Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/ANNABA - Plus de 100 projets gelés pour cause d’austérité
Zone Membre
Publicités

ANNABA - Plus de 100 projets gelés pour cause d’austérité

Publié le 31/10/2015
Tout feu tout bois, le wali de Annaba, Youcef Cherfa, l’a été tant à l’ouverture qu’à la clôture de la session ordinaire de l’Assemblée populaire de wilaya (APW), tenue mercredi et jeudi passés sous la direction de Hadji Laïd son président.

Il faut dire qu’organisée soixante-quinze jours exactement après son installation au titre de directeur de l’exécutif de wilaya, cette session ne s’est pas déroulée comme les précédentes. C’est-à-dire insipide et atone. Ce qu’elle aurait pu être si juste après l’approbation du budget prévisionnel 2016, les élus n’avaient pas été offensifs pour dénoncer l’absence de réel développement dans la wilaya. Ils n’ont pas hésité à clouer au pilori des décideurs locaux, membres du conseil exécutif de la wilaya pour la plupart, entreprises de réalisation, leurs pairs élus locaux, ceux des deux chambres du Parlement et certaines associations de la société civile, beaucoup plus budgétivores qu’autre chose.
Pour ces élus membres de différentes commissions de l'APW, le ton et le temps étaient à la dénonciation des blocages à l’origine de l’arrêt total ou du retard de matérialisation des projets. Selon eux, Annaba se classe dans la catégorie des rares wilayas où tout est fait pour bloquer les initiatives, les projets et les bonnes volontés.
Les qualificatifs n’ont pas manqué pour imager les propos utilisés: Incompétence, insuffisance professionnelle, laisser-aller, sabotage, fraudes fiscales, corruption et autres sont constamment revenus pour stigmatiser les comportements de certains responsables. En tête de liste le contrôleur financier de la wilaya. Apparemment, il avait cru que tout lui était permis. Y compris la décision de rejeter, sans motif, les dossiers d’investissements publics et privés soumis à son approbation.
D’autres directeurs comme ceux du logement, des routes et ouvrages d’art, des équipements publics, de la santé, de l’éducation, de la culture et de l’environnement ont été la cible des critiques. Tout aussi critiquée, la faiblesse du taux de consommation des budgets communaux dont certains n’ont pas dépassé les 10%.
L’offensive des élus avait été pressentie au regard de la célérité ayant caractérisé la lecture du budget prévisionnel 2016 de la wilaya. D’un montant de plus de 2,01 milliards DA (inférieur de 200 millions DA par rapport à 2015), il a été rapidement approuvé à l’unanimité. Les questions sérieuses allaient être entamées au fil de la lecture du bilan des trois dernières années d’activité de l’APW.
L’on découvrira qu’une multitude de projets socioéconomiques publics et privés ont été bloqués durant des années. Les travaux d’autres projets ont été abandonnés à 50% de leur matérialisation. Il y a ceux qui connaissent des retards à ne plus en finir dans la réalisation, telle l’aérogare Rabah-Bitat, la gare routière du 1er-
Mai, la piscine de Sidi-Amar, la route reliant le Cap de Garde à la plage Oued Bagrat, l’extension, la réhabilitation ou la rénovation des structures du Centre hospitalier universitaire Annaba, les travaux de réhabilitation du Centre régional d’éducation physique et sportive (Creps) de Séraïdi dont la renommée a dépassé jadis les frontières du pays…
Ce qui a imposé au wali de remettre les pendules à l’heure. C’est ainsi qu’il a annoncé des décisions pour remédier à certaines situations dont, en premier lieu, le remerciement du contrôleur financier.
Pour d’autres, il dira que des démarches ont été entreprises pour aplanir les difficultés d’exécution. «En tout état de cause, notre wilaya, à l’instar des autres, devra se soumettre au plan de rationalisation des dépenses mis en place par le gouvernement. Pour ce faire, plus d’une centaine de projets ont été gelés et non abandonnés. Cela fait 75 jours que nous sommes en poste à Annaba.
Depuis, avec la collaboration de tous, un énorme travail a été accompli avec pour objectif de redonner à Annaba son lustre d’antan, a indiqué M. Youcef Cherfa. Il devait préalablement souligner la responsabilité du contrôleur financier dans le retard mis dans le lancement des projets. Ce qui s’est traduit dans les faits par la mise au placard pour problème d’austérité de plusieurs d’entre eux.
Le dossier de la réhabilitation ou équipements des structures hospitalières du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Annaba fait partie du lot. C’est sur le ton de l’exaspération que le wali devait aborder ce comportement, digne reflet de la bureaucratie, qui bloque depuis des années toutes les aspirations de la population quant au développement de sa wilaya.

Le soir d'Algérie - 31 octobre 2015 - A. B.



ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : Réalisation d’un musée sur le site archéologique d’Hippone
Actualité suivante »
Annaba: 12 kilos de kif traité dans une baraqu

Les Commentaires

"Boudjemaà Talai"

El Watan du 24/06/2015 a lire absolument, il avait dit que notre aérodrome Rabah Bittat était un poulailler, les même promesses que Amar Ghoul...moi j'ai honte à leur place pourquoi brassent-il du vent; Abdou Semmar nous dit il faut relever notre niveau! je suis d'accord avec lui, mais voilà on ne peut pas s'empêcher de dire que l'on a faire a des vrais SALES MENTEURS! pourquoi annoncent il des promesses ALORS QU'ILS NE SONT PAS CAPABLES DE LES TENIRS; nous sommes obligés de les traités ainsi Mr Abdou Semmar!.
"Message à notre extraterrestre Abdou Semmar"

Que pouvez vous nous répondre sur ce sujet?.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires