Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: PROMOTION IMMOBILIÈRE - Une grande arnaque à Annaba
Zone Membre
Publicités

Annaba: PROMOTION IMMOBILIÈRE - Une grande arnaque à Annaba

Publié le 06/02/2016
Une grande arnaque à AnnabaLes victimes d’une escroquerie avérée  à la promotion immobilière, se comptent par dizaines  et cette affaire déjà rapportée dans ces colonnes mais pas dans les détails, comme cela va venir, engage non seulement la responsabilité directe des auteurs présumés mais aussi celle de l’Etat. En effet, donner un statut de promoteur à n’importe qui sans pour autant s’inquiéter de la moralité et surtout de la solvabilité de gens qui par la suite allaient manipuler l’argent de tiers, engage avant tout la responsabilité de l’administration de l’Etat. Et pour cause, dans ce cas précis, deux individus d’un niveau social réduit, créent une SARL et le tour est joué, ils ont l’agrément pour une promotion immobilière dénommée Ferdaous El Anouar et commencent la vente de logements promotionnels sur plan, sans fonds de garantie. Les engagements établis pour les versements portent l’entête de cette promotion mais le cachet auquel personne ne fait attention porte une autre dénomination, « Mafatih El Hana », une entité fictive. Cela débute en 2008, dure jusqu’en 2011 où le permis de construire est renouvelé puisque le projet reste encore en l’état mais depuis lors  rien,  alors que le permis avait encore expiré en 2014. Entretemps, le gérant d’origine comme stipulé dans l’acte de création de la SARL, se désiste en faveur de son comparse pour une durée illimitée puis  tente par voie judiciaire de dissoudre la SARL, ce que les victimes  estiment être des manœuvres  servant d’échappatoire aux deux comparses, face aux interrogations des souscripteurs qui commençaient alors à douter fortement de la bonne foi de ces « promoteurs » et exigeaient des garanties sinon le remboursement de leur argent. Même le compte bancaire ouvert auprès de la  Société Générale mène à s’interroger puisque l’un des comparses, l’avait vidé de plusieurs milliards de centimes, alors que cela n’aurait pas dû être aussi simple s’il était au nom d’une SARL dont il n’était plus le gérant. Actuellement, les 56 souscripteurs, selon une liste établie par l’un d’eux, ne retrouvent plus le gérant d’origine ; quant à son compère il refuse carrément de les écouter, tout ce qu’ils ont pu obtenir c’est une déclaration revêche « je ne vous dois rien, allez vous plaindre ailleurs ! ». Pourtant n’était-il pas associé dans cette SARL ? Laquelle, par le biais de son associé avait reçu l’argent de ces souscripteurs qu’il ne reconnait pas maintenant. Comment se fait-il que les engagements de versement portent l’en-tête de sa promotion, une promotion dont deux blocs sont toujours à l’état de carcasses et un troisième même pas sorti de terre. Lors du « litige » qui l’aurait opposé à son associé, il avait présenté une liste de souscripteurs où d’abord il était bénéficiaire de deux logements sur les 52 prévus, son frère d’un autre mais aussi son associé, ou ex-associé, allez savoir dans toute cette mélasse. Les souscripteurs grugés, car ils l’ont été et de belle manière, ne sont pourtant pas les premiers venus, ce sont en majorité des enseignants universitaires, des avocats, des ingénieurs, des cadres de la Fonction publique, etc., des gens représentatifs d’une classe moyenne aisée mais pas au point de perdre leurs économies, celles de toute une vie sans en ressentir le contrecoup. Nombre d’entre ces familles vivent des conflits actuellement à cause de cette histoire mais ils ne comptent plus en rester là, ils vont s’adresser à la justice pour obtenir leur dû qu’ils n’ont pu obtenir autrement. Mais il n’en demeure pas moins que le plus grand fautif dans cette histoire reste l’Etat qui a donné à des gens sans foi ni loi, les possibilités de voler leur prochain en utilisant…la loi !

lestrepublicain -
04 février 2016  - Ammar Nadir

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: COMPLEXE SIDÉRURGIQUE D’EL-HADJAR - Le délai de réhabilitation du haut-fourneau n°2 sera-t-il respecté
Actualité suivante »
Annaba: ILS RÉCLAMENT LA LIBÉRATION DES HARRAGAS - Sit-in devant le consulat de Tunisie

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires