires ne sont pas stables chaque fin du mois. Il ne s’agit cependant pas de retenues sur salaire comme le prétendent les travailleurs », a-t-elle ajouté. Les heures supplémentaires sont très rares et je vous invite à venir voir à quelle heure se garent chaque jour les conducteurs au parc de Berrahal », a-t-elle déclaré au terme de cette communication.

lestrepublicain - 21 mai 2015 - Boufessioua Sofiane 

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: LITTORAL - Menace sur la plage de la Caroube
Actualité suivante »
Annaba: NETTOIEMENT DE LA VIEILLE VILLE - Une opération sensible

Les Commentaires

Là, il s'agit, à mon avis, d'un mal entendu. Ce conflit n'aurait pas eu lieu d'être, si les deux partenaires sociaux avaient, préalablement, bien clarifié les clauses du contrat. Parceque dans un contrat saisonnier les executions des tâches sont en fonction du besoin. Et donc il est limité dans le temps. C'est ce qu'on appelle un contrat à durée déterminée.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires