Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/ Annaba: GRAFFITIS - Les 213 frappent à Séraïdi
Zone Membre
Publicités

Annaba: GRAFFITIS - Les 213 frappent à Séraïdi

Publié le 17/08/2015
Les 213 frappent à SéraïdiIls sont venus, ils sont tous là. Des dizaines d’amoureux de la peinture murale ont investi, hier, les rues de Séraïdi sur l’initiative de l’association écologiste Green Ground. L’événement «Quand l’amour de la nature rencontre l’art» est en marche. Trois points de la ville ont été le théâtre de graffitis muraux effectués par le groupe appelé symboliquement 213.Ces derniers, plus d’une douzaine de jeunes artistes, ont accompli leurs toiles murales vendredi dernier. «Cette initiative a pour objectif la sensibilisation de la population à l’importance de l’art dans le passage d’une cité. Séraïdi se prête à merveille à cet exercice du fait de ses atouts urbanistiques et naturelles», a expliqué Lyes, K, un membre des 213. Ainsi, tropos points de la cité ont été colorés par l’armada artistique. L’entrée du village, sa placette centrale ainsi que la rue reliant le bureau d’Algérie Poste à l’hôtel Mountazah, lieu mythique de Séraïdi. Les artistes rencontrés, invités par l’association Green Ground, ont pour mission de «créer une pièce pour le village avec la possibilité de se lâcher», a précisé notre interlocuteur, étudiant en psychologie à l’université de Annaba. C’est en s’imprégnant de l’environnement et en choisissant les murs que les tagueurs arrivent à «faire le contact» avec leurs oeuvres. Cette initiative s’inscrit dans une dynamique de jeunes peintres appartenant à un groupe s’appelant sobrement 213. «Ce nom provient d’une improvisation de certains artistes de graffitis. Nos rencontres à travers le territoire national voire même en Tunisie ont fait que nous soyons très proches. Il fait référence au nombre estimé des tagueurs», a confié Lyès. Les visiteurs des toiles ont envahi les endroits en question munis de leurs appareils photos. «Je suis venu sur invitation d’un ami peintre. Il a participé à cet événement et il faut l’encourager», a révélé Karim, trentenaire. Les habitants de la commune paisible de Séraïdi ont, eux aussi, pris part à l’expo à ciel ouvert. «C’est une chose très positive pour notre cité. La vue de ses tableaux muraux donne une identité à Séraïdi et permet d’encourager le tourisme», a souhaité Amine, commerçant près de la Placette centrale.

lestrepublicain - 15 août 2015 - Zarrougui Abdelhak

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: ROUTE DE L’ALLÉLICK - Une policière décède dans un accident de la circulation
Actualité suivante »
Annaba: EDUCATION NATIONALE - Des lycées en déclin

Les Commentaires

"Tags ou graffitis, art ou vandalisme?"

Le graffiti est un problème relatif à la salubrité urbaine et d'incitation à la dégradation.
"Pour faire des coloriages"

Prendre tes cahiers, ou les murs de l'intérieur de ta cuisine, chez nous nous voulons une ville propre./
Au lieu de nous faire des gribouillages, retrousser vos manches et aller planter plutôt des arbres.
"Le graffiti étant une pratique illégale dans les lieux publics"

Nombreux pays développés tente de réglementer et de contrôler cette pratique en installant des murs dédiés aux artistes, qui peuvent ainsi pratiquer leur art dans des conditions légales.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires