Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Pollution marine des côtes algériennes
Zone Membre
Publicités

Annaba. Pollution marine des côtes algériennes

Publié le 06/09/2007

Pêche Annaba - AnnabaCityAlors que les côtes algériennes étaient considérées comme étant les plus poissonneuses au niveau de la méditerranée, le rendement de la pêche a diminué de prés de 80% ces deux dernières années.

C’est, là, la première conséquence de la pollution marine qui touche de manière alarmante la méditerranée à l’instar des autres mers de part le monde.  La sonnette d’alarme sur la gravité de la situation dans notre pays a été tirée hier par le président du comité national des marins pêcheurs qui était l’invité de l’UGCAA.

M. Bellout affirme que la pollution des rivières, des lacs, des eaux souterraines et de la mer par le déversement des eaux usées et des déchets ménagers, urbains, agricoles et industriels ont causé une migration du poisson vers d’autres lieux marins ce qui a pour conséquence la faible quantité de poisson pêchés. Le conférencier avertit que si des mesures urgentes ne sont pas prises immédiatement, notre système aquatique sera détruit d’une façon irréversible et notre littoral deviendra une mer morte.

M. Bellout révèle que le méthanier Français le Tellier a déversé 1000 litres de Fuel en mer à Skikda à cause d’une fausse manœuvre. A Annaba 160 000 litres d’huiles de vidange ont été déversés dans une fausse de 40 mètres. Toujours à Annaba 3000 litres d’huiles ont été déversées par le camion d’un particulier à Oued Seybouse. Annaba détient selon M. Bellout le triste record de la région la plus polluées d’Algérie. Il faut en effet savoir qu’un litre d’huile pollue une surface d’un terrain de foot.

Le conférencier affirme que la situation de la pollution de notre côte est alarmante et qu’il faut d’urgence mettre en place un certain nombre de mesures et de veiller surtout à l’application des textes de loi existantes. M. Bellout appelle à la mise en place d’une police de la pêche qui veillera au respect de l’echosystéme marin et ce en procédant au contrôle des déversements  dans les oueds et les rivières.

Cette police devra également veiller au respect de la période biologique de la pêche qui est normalement interdite de mai à septembre. L’invité de l’UGCAA invite les responsables des ports de pêche à mieux organiser les 32 ports de pêches que connaît notre pays.

Farida L. [EL MOUDJAHID - 06-09-2007]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Arcelor-Mittal Annaba. Les chômeurs dispersés dans le calme
Actualité suivante »
Football. D1 - 3ème J. USM Alger 3 - USM Annaba 1

Les Commentaires

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires