Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: ILS ONT VIOLÉ UN PETIT GARÇON DE 6 ANS - Les frères pédophi...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: ILS ONT VIOLÉ UN PETIT GARÇON DE 6 ANS - Les frères pédophiles sous les verrous

Publié le 17/05/2016
C'est un drame insensé que celui du petit A. S., victime de séquestration et de viol. Le magistrat instructeur près le tribunal d'Annaba, a, dans la journée du dimanche, ordonné la mise sous mandat de dépôt de, (D.H) 40 ans alias Titchon, (D.N) 32 ans, alias Spank, (D.W), 38 ans et Kaka 32 ans, après avoir retenu à l' encontre de ces quatre frères d'une même famille, la séquestration, viol et tentative d'homicide volontaire. Une affaire qui a mis en émoi toute la ville d'Annaba, qui, au moment où nous mettions sous presse n'a de sujet que celui du viol du petit N.S âgé de six ans. L'affaire remonte à l'après-midi du vendredi, de la semaine écoulée, lorsque le petit (S.A), sorti devant la porte de la maison de ses grands-parents maternels, au quartier populaire de Strasbourg, sis les quatre Chemins, fut kidnappé sous la menace d'un berger allemand par D.H, alias Titchon.

Séquestré dans la cave de la maison des trois frères pédophiles, le petit est soumis à un viol collectif, perpétré par des ogres qui, n'ont d'apparence humaine que le physique. L'enfant n'étant pas rentré, il suscite l'affolement de sa famille qui, aidée par les habitants du quartier, lancent des recherches dans tous les quartiers avoisinant celui de Strasbourg. Les services de sécurité alertés, l'enfant sera retrouvé par les services de sécurité à 21 heures 30mn, dans un état de choc. Ce sont les soupçons de l'oncle maternel de l'enfant qui les a orientés vers le fief de ces frères sadiques. Réputés pour les agressions, consommation de drogue et autres agissements, ce qui n'a pas écarté la thèse de l'enlèvement. En effet, bouclé, le lieu du drame, a été aussitôt fouillé, pour retrouver le gamin, pieds et mains ligotés. Déférés par devant le magistrat instructeur de la deuxième chambre près le tribunal d'Annaba, trois des mis en cause dans cette affaire scandaleuse ont été placés sous mandat de dépôt, pendant que le quatrième, demeure activement recherché par les services de sécurité. Selon certaines informations recueillies auprès d'une source proche de l'audition des trois pédophiles, l'auteur principal de cet acte d'atteinte à la pudeur sur un mineur de 6 ans, après avoir changé plusieurs fois de version au cours de l'audition, a fini par avouer son acte abominable, sous prétexte d'avoir trop consommé de drogue. C'est à se demander si D.H, ne tentait pas de sauver ses deux autres frères, (D.N), alias Spank, (D.W) et leur copain Kaka. En tout cas, une chose est sûre, les trois frères risquent des représailles d'un acte probablement pas calculé, mais démesuré, au vu de la mare de gens venus soutenir la famille de l'enfant (A). Par ailleurs, et au moment où nous mettons sous presse, le siège du tribunal d'Annaba est depuis les premières heures de la journée assiégé par les membres de la famille de la victime et ses amis jurant tous de venger le petit garçon. D'ailleurs le dispositif sécuritaire déployé autour de l'institution juridique, préconise bien ses représailles. Il faut dire que pour la wilaya d'Annaba, c'est la première affaire du genre. C'est pourquoi l'émoi est bien visible au sein d'une population, qui a, toujours compati avec les familles d'enfants enlevés, violés et tués. Comme c'est le cas du jeune Badreddine 12 ans, d'Aïn Bessem, disparu mystérieusement depuis le début du mois en cours. En dépit des recherches menées par les services de sécurité, l'enfant est toujours introuvable et la famille est de plus en plus rongée par le doute, quant à le retrouver vivant. Le cas de Badreddine, d'Aïn Bessem et Aimen d'Annaba ne sont que le prolongement d'un phénomène aux dimensions démesurées, pour ne pas dire tentaculaires, ayant pour victime favorite, 'l'enfant''. L'alarme est plus que jamais de mise, car les cas d'enlèvements, de viols et de meurtres, ne semblent pas s'atténuer. Qui ne se souvient de Haroun et de Brahim, kidnappés, violés puis tués en en 2013 dans la nouvelle ville d'Ali Mendjeli à Constantine? Que sont devenus les auteurs? Ils croupissent en prison, après avoir volé la vie de deux enfants à la fleur de l'âge. Comme ce fut aussi le cas de Chaïma Yousfi, une fillette de 8 ans, Ramzy Mostefaoui, un garçon de 11 ans, et Mohamed, un enfant de 5 ans égorgé à El Hamiz, trois innocents abusés puis assassinés froidement, dans des conditions atroces. Ces cas et bien d'autres qui ont défrayé la chronique depuis 2012 et jusqu'à 2016 en passant par 2013, 2014 et 2015 où il ne se passait pas une année sans que l'on enregistre la disparition d'un enfant. A chaque affaire ce sont les recherches qui aboutissent au bout du tunnel de la mort. Toutes les affaires de disparition d'enfant, seuls les auteurs du crime de Haroun et Ibrahim ont été identifiés, pour le reste, certes, les dossiers n'étant pas classés, mais... Au sein de cette insécurité de 'l'enfance'', dans une société pas trop sûre pour ' la progéniture''. Il faut dire qu'au moment où le phénomène commence sérieusement à représenter une menace pour 'nos enfants'', des connaisseurs parlent de motifs récurrents, dont la pédophilie et le trafic d'organes. Des raisons qui n'ont pas lieu d'être. C'est dire qu'il ne faut surtout pas banaliser l'acte d'atteinte à la pudeur, notamment sur un enfant. Aujourd'hui, si le petit Aimen a eu la vie saine et sauve, bien qu'il s'en sorte avec un traumatisme psychologique immense, c'est grâce à l'implication citoyenne. En effet, selon Yazid Boubekri, commissaire de la Bmpj, près la sûreté de wilaya d'Annaba «c'est la première fois que je remarque une telle solidarité et le recours au N° 15/48. L'action des voisins de la victime dans ces circonstances a été un vrai modèle. Ils se sont montrés patients en présence des services de sécurité, lors de l'accomplissement de l'opération de l'arrestation des auteurs de l'acte», dira l'interlocuteur. «C'est la vigilance des citoyens qui nous donne plus de force pour contrecarrer la criminalité sous toutes ses formes et dimensions», devait-il ajouter. Au moment où nous mettons sous presse, les trois bourreaux de l'innocence viennent d'être transférés à la maison d'arrêt de Lallaligh, dans El Bouni, dans l'attente d'un procès de rigueur.

« Actualité précédente
Annaba: libération d'un enfant de 7 ans des mains de trois délinquants issus de la même famille
Actualité suivante »
Annaba: Inauguration de la galerie du couturier Aziz Zerari - froufrous et savoir-faire

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires