Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Comme au bon vieux temps
Zone Membre
Publicités

Annaba: Comme au bon vieux temps

Publié le 10/03/2009
Plusieurs activités religieuses, culturelles et artistiques, ont meublé la célébration de la journée de la femme qui a coïncidé avec la veillée du Mawloud Ennabaoui Chérif, à la faveur d'un riche programme élaboré par la wilaya, l'A.P.C. et la direction des Affaires religieuses. C'est ainsi, qu'outre le déroulement du festival du théâtre professionnel, la grande salle du TRA a abrité avant-hier la cérémonie de remise des prix aux lauréats des écoles coraniques et des récompenses aux 52 imams de la wilaya et ce, en présence du wali et des autorités civiles et militaires de la ville. Les 5 meilleurs cadeaux ont été remis par les Imams aux écoles de Kouba, Sidi Amar, EL Bouni, Bilel. Le prix des mosquées a été descerné à celle d'EL Bouni. Ensuite ce fut le tour des deux imams de Forkane et de la mosquée de Kheraza de recevoir des mains du wali et de l'Imam Cheikh Nacer, le prix d'une Omra et d'un ordinateur dans une ambiance sympathique. La clôture a été faite avec la lecture de la Fatiha par l'imam Cheikh Nacer d'El Bouni qui n'a pas manqué d'insister sur la signification de cette fête religieuse et de prier Dieu pour l'affermissement de la foi en Lui et la paix pour tous les musulmans. Par ailleurs, à la salle omnisports, devant près de 3000 femmes, Fella Ababsa a émerveillé les femmes annabies au cours d'un concert chaud et tout en couleurs, organisé par la mairie en présence de nombreux invités, consuls, associations, hommes de culture, de l'artiste Hamdi Benani et du recteur de l'université Laskri.

Avec un récital de plusieurs chansons puisées du terroir et des contes merveilleux de l'Edough, des Aurès, de la Kabylie et de l'Algérie profonde, Fella dans une tunique blanche a su communiquer avec le public en lançant entre deux chansons «Salem, Salem dans notre pays!». Dans une ambiance entraînante, la chanteuse a transporté le public avec des morceaux religieux comme «Zad En Nabi» ou encore «Ya Kaaba Ya Bit Rabi», repris en cheur par les centaines de voix et les «you you» stridents des femmes. Fella a su répondre à l'attente de ce grand public, parfois par l'improvisation en trouvant les mots qu'il faut pour les enchaînements, au grand plaisir des dames «Bonoises».
Le quotidien d'Oran > 10/03/09 > Tayeb Zgaoula

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : 7 ans ferme pour l’ex-P/APC de Sidi Ammar et 10 ans pour son frère
Actualité suivante »
Annaba. Anarchie dans le transport

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires