Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: LAC FATZARA - Plusieurs centaines d’hectares ravagés par l...
Zone Membre
Publicités

Annaba: LAC FATZARA - Plusieurs centaines d’hectares ravagés par le feu

Publié le 18/09/2016
Plusieurs centaines d’hectares ravagés par le feuDe la mémoire des riverains, du jamais vu.  Plusieurs centaines d’hectares  de broussailles du lac Fatzara sont partis, hier, en fumée. Selon certaines sources, c’est la majorité de la superficie du lac, estimée 4.800 hectares, qui a été ravagée  par les flammes qui ont dépassé parfois les 10 mètres de hauteur. “L’acte est prémédite », puisque, laisse-t-on entendre, les feux  les feux se sont déclarés dans une zone inaccessible sauf pour les habitants des abords du lac.  Hier,  une vague de chaleur intense sévirait au niveau de la plupart des communes de Annaba, entre autres, Chorfa, El-Eulma, Aïn-Berda, Hadjar-Eddis, El-Hadjar et Berrahal. Les populations d’El-Eulma et de Chorfa, deux cités implantées aux abords du lac, ont énormément souffert, ou des  records absolus de températures ont ainsi été battus. C’était l’enfer. Dans les lieux, le thermomètre devrait culminer jeudi dernier 45 degrés à l’ombre, voire plus. Dans toute la partie Sud de la wilaya de Annaba, l’air était irrespirable à cause de l’humidité ambiante et la population n’avait d’autre choix que de s’enfermer. La plupart des commerces avait gardé leurs rideaux baissés, ce qui a plongé la cité dans une profonde morosité, d’autant plus que pas un restaurant ou fast-food n’avait ouvert, au grand dam des gens de passage  Les conséquences sanitaires d’une telle vague de chaleur sont calculées avec beaucoup d’appréhension par les services concernés, lesquels ont préconisé des mesures simples et opérationnelles pour se protéger et s’organiser durant cette période exceptionnelle. Des consignes de comportement ont été recommandées par les services sanitaires et les agents de la protection civile, aux populations, sans trop y croire, eux-mêmes, apparemment : «Passez au moins 3 heures dans un endroit frais. Rafraîchissez-vous, mouillez le corps plusieurs fois par jour ». Les adultes et enfants doivent boire fréquemment et abondamment même sans soif. Les recommandations les plus sérieuses sont adressées aux personnes âgées. Celles-ci doivent boire 1,5 litre par jour et manger normalement, ceci en  évitant de sortir aux heures les plus chaudes de la mi journée », ont recommandé les agents de la protection civile. Cet incendie d’origine criminelle, ayant ciblé un bassin situé entre trois communes de la wilaya d’Annaba, à savoir Berrahal, El-Eulma et Chorfa et qui recèle une richesse insoupçonnée, d’une faune et d’une flore, n’a pas laissé indifférent M. Halimi, président de l’Association Nationale pour la Protection de l’Environnement et la lutte contre la Pollution (ANPEP), lequel estime que ceci peut engendrer une catastrophe écologique. L’on pointe ici un doigt accusateur en direction de certains éleveurs, qui seraient derrière les incendies, pour permettre à leur cheptel l’’acces sans risque pour brouter dans les vergers.  Le président de l’ANPEP, a indiqué qu’il avait saisi surtout les brigades de gendarmerie des trois communes citées et déposé une plainte contre x.  Et c’est d’ailleurs le branle-bas de combat au sein des services de sécurité, qui ratissent de plus en plus dans les parages.  Selon une étude menée récemment, plus de 90.000 oiseaux voyageurs, dont 55.000 de différentes  espèces, ont été recensés sur les lieux durant la récente période de niche.  Aussi, la baisse des eaux a engendré une véritable catastrophe frappant de plein fouet les poissons, notamment la carpe, où des pièces dépassant souvent les 10 kg gisaient dans la boue, et les charognards, à l’exemple des renards, chacals et autres rapaces ne demandent rien de plus. Cette agression envers la nature n’est pas sans provoquer un déséquilibre au niveau de l’environnement et du cycle d’évolution de la nature. La région de Annaba, prolongée par le parc naturel d’El-Kala, renferme un immense patrimoine de faune et de flore, très varié. Après avoir frôlé la catastrophe, en raison des déchets et rejets polluants de certaines unités de production en activité au niveau de la zone industrielle de  Berrahal, des drainages et la mise en valeur des terres ont engendré la surexploitation des espèces et la détérioration de la couche végétale. Le lac Fatzara, a été classé, en 2006, zone « RAMSAR ». La classification de ce site naturel est intervenue, à l’issue des visites sur ce site, effectuées il y a quelques années par des experts en la matière et qui ont jugé cette étendue d’eau naturelle "d'excellent site d'accueil, en période hivernale, d'une avifaune nicheuse composée souvent d'espèces rares et protégées".  « El-garaâ » pour les anciens,  est une zone de transhumance et de refuge d’oiseaux migrateurs. Seules quelques unes des ses parcelles, se prêtent à certaines spéculations agricoles, après le recul des eaux. Le reste n’était utile que pour le fourrage et le foin.

lestrepublicain -  18 septembre 2016 - B. Salah-Eddine 


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: APRÈS PLUSIEURS MOIS DE CAVALE - L’agresseur d’un officier de police tombe à Aïn-Khrouf
Actualité suivante »
Annaba: LA CÉRÉMONIE A EU LIEU AU TRA - Serment d’Hippocrate pour 320 médecins généralistes

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires