Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Marchés informels : Une éradication ratée
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba. Marchés informels : Une éradication ratée

Publié le 30/03/2017

Adoptée par les autorités locales, la politique d’éradication des marchés informels n’a pas donné les résultats escomptés.

En effet, la réapparition des charrettes de fruits et légumes dans différents quartiers du chef-lieu de wilaya en est la preuve. L’on impute cette situation au mauvais partage, dont plusieurs bénéficiaires sont étrangers à cette activité clandestine. D’où l’abandon des nouveaux locaux. Il en est ainsi au marché Souk Ellil, du côté du 2e secteur urbain, de la cité Safsaf, ou encore à El Ghzala (la Colonne) pour ne citer que ces exemples. «Au total, plus de 170 stands de fruits et légumes ont été complètement rasés lors d’une opération de démolition, alors que la liste des bénéficiaires ne comptait que 87 commerçants.

Bien qu’ils soient détenteurs d’une notification d’attribution depuis l’année 2002, plusieurs d’entre eux ont été exclus. Ce qui nous a obligés à reprendre l’activité à l’informel. Pour d’autres, les nouveaux box attribués ne sont pas attractifs pour la clientèle. Ils ont repris leur activité clandestine plus génératrice de profits que la première», explique Abdelhafid, l’un des marchands ambulants concernés.

En exploitation depuis déjà une année, le marché des fruits et légumes de Bouzered Hocine (ex-La Cofel) a été pratiquement déserté par les marchants clandestins bénéficiaires. Sur les 30 stands, aménagés pour la commercialisation des fruits et légumes, seuls trois box sont occupés par des vendeurs. La majorité des bénéficiaires n’ont jamais occupé leurs nouveaux locaux, préférant louer d’autres dans leur quartier initial El Ghzala.

«Je préfère louer dans mon quartier El Ghzala, où je suis connu par mes clients. J’ai exploité durant une période le stand qui m’a été attribué dans ce nouveau marché, mais j’ai perdu toute ma clientèle. Il ne faut pas se leurrer, l’endroit où se trouve marché n’est pas convoité et, faut-il le souligner, l’incivisme des citoyens est pour beaucoup dans cette situation. Ils préfèrent les produits vendus dans les charrettes à fruits et légumes que de passer au marché faire leurs emplettes. C’est une réalité», estime Nabil, un autre jeune commerçant installé dans un petit local à El Ghzala. Cette situation, Nabil l’explique par le manque de suivi des autorités locales. Pour lui, «depuis la distribution de ces nouveaux box, aucun représentant des autorités locales n’a daigné rendre visite à ces endroits. Mieux, ils ont attribué ces stands aux jeunes qui, en majorité, ne sont pas dans le besoin. D’ailleurs, ils ont tous abandonné cette activité».

Situation presque similaire au marché de la cité Safsaf. Sur les 60 box attribués, il faut compter une dizaine qui ne sont pas occupés. Rappelons que dans le cadre de l’éradication du commerce informel et de la régularisation de l’activité commerciale dans un cadre légal, la commune de Annaba a construit des marchés dans différents endroits. Il s’agit du marché à la cité Safsaf de 60 box, celui à la cité du 8 Mai 45, qui dispose de 87 locaux, et un autre à la cité Bouzered Hocine, de 30 stands. A la cité Didouche Mourad, le marché informel de fruits et légumes n’a jamais été pris en charge.

Leïla Azzouz [EL WATAN - 26-03-2017]
« Actualité précédente
Annaba. Saisie de près de 1000 cannettes de bière par les Douanes
Actualité suivante »
Annaba. Le directeur de l'OPGI l'a affirmé : La wilaya sans bidonville d'ici 2018

Les Commentaires

"Lutte contre l'informel: Des coups d'épée dans l'eau?"

A savoir: Selon une enquête réalisée par l''Office Nationale des statistiques (ONS) que l'économie informelle en Algérie représenterait 45% du produit national brut (PNP)AF Eco-Business 4/03/17 de Elyas Nour.
"L'Informel restera toujours le maitre du marché"

Comme tous les ans: A l'approche des grandes vacances, de Sidna Ramdan, de la rentrée scolaire et à chaque fête religieuse ou tout se vend et ou tout s'achète le marché informel reste incontournable pour toute les familles a revenus modestes pour arriver a lutter et faire face à la vie chère, pour nourrir et habiller et soigner leurs enfants! il n'y a qu'a regarder autour de sois, il n'y que seulement les nantis qui sont contre l'informel?.
"Les marchés informels au lieu de chercher toujours à l'éradiquer! il faut plutôt mieux l'organiser"

En quelques mots pour ne pas trop m'étaler car on pourrait écrire des tonnes de livres et de thèses de tout genres a savoir: Il propose une méthode d'apprentissage alternatif pour combler le manque permettant aux jeunes d'acquérir des compétences personnelles et font donc office de pourvoyeurs complémentaires pour ceux qui quittent l'école trop tôt! ils trouvent là le bisness de l'école de la vie, la débrouille de pouvoir économiser pour acheter sa voiture, de se marié etc...au lieu que la police leurs cours après du matin au soir! le wali et le maire devraient les aidaient de mieux s'en sortir...rappeler le jeune Tunisien qui a fini par se limoger par le feux!. Messieurs les élus les chasser si comme vous continuer a vouloir déclencher un jour une émeute...vous êtes prévenus!.
bonjour,

les dattes à 1200 da ; les orages à 280 da; les bananes à 560 da et les pommes à 1200 da: ces prix vous donnent le tournis quand vous deviez sortir le porte monnaies pour payer votre achat. les gens se sentent obliger de prendre ces fruits et légumes pour ne pas décevoir les leurs. j'ai eu le vertige en voyant ces prix. faire ses courses en Algérie est insupportable pour les citoyens. la vie est moins onéreuse en France finalement!!!!!!quel dommage pour nos familles.
Bonjour à tous,

Il y a un déséquilibre total fait en général par les immigrés qu'eux même ne sentent pas cette différence au niveau des prix, lorsque que l'on sait niveau d'échange au black on vous donne exemple pour 1000 €uros 19 fois sa valeur, malheureusement c'est là ou la population locale souffre...nous vivons dans un monde déséquilibré, qui rien n'est vraiment juste, qui est dur a comprendre d'ailleurs c'est aussi à cause de ce là que beaucoup de nos jeunes veulent partir à l'aventure, enfin ce que je constate il y a une population qui lutte contre la vie chère comme tu le dis toi même et d'autres qui profitent et qui s'en mette plein la tronche à bouffer en boulimique, je suis révolté contre cette injustice déloyale, pourrit, moche...sa donne l'impression une minorité qui profite sue leur propre frères...je ne sais pas l'expliquer car je ne suis par encore là un psychologue je reste hébété, abasourdi, ahuri, stupide.
bonjour,

je suis d'accord avec ton analyse sur le change!!!!!mais cette situation du change n'est pas du fait de l'immigration. elle provient du fait que les gens ne font pas confiance aux banque et ne déposent pas les leurs économies dans ces institutions mais dans les chkaaarattes au fond des tiroirs pour l'éternité. les billets ne ressortent plus et la banque fait marcher la planche à chaque fois que c'est nécessaire pour satisfaire les échanges à la consommation. Et finalement, la a fait cette manip 19 fois pour que l'on se retrouvent à ce point. Du coup , notre dinars pèse 19 fois plus que son poids de départ. le gramme d'or qui valait 1 da faut tout naturellement 19 dinars aujourd'hui. Et la faut à qui je te laisse deviner la suite mon ami MOF. je suis désolé pour ces prix à la consommation que rencontre nos concitoyens . ils seront moins surpris quand ils sauront faire travailler leurs argents à la banque. et, ils éviteront l'inflation qui les frappe. je suis encore désolé de dire cela.
dans les années 70, 1 Dinar valait 2 francs Français a cette époque.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires