Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Fermeture imminente des sites de Fertial à Annaba et Arzew
Zone Membre
Publicités

Annaba: Fermeture imminente des sites de Fertial à Annaba et Arzew

Publié le 23/01/2016

Les deux unités de la société des fertilisants d’Algérie (Fertial), à Annaba et Arzew, risquent de fermer leurs portes la semaine prochaine.

En cause, la saturation des espaces de stockage d’ammoniac en raison de la non-délivrance des autorisations d’exportation, avons-nous appris de Faouzi Zadi, le secrétaire général du syndicat national de cette société mixte détenue à 66% par le groupe espagnol Villar Mir et 34% par Asmidal. «Nos travailleurs s’inquiètent fortement des risques d’arrêt imminents de leurs unités de production d’ammoniac au niveau des sites de Annaba et d’Arzew, et ce, pour impossibilité d’exportation de la production.

Cette situation est devenue inévitable compte tenu que la société ne dispose que de capacités de stockage normatives dont un bac 20 000 tonnes métriques à Annaba et un autre de même capacité à Arzew. Par ailleurs, le second bac de stockage d’Arzew est en phase de rénovation. L’intérêt de nos travailleurs est ainsi sérieusement menacé», alerte le partenaire social.

L’inquiétude est d’autant plus grande qu’elle concerne également la mise à l’arrêt des installations de production de l’ammoniac et la mise en chômage technique de pas moins de 1300 travailleurs directs et 1200 indirects sans compter le réseau de sous-traitants au niveau des deux sites. «Savez-vous que si nos installations de production s’arrêtent, il faut beaucoup de temps pour les redémarrer ?»tonne le patron du syndicat.

Contacté, Stéphane Dieudé, le nouveau directeur général de Fertial, a confirmé l’information : «Effectivement, nous sommes en phase de risque imminent de fermeture de nos deux sites de Annaba et d’Arzew. Cette situation est imposée par l’absence d’autorisation d’exportation de notre produit. Parallèlement, nos capacités de stockage ont atteint leur niveau de saturation. Nous espérons que les autorités nationales nous donneront le feu vert pour éviter cette situation critique tant pour la société que pour ses partenaires.»

Incommodante, cette situation l’est à plus d’un titre puisqu’elle intervient au moment où Fertial affiche une grande ambition à l’horizon 2018 à travers un conséquent projet d’investissement, évalué à plus de 360 millions de dollars. Déjà entamé, cet investissement vise, selon sa fiche technique, la rénovation des trois unités d’ammoniac, la fiabilisation et la sécurisation des sites, l’augmentation des capacités de +40% pour les porter à plus de 1,2 million de tonnes d’ammoniac par an. Sur le plan énergétique, il a déjà été procédé à la réduction de 21% de la consommation de gaz par tonne d’ammoniac produite, passant de 45,1 MMBTU/tonne à 35,6 MMBTU/t.

Mieux encore, ce plan compte étendre les capacités de production d’engrais pour l’agriculture et de transformation de l’ammoniac. «L’objectif de Fertial dans ce domaine étant de satisfaire au maximum les besoins de l’Algérie en engrais destinés à l’agriculture et d’en diminuer l’importation en cette période de crise», estime la même source.

Pourquoi l’Etat algérien fait ce blocage face à l’extension d’un partenariat gagnant/gagnant alors qu’il a cédé devant ArcelorMittal qui a fui le complexe sidérurgique d’El Hadjar, laissant derrière lui une facture salée de 500 millions de dollars ?  Rappelons que ce projet d’investissement de Fertial est soutenu par l’Etat puisqu’il a été validé par le Conseil des participations de l’Etat (CPE) ainsi que par le Conseil national de l’investissement (CNI).

En cette période de crise, il répond parfaitement aux orientations de la politique économique en permettant d’accroître les exportations et les recettes en devises, de répondre aux besoins de l’agriculture algérienne en matière de fertilisants. Il permettra aussi à la société de faire face aux nouvelles conditions d’exploitation caractérisées par un renchérissement du principal input qu’est le gaz naturel, dont le coût a été multiplié par six à compter du 1er avril 2014.

«Depuis la mise en place de ce partenariat en 2005, Fertial a enregistré d’importantes et incontestables réalisations dans divers domaines au bénéfice de toutes les parties prenantes, notamment le personnel de la société, nos partenaires, nos actionnaires, les services fiscaux»,rappelle le secrétaire général du syndicat.

De leur côté, d’autres travailleurs regrettent que «pour des raisons hors du contrôle de notre employeur Fertial, la réalisation de cet ambitieux projet est actuellement compromise suite à l’apparition d’un risque réel d’arrêt des unités de Fertial dû à l’absence d’autorisation d’exportation de l’ammoniac».

Ainsi, partenaire social et staff management tout comme l’ensemble des personnels de la société s’inquiètent sérieusement des graves conséquences économique et sociale d’une telle situation. De sérieuses incidences sont attendues. Elles se résument en termes de perte de chiffre d’affaires et de clients, de perturbations sociales au niveau des unités et surtout de sérieux risque industriel et sécuritaire traduit par le maintien en l’état plein des bacs de stockage d’ammoniac durant une période indéterminée.

Enfin, un arrêt des unités peut constituer un signal négatif vers l’extérieur alors que la société a déjà entamé les premières actions dans le cadre du projet de rénovation de ses unités et qu’elle s’apprête à concrétiser avec son banquier, BEA, un accord de financement de son projet dont la moitié est sur fonds propres.

El Watan le 19.01.16 - Mohamed Fawzi Gaïdi


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Des réalisations d’intérêt régional en voie d’achèvement : El Bouni, passera-t-elle à wilaya déléguée
Actualité suivante »
Annaba: TRANSPORT DE TAXI INTER-WILAYAS - Des augmentations de 50 à 100 DA

Les Commentaires

Pourquoi cette entrave de l'État ? Peut-on savoir quelles sont les raisons de cet empêchement à exportation ? Fertial est un des employeurs essentiels de la ville d'Annaba et sa région. Une usine qui donne du travail à 1300 personnes et même plus, ca ne se trouve pas au coin d'une rue. Le sauvetage de cette industrie est plus qu'impératif. Il faut faire absolument tout pour conserver ces emplois. D'autant plus que cette usine qui est en bonne santé économique, projète de s'agrandir et d'investir encore davantage. Fermer cette fabrique, c'est allé vraiment contre toutes logiques.
bonjour, moi je suis plutôt pour la fermeture de cette usine qui viole le droit le plus élémentaire de la protection de l'environnement. sur une rayon de 22 km, cette usine est responsable de grave maladies de nos concitoyens : asthme et goitre pilules dans la région de annaba.si elle ne dispose pas d'autorisation c'est plus pour ces raisons. car, elle ne répond pas à ses obligation en vers les citoyens. sidi Salem, sonatiba , be,mhidi et el hadjar souffre de cette entreprise.
Bonsoir,
S'agrandir et investir davantage pourquoi pas, le site de fertial doit repondre aux normes sur la sécurité, la santé et l'environnement, à commencer de mettre à jour le document unique sur l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité.
C'est vrai que la pollution de l'air occasionnée par cette fabrique avait causé depuis plus de 25 ans et même plus des problèmes de santé aux populations environnantes. Notamment à celle des habitants de ex-Sonatiba. Une pollution déjà fortement dénoncée à l'époque.
Mais, jai cru que depuis l'usine avait investi dans des aménagements antipollution. Si ce n'est pas le cas, nous sommes alors en face à une situation qui oblige à choisir entre la santé de plusieurs milliers de personnes et le gagne-pain de 1300 familles. Pour trancher, il va falloir mesurer les avantages et les inconvénients de cette situation. Mais quelque soit le choix qui sera opéré, elle fera des insatsfaits d'un côté ou de l'autre.
À moins que l'usine, si d'abord les vraies raisons de la non-autorisation d'exportation sont liées aux motifs de pollution, obtempère enfin aux injonctions des autorités à opérer les modifications nécéssaires dans ses installations pour éviter la pollution.
je suis sur que le choix du site de cette usine ne s'est pas fait par hasard par les responsables précédents. je rappelle que tous les ministre de l'industrie qui sont passés on réussi à préserver leur région de la pollution. il y avait un besoin de cette industrie, alors allez la mettre à annaba. les tracteurs , les camions et les projets intéressants pour nous . pour l'exode rural et les industries polluantes pour annaba. la distribution des implantations industrielles en Algérie ont répondus à un soucis de protection des environnement de ces responsables. les gens de annaba n 'avaient pas le choix sur ces implantations de ces industries. elles nous ont été imposées. les conséquences pour nous :, c'est un exode rural qui a multiplié la population de la ville par 35 fois, et le développement exponentiel des maladies liées à cette industrialisation. une ville comme annaba n'a pas été protégée en matière de développement.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires