Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Douanes algériennes - Des entreprises mixtes tunisiennes da...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: Douanes algériennes - Des entreprises mixtes tunisiennes dans le viseur

Publié le 17/05/2016
Le groupe Comptoir algérien des produits métallurgiques (Capromet) est dans le viseur des services du fisc et de la sécurité de la wilaya d’Annaba.

Composé de trois filiales (Steel Trans, Emmet et Interfood), ce groupe, basé à Annaba, est soupçonné, selon des sources syndicales, de trafic de grande envergure, notamment, en matière de fuite de capitaux. C’est du moins ce que dénonce en substance le syndicat de Capromet dans une lettre adressée le 7 novembre 2015 à la gérante de l’entreprise et au commissaire aux comptes, dont El Watan détient une copie.

Une dénonciation qui a poussé les services de sécurité à entamer, en collaboration avec les Directions des impôts et des Douanes algériennes, une enquête pour confirmer et situer les responsabilités. «Nous attirons votre attention sur le fait que la société se livre à des actions frauduleuses. Il s’agit, entre autres, de facturation fictive et vente en espèces et déclarée paiement par virement bancaire, pour éviter les droits de timbre.

A cela il faut ajouter les fausses déclarations douanières et les fuites de capitaux à travers un fournisseur étranger, Cotunal, basé en Tunisie qui, paradoxalement, partage avec Capromet la même composition d’actionnaires», révèle le partenaire social. Depuis, rien n’a été fait et les mêmes pratiques sont maintenues, selon ce dernier.

Le dossier de cette affaire, dont El Watan dispose d’une copie, révèle que Capromet et ses trois filiales ont le même fournisseur: Une société tunisienne résidente de commerce international. Il s’agit du groupe tunisien Cotunal, dont le gérant H.B., de nationalité tunisienne, est actionnaire dans ses trois filiales : Prosid, Intermetal et Snci.  Le siège social de ce groupe, tel que mentionné sur son statut  notarié, établi et enregistré en Tunisie, est implanté au niveau de la filiale Intermetal, à l’adresse : Zone extra-portuaire 2040 Radès (Tunis).

A travers ses filiales, le groupe tunisien Cotunal, actionnaire également à Capromet Algérie est, curieusement, le fournisseur de Capromet et ses trois filiales algériennes. «Toutes les sociétés en Algérie, qui sont en relation commerciale avec Cotunal, ont le même commissaire aux comptes», relèvent les syndicalistes qui se désolidarisent de ces pratiques. Mais comment procède-t-on à la fuite des capitaux entre Capromet et Cotunal et leurs filiales? L’astuce n’est pas si simple, puisque il n’est pas interdit de vendre entre les filiales du même groupe, lorsque l’une approvisionne l’autre en matière première pour le même produit.

«Cependant, les transactions ne sont pas homogènes puisque les filiales tunisiennes de Cotunal s’approvisionnent depuis des fournisseurs asiatiques et vendent le même produit importé aux filiales algériennes. Ce qui génère, au passage, des redondances dans la marge bénéficiaire entre ces filiales et manque de compétitivité au niveau des filiales algériennes. Pour éviter cette majoration, ces dernières pouvaient, tout simplement, importer directement ce produit depuis le fournisseur étranger sans passer par les intermédiaires de Cotunal», détaille un des inspecteurs chargés d’enquêter sur ce dossier.

Sur le plan financier, l’impact est important puisque les prix du même produit ne sont plus compétitifs et les bilans des filiales algériennes sont souvent déficitaires. «Capromet vient de procéder à l’importation d’un lot de camions semi-remorques. Cette transaction a été financée par une société de leasing tunisienne qui active en Algérie. Ces engins auraient pu être acquis auprès des concessionnaires algériens, sinon du constructeur allemand. Loin s’en faut, Capromet a encore passé la commande chez sa jumelle Cotunal pour la faire bénéficier et effectuer une opération douteuse de transfert de devises.

Cependant, ces camions sont actuellement bloqués par les Douanes algériennes au niveau du poste frontalier d’El Ayoun pour les besoins de l’enquête», révèle la même source. Contactés, les douanes en poste à El Ayoun ont confirmé cette information. «Les investigations engagées sauront définir s’il y a effectivement un trafic entre Capromet et Cotunal», affirment les Douanes algériennes. Et d’ajouter : «les directions des douanes algériennes et des impôts de la wilaya de Annaba ont été saisies la semaine dernière à l’effet de procéder pour la première à une vérification approfondie et pour la seconde à un contrôle a posteriori». Affaire à suivre.

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
El Watan le 15.05.16 - Gaidi Mohamed Faouzi
« Actualité précédente
Annaba: SANTÉ - 500 praticiens à la 5ème édition des journées urologiques
Actualité suivante »
Annaba: libération d'un enfant de 7 ans des mains de trois délinquants issus de la même famille

Les Commentaires

"Nouvelle affaire d'escrocs"

"SNC LAVALIN" la société Canadienne PAYAIT POUR AVOIR DES CONTRATS EN ALGERIE.
"Algérie Focus" de Essaïd Wakli à lire.
(Les VRAIS ENNEMIS DE L'ALGERIE SONT LES ALGERIENS EUX MÊMES).A.S.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires