Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. 3es Journées du CAC : Le combat contre le cancer se poursuit
Zone Membre
Publicités

Annaba. 3es Journées du CAC : Le combat contre le cancer se poursuit

Publié le 06/04/2018

«Vers l’ambulatoire et l’optimisation des soins en cancérologie», tel est le thème retenu pour les 3es Journées du Centre de lutte contre le cancer, dont les travaux ont été ouverts dans l’après-midi d’hier à l’hôtel Sheraton de Annaba, avons-nous constaté sur place.

Organisée par le CHU de Annaba, en collaboration avec la Société algérienne d’oncologie médicale et le soutien surtout de la direction locale de santé (DSP), cette manifestation scientifique sera, selon Pr Djedi Hanène, chef de service du CAC Annaba et présidente du comité d’organisation : «L’occasion de présenter tous les acquis en matière de prise en charge du cancer dans le CAC et l’opportunité pour un partage d’expériences avec nos invités nationaux et internationaux.»

De par leur caractère scientifique et médical, ces journées ont drainé une importante foule de scientifiques, venus des quatre coins du pays et même de l’étranger. L’assistance a été tout ouïe aux huit communications, présentées dans l’après-midi d’hier par des professeurs et médecins de renommée, dont celle du Pr M. Zitouni portant sur le «Plan national cancer 2015-2019, des stratégies thérapeutiques en oncologie», ponctuées par une discussion.

Au menu de la seconde journée (aujourd’hui), pas moins de 20 autres conférences sont à l’ordre du jour, les unes aussi pertinentes que les autres, puisqu’elles traiteront de tous les aspects ayant trait au cancer. A celles-ci, il faut ajouter quatre ateliers qui ont été mis en place par les organisateurs, en marge de cette manifestation scientifique, dont l’un a traité une importante communication, intitulée «Le service de radiothérapie : évolution, optimisation et perspectives thérapeutiques», présentée par le Dr Lilia Naoun.

Rappelons que les Journées du Centre de lutte contre le cancer ont été initiées en 2016 par le Pr Abdelaziz Lankar, alors directeur général du CHU de Annaba, et le Pr Kamel Bouzid, chef du service oncologie médicale au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger. Depuis l’événement s’est inscrit dans le temps pour devenir une tradition que cette 3e édition confirme.

Mohamed Fawzi Gaïdi [EL WATAN - 06-04-2018]


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Chantier d'extension de la clinique El Farabi : La justice tranche en défaveur des riverains
Actualité suivante »
Annaba. Projet de sidérurgie algéro-émirati : Le feu vert du CPE

Les Commentaires

"ADN désoxyribonucléique de Corruption"

Encore un directeur de douane d'Annaba limogé...20 conteneurs de 40 pieds bourrés de téléviseurs haute gamme (LED)importé de Chine qui portaient l'inscription en arabe "Fabriqué en Algérie"...il n'a pas longtemps c'était 22000 paires de tennis made in China...de directeur en directeur...tout baigne dans le trafic!. lire E.R du 7/04/18.
"Infoflash"

Le parti FN de Marie Le Pen applaudi des deux mains et des deux pieds les autorités algériennes! 151 ressortissants africains (78 hommes, 54 femmes et 19 enfants qui résidaient clandestinement dans les wilayas d'Annaba ont été reconduits vers le centre de transit de Tamanrasset en vue de leurs rapatriements vers leurs pays d'origines ses actions menés entre pays africains serviront d'exemple d'action humanitaire donné par l'Algérie...Marine se roule par terre de rire!.
Le traitement ambulatoire exige par essence que toute les compétences médicales nécéssaires à une hospitalisation de courte durée, soient rassembées pour pouvoir suivre et offrir aux patients toute la prise en charge indispensable, afin d'assurer que le malade a bien bénéficié de tous les soins nécéssaires.
Nous constatons déjà qu'avec une hospitalisation traditionnelle, nous arrivons à peine à offrir les soins nécéssaires aux malades, comment voulez-vous qu'avec une hospitalisatioin accélérée, qui demande une compétence encore plus élevée, nous soyons sûr de garantir des soins convenables ?
Nous ne sommes pas le Danemark, les États-unis, l'Allemagne, le Japon ou l'Australie. Si ces pays, pour réduire les coûts, appliquent cette méthode, ils se sont bien préparés et ils ont mis tous les moyens financiers et marériels à son application. Je ne pense pas que c'est le cas chez nous. On est encore loin de réussir ce genre de chose.Il y a encore beaucoup du travail à faire. Vraisemblablement ce ne serait qu'une prise en charge bâclée, fait à la va-vite qui n'apporte aucune réflexion approfondi des soins et ne fera qu'empirer un systéme de santé déjà défaillant
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires