Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Inauguration de la galerie du couturier Aziz Zerari - frouf...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: Inauguration de la galerie du couturier Aziz Zerari - froufrous et savoir-faire

Publié le 17/05/2016

 	Une exposition exhibant dextérité et bon goût C’est l’artiste multidisciplinaire Aziz Zerari qui est le signataire d’une collection aussi riche que l’histoire de Annaba.

Ils étaient là, artistes, hommes de culture et notables de la ville, à entourer l’artiste lors de l’inauguration de cette galerie d’art. En guise de ruban, c’est un fil de fetla d’or qui a été coupé par Hamdi Benani, le chanteur de malouf qui n’est plus à présenter.

Le long du couloir peint en blanc, toute une histoire de couleurs et de lumières s’offre aux visiteurs. L’on peut constater, avec un immense plaisir, les différentes formes de broderie à la fetla dont les origines se perdent dans la nuit du temps, dans les limbes de l’histoire.

«Cet art judéo-arabe de broderie au fil d’or sur velours de Gênes, que les Génois troquaient contre le corail de la baie de Bouna, au XVIe siècle, a traversé le temps sans rien perdre de son éclat ni de sa noblesse. Si la fetla est utilisée un peu partout dans le nord de l’Algérie, c’est à Annaba que se trouve son berceau.

Mystérieuse par ses entrelacs, secrète par l’infinité de ses motifs, elle reste le témoin de la noce, le symbole de la fête. Avec moi, elle a voyagé des rives du Golfe aux neiges du Canada, suscitant toujours admiration et respect.

Elle se dresse aujourd’hui comme un rayon de soleil dans la culture ancestrale algérienne», estime cet artiste. Même les murs de ce lieu riche en histoire ont été garnis de miroirs «brodés» aux coins. Ils reflètent l’autre soi, l’autre passé royal façonné par les mains d’un magicien bien de chez nous. Sur un autre mur, des calligraphies aux motifs aussi élégants que précieux ont été accrochées. «Quant l’entrelac de la fetla se conjugue à celui de la calligraphie, l’élégance de la lettre arabe prend alors une dimension particulière. L’enluminure et le galbe se disputent l’éclat et la volupté, l’élan s’évade vers l’infini, la noblesse parle», s’enorgueillit Aziz Zerari.

Faut-il relever que cet évènement culturel, rare de nos jours, intervient au moment où l’Algérie célèbre le Mois du patrimoine historique. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cet artiste aux mille et un dons n’a pas été convié à y participer. Il n’a jamais été encouragé, encore moins accompagné dans ses expositions à l’étranger où l’on reconnu la grandeur de l’artiste.

N’est-ce pas là une preuve de l’inculture des autorités algériennes, du manque de considération à l’encontre d’un styliste, fleuron de l’artisanat bônois et algérien, ou tout simplement de la négation des us de nos ancêtres ? Heureusement que l’art a ses hommes. Et Aziz Zerari en est un, sans conteste.

QUI EST ZERARI AZIZ ?

Né le 31 décembre 1951 à Annaba dans une famille de tradition issue de la zaouïa du cheikh Sidi Mansour Ibn Talha, Aziz Zerari est un styliste spécialisé dans l’artisanat bônois et algérien. L’art de la fetla n’a plus de secret pour lui. Dix-sept années de labeur, de recherches et de persévérance lui permettent de décrypter le mystère de l’entrelac, l’enchevêtrement et le trompe-l’œil de la fetla. Après des études postuniversitaires en littérature espagnole, il enseigne à la faculté des lettres d’Alger puis poursuit ses recherches de doctorat sur le «zejel» en Espagne musulmane entre l’université libre de Bruxelles et l’université autonome de Madrid.

Sans hésitation aucune, il bifurque vers la haute couture, une passion qui l’a toujours habité. pour le styliste, Cette passion dévorante pousse le styliste à s’inscrire à l’école des arts et métiers de Bruxelles, d’où il ressortira diplômé en haute couture pour dames.

De retour en Algérie, il s’intéresse aux mystères de la fetla ancestrale dont il maîtrise les secrets et techniques après de longues années d’investigations.
Ainsi, Aziz Zerari fait convoler en justes noces les lettres et les arts. Il transpose la fetla du vêtement traditionnel sur les tableaux qu’il expose d’Alger à Montréal, de Dubaï à Québec, de Constantine à Abu Dhabi, d’Oran à Toronto…

El Watan le 17.05.16 - Gaidi Mohamed Faouzi

« Actualité précédente
Annaba: ILS ONT VIOLÉ UN PETIT GARÇON DE 6 ANS - Les frères pédophiles sous les verrous
Actualité suivante »
Annaba: Rencontre régionale de préparation du baccalauréat session 2016

Les Commentaires

"Un artiste, parfaitement parfait"

Un homme de grande qualité, reste un exemple pour la jeunesse et l'avenir de notre pays.
"Vidéo.Tipaza/les images insoutenables de la décadence d'un joyau touristique"

A voir absolument sur ALGERIE FOCUS , la vidéo 2.31 m parle d'elle même sur la décadence de la mentalité khasra...un désastre touristique qui était s'en doute beaucoup trop beau pour nous et qu'on a pas pu sauvegarder...c'est triste...comme disait les anciens "maleha rahou" que je peux rajouter d'autre, pour abrutis que nous sommes.
"Rn comparaison"

Pierre et vacances du Cap Esterel se trouve à des années lumière du site touristique de Tipaza...malheureux a dire des animaux n'auraient pas fait pire!...
"Ministres de pacotille"

Amar Ghoul parle de développer le tourisme, pauvre bougre d'âne! on est pas même capable a sauvegarder l'existant!...tout comme le ministre du sport un autre âne! qui a laissé le Creps de Seraidi à l'abondant!.
"Club des Pins"

Cette zone résidentielle réservée uniquement aux haut commis de l'état, ce club privé où l'accès est réservé seulement à la nomenklatura algérienne, bénéficie d'un budget presque secret géré de la manière la plus opaque par l'état, que le contribuable algérien ne sait toujours pas combien ça lui coûte. et juste en face le site de Tipaza à l'abandon total...pauvre de nous!.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires