Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Polémique autour de l’attribution des POS
Zone Membre
Publicités

Annaba. Polémique autour de l’attribution des POS

Publié le 20/05/2008
Le choix des bureaux d’etude divise les élus

Si le blocage des nouvelles assemblées populaires communales n’a pas eu lieu en dépit de leurs composantes partisanes hétéroclites, à l’exception de celle de Aïn Berda où le RND dispose d’une majorité absolue, il est à craindre, par contre, que des divergences entre élus surgissent à tout moment et entravent la bonne conduite des affaires publiques de ces collectivités locales.

Le tout premier exemple de frottement entre les élus est à mettre à l’actif de l’APC de Annaba. En effet, une polémique vient de voir le jour, concernant le choix des bureaux d’étude qui seront chargés de l’élaboration des plans d’occupation du sol (POS) pour les cités qui en sont encore dépourvues. Certains élus ont carrément refusé que les marchés prévus soient attribués à des bureaux d’étude extra-muros. Ils ont justifié leur position par les erreurs qui ont été commises par le passé dans la confection des POS. Lors de l’approbation des POS des zones du Cap de Garde et de la Tabacoop, dans une récente session extraordinaire de l’APC, ces élus ont insisté sur l’impérative nécessité d’opter pour des bureaux d’étude issus de la wilaya, plus habilités à faire ce genre de travail du fait qu’ils connaissent davantage leur ville et peuvent mieux communiquer avec la population de par leur proximité. Il s’agit là d’un avantage qui pourrait être décisif lors de l’ouverture des enquêtes publiques et la collecte des informations avant la mise en œuvre de l’élaboration des POS. Les élus favorables aux bureaux d’étude locaux soutiennent que « la réalisation des POS déjà approuvés a été entachée d’erreurs par méconnaissance du terrain, sans compter les retards qu’elle a enregistrés ». Ils ont fait allusion aux POS des cités Champs de Mars et Safsaf, dont la confection a été confiée à des bureaux d’étude hors de la wilaya, ce qui a engendré des difficultés dans leur réalisation dans les délais impartis. C’est le cas également du POS du Cap de Garde dont le lancement a été effectué en 1999. Cette zone, qui s’étale sur 25 ha, à vocation touristique par excellence, est à prendre en considération lors de la réalisation de son POS. D’autres élus ont demandé d’accélérer l’élaboration de POS pour les cités restantes, d’autant plus que la ville enregistre un déficit important en terrains d’assiette, à l’origine d’ailleurs du blocage de projets dans divers domaines. Ils se sont prononcés, pour leur part, pour l’ouverture d’une enquête publique à propos de la zone de la Tabacoop, laquelle a été prévue pour la fin du mois de mai. La zone en question, qui recèle des infrastructures économiques et touristiques, est devenue, il faut le souligner, un lieu infréquentable où règne l’insécurité, due à la criminalité. Les hangars dont elle dispose, ne peuvent-ils pas abriter des activités culturelles durant la saison estivale ? Il s’agit là d’une proposition qui a été faite par un des élus. Fera-t-elle son chemin ?
Tewfiq G. [EL WATAN - 20-05-2008]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Environnement: Un projet-pilote pour mesurer les risques
Actualité suivante »
Annaba. Théâtre: La générale de «Fawdha El Abwab» de Batna au TRA

Les Commentaires

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires