Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: ILS ONT ASSASSINÉ LEUR MÈRE - Les deux monstres condamnés à...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: ILS ONT ASSASSINÉ LEUR MÈRE - Les deux monstres condamnés à perpétuité

Publié le 14/03/2016
Les deux monstres condamnés à perpétuitéDans l’affaire des deux frères qui ont assassiné leur mère, le tribunal criminel après avoir rendu son verdict a prononcé dans la journée d’hier, la réclusion criminelle à perpétuité à leur encontre. Les aveux des deux frères impliqués dans l’assassinat de leur mère en juin de l’année 2012, dans la commune d’El-Bouni, laissent perplexes. “Monsieur le médecin on vient de tuer notre mère », a déclaré d’un sacré sang froid l’auteur principal du matricide à son médecin traitant de l’hôpital Errazi, juste après avoir accompli son forfait. Il s’agit en fin de compte de deux frères malades souffrant de troubles psychiatriques. Les trois expertises demandées par la justice ont fait ressortir que les auteurs sont malades. Lors de l’affreux assassinat, le meurtrier qui est le plus jeune, âgé au moment des faits de 27ans, avait été pris d’une crise de démence, signale le médecin dans son troisième rapport. Chose qui explique les conditions atroces dans lesquelles les deux frères achèvent froidement leur mère. Bien que le deuxième, âgé de 33 ans au moment du drame, soit accusé de participation au meurtre, il avait aidé son frère à traîner le corps de la cuisine vers l’avaloir de la cour en contrepartie de la somme de 2000 DA, sur les 5000 DA, que le tueur avait volés à sa mère après sa mort. Selon les éléments de l’enquête, c’est un père et sa fille soucieux  de la disparition suspecte de la victime qui n’avait pas donné signe de vie juste en fin de journée, qui donnent l’alerte. Les policiers de la sûreté de daïra d’El-Bouni, finirent  par être informés. Le comportement des deux enfants à l’égard de leur mère, puisqu’ils avaient l’habitude de la frapper pour des histoires d’argent de poche, les convainquirent de se rendre au domicile du plaignant pour faire un constat des lieux. A l’entrée de la maison, une odeur suffocante du désodorisant, souleva immédiatement les soupçons des policiers. Ces derniers, commencèrent à fouiller les chambres, quand soudainement la sœur découvrit un doigt sur la table de la cuisine que les meurtriers avaient omis d’enterrer. Arrivés à la cour, les enquêteurs soulevèrent le bouchon de l’avaloir et firent la macabre découverte. Poignardée au dos, la victime avait été amputée de trois doigts alors qu’elle cherchait certainement à se défendre. Pour s’assurer qu’elle était morte, il l’acheva d’un violent coup au crâne à l’aide d’un bloc de pierre, avant de remettre le bouchon de l’avaloir. Un matricide d’une rare cruauté ce qui témoigne de l’état de démence des meurtriers notamment du plus jeune des frères.

lestrepublicain - 14 mars 2016 - Boufessioua Sofiane
« Actualité précédente
Annaba: S’ESTIMANT DES LAISSÉS-POUR-COMPTE - Les habitants de Z’Gâa en appellent au wali
Actualité suivante »
Annaba: UN RÉSEAU DE TRAFIC DE DROGUE DURE DÉMANTELÉ - Saisie de 150g de cocaïne et d’une arme à feu

Les Commentaires

Oui ils ont tué leur mère !!!!!!!!!!ces deux enfants reconnus par les médecins spy en état de "démence". ils sont condamnés à la prison à vie!!!!!!Est ce que l'état ne doit pas être aussi condamnable à perpétuité. A vous, de déterminer les responsabilités de cet assassinat entre les enfants et l'état.je pense que si on avait le stricte minimum pour soigner les enfants coupables!!!!!le crime n'aura pas lieu. pour moi, l'état a failli à sa mission de protection de enfance et de la famille. Chapeau!!! pour le verdict qui ne peut être justifié. condamner n'est pas donc l'essentiel dans cette affaire. il faut s'interroger sur la protection du citoyen qui reste à désirer.
En effet, les services à qui incombe la résponsabilité de soigner et de suivre ces malades mentaux, ont failli à leur devoir de prévention, de soins, de contrôles, de suivi périodiques etc... Cependant condamner des gens fous qui selon la loi ne sont pas résponsables de leur acte, aussi cruels soient-ils, pose une question à débattre. Il faudrait, pour avoir le coeur net et être sûr que le verdict prononcé est juste, désigner une deuxième équipe de psychiatres pour confirmer ou infirmer la résponsabilité des deux fréres. En d'autres termes, s'assurer est-ce que les deux frères pendant les faits, étaient-ils conscients ou inconscients de leur acte barbare ? Si on prouvait qu'ils étaient conscients, alors ils sont accessibles à la justice. Si non, c'est carrément l'internement à vie dans un asile psychiatrique.
on lisant l'article très bien, dans l'article de ce journaliste : trois experts psychiatre ont dit que les deux frères sont malades. d'ailleurs , un des frères avait fait une crise de démence signale le troisième médecin dans son rapport. moi, je suis convaincu que la responsabilité incombe entièrement aux services qui ont faillis en laissant ces deux individus vivre en toute liberté sans soins. ils ne sont pas responsable des actes. il fallait tout simplement que la société ne se désengage pas devant ces faits de sociétés. chacun peut avoir son opinion dans ce type d'histoire. en tout les cas, je ne souhaite pas être à la place de ces jurés qui a assisté ce président de cour d'assise.
en lisant l'article de ce journaliste: trois experts
qui ont assistés le président de cette cour d'assise.
un vrai débat de société : qui est responsable les deux frères ou la société? ce drame doit nous permettre de réfléchir sur ces questions avec plus de recul. je pense qu'on ne donne pas des missions de juré à n'importe quelle personne!!!!!!!!!!il y a des limites à respecter et a ne pas dépasser si non des décisions de justices peuvent nuire à la justice.
je souhaite que nos amis nous donnent aussi leurs avis sur ce sujet très intéressant que nous livre cette décision.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires