Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: URBANISATION - La réglementation foulée au pied
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: URBANISATION - La réglementation foulée au pied

Publié le 24/10/2016
La réglementation foulée au pied Danger omniprésent et image d’un misérabilisme de sous- développé, voilà les signes ostentatoires du mépris affiché clairement envers les institutions publiques, par des chantiers de constructions et des carcasses de constructions, ou les travaux en cours surplombent les façades rutilantes de locaux commerciaux ! Un Etat de droit l’est grâce à ses institutions quand elles font ce pour quoi elles existent, appliquer les lois sans exclusivités et sans complaisance, pour tous. Ce qui n’est aucunement le cas ici ou un chantier se poursuit sans la moindre des mesures édictées par la loi, une simple plaque portant toutes les indications ainsi que la mention du permis de construire. Dans n’importe quel pays qui se respecte, l’absence de cette plaque signifie l’illégalité du chantier et des mesures sont prises à son encontre et dans le cas d’une négligence à poser cette plaque c’est une amende assurée. Ce qui n’est pas le cas ici ou en plus, il n’y a aucune clôture de chantier ce qui est encore plus grave puisque les travaux deviennent une source de danger pour les passants et on ne parle même pas des risques encourus par les ouvriers eux-mêmes ; chacun sait que sur les chantiers ici, toutes les mesures et accessoires de sécurité, à part peut être un extincteur et une boite à pharmacie basique, aucune règle n’est suivie. Et ce ne sont pas les règles qui manquent dans les textes de lois, non, c’est l’indifférence pour ces règles et donc là aussi le mépris pour tout ce qui fait un Etat de droit. Les gens ont l’air d’oublier que le 5 octobre puis la décennie noire ont été induit par une situation similaire, une crise économique, on y est et ensuite le mépris affichée par une partie de la population, comme cela se passe actuellement, pour tout ce qui la loi, sans que quiconque n’intervient. Et c’est une expression « pourquoi seulement eux », « eux » qui transgressent les lois sans crainte, impunément qui a mis le feu aux poudres. Avec l’austérité qui est là déjà, l’Etat se doit d’appliquer avec rigueur ses lois, contre tout contrevenant, surtout quand cela met en danger la vie de la population et donne une image ternie d’une ville autrefois dite « coquette ». Il était entendu selon des déclarations transmises pourtant à tout le pays, sur les chaines de télévision nationales et privées que la fin du mois d’août dernier sonnerait le glas de ces dépassements, pourtant deux mois sont passés et aucune mesure n’a été prise. Imaginez qu’il existe une carcasse en cours de construction ou l’espace, en construction, en plus des locaux ouverts depuis plus de deux ans maintenant, est exploité alors même qu’il n’y a pas de façade. La façade est montée brique par brique et on a eu recours à des plaques de plastiques pour couvrir en partie seulement ! Une vision surréaliste et la preuve de l’impuissance de l’Etat offerte à tous les regards. Pendant ce temps, la population regarde et se demande pourquoi  elle doit payer pour des infractions mineures alors que des infractions graves se commettent dans l’impunité totale. Pour vous rendre mieux compte du problème, écoutez les commentaires, sur le Cours de la Révolution, dans les cafés ou chez le coiffeur et vous comprendrez combien ce mépris pour les lois porte préjudice à cette ville, à ce pays. L’ironie, c’est que les responsables de cette situation seront le premiers à « filer », si quoi que ce soit arrive, cela a déjà eu lieu, vous avez oublié ?
lestrepublicain -  17 octobre 2016 - Ammar Nadir
« Actualité précédente
Annaba: Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS - «Les politiques sont coupés de la réalité»
Actualité suivante »
Annaba: S’ADAPTER OU DISPARAÎTRE - Le dilemme des petites entreprises familiales

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires