Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Des mesures après les dernières intempéries
Zone Membre
Publicités

Annaba: Des mesures après les dernières intempéries

Publié le 07/10/2009

Des mesures draconiennes ont été prises par le wali d'Annaba, M. Mohamed Ghazi, suite aux dernières intempéries qui ont secouée la wilaya d'Annaba à la veille d'un hiver qui s'annonce désormais rude cette année. En effet, les entreprises activant en hauteur de la ville sont désormais tenues aux respects des cahiers des charges qui doivent les lier à toute opération de construction ou travaux d'assainissement devant générer des gravats et autres détritus pouvant présenter un quelconque handicap pour le fonctionnement des réseaux d'assainissement.

 On parle même de l'instauration d'une caution relative lors des attributions de marchés ou de permis de construire pour les particulier, afin de sécuriser la ville et permettre une véritable prise en charge de nettoiement après toutes sortes de travaux.

 Le wali d'Annaba, à en croire certaines indiscrétions, avait mis en place une équipe permanente de suivi de ce genre d'opération et qui devait lui rendre compte quotidiennement de toute évolution de situation attenante à l'objet. «Nous rencontrons un véritable problème quant au bon fonctionnement du réseau en question. Dans certains endroits, les réseaux ne recevaient pas d'eau du tout du fait de l'obstruction des différents avaloirs de la ville qui en a subi le plus de dégâts».

 Nous a dit M. Hammam Ali, directeur de l'hydraulique de la wilaya d'Annaba. A préciser que la commission installée par le wali, qui avait commencé ses travaux avant hier, aurait toutes les prérogatives de police de la construction et de l'urbanisme à même de verbaliser les contrevenants. Pour illustrer les derniers charriages de gravats ont été à l'origine de pertes considérables et les entreprises agissant dans le cadre d'un volontariat organisé à la demande du wali ont transporté plus de 1.800 tonnes de détritus et la mobilisation de dizaines d'engins et de camions. Sans compter les importants désagréments causés aux citoyens des différentes cités touchées. On s'attend dans les jours à venir à un arrêté du wali réglementant les opérations qui découlent des différentes constructions et des mesures qui seraient prises instantanément. Une décision qui pourrait soulager la ville des intempéries artificielles dévastatrices.

 A rappeler qu'actuellement une quinzaine d'entreprises sont poursuivies en justice pour avoir été à l'origine du désastre qu'a connue la wilaya.

Le quotidien d'Oran > 07/10/09 >  Hocine Kedadria


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
33 harragas interceptés au large d’Annaba : Six mineurs à bord
Actualité suivante »
LRF Annaba - Régionale Une: Affiches à El-Hadjar et Guelma

Les Commentaires

Le wali a bien fait de nommer une commission chargée du controle des différents travaux qui s'effectuent actuellement dans plusieurs quartiers de la ville,tout cela n'est pas suffisant pour une ville comme Annaba, pour parfaire l'idée du wali et étant moi-meme un responsable gestionnaire en retraite rompu aux systèmes d'organisations et créateur de méthodes de travail très efficaces(l'école de Boumédiène ya baba hannani)je suggère qu'on incorpore au sein de ces commissions de controle un citoyen représentant son quartier qui peut signaler à cette commission(qui n'est pas sur place 24hsur24h)à tout moment tout dépassements ou agissements pouvant porter préjudice à sa cité.Ce citoyen vit dans sa cité et il peut remarquer facilement toute anomalie ou acte de vandalisme susceptible de dégrader le cadre de vie de sa cité.Mais une commission composée de gens habitant oued Forcha ou la cité des Hongrois s'en fout éperdument de ce qui se passe par exemple à la Ménadia ou à la cité Belvédère(Ma yaouha be jamra ghir li aafesse aaliha).Cette méthode est le seul moyen de combattre l'anarchie et mettre hors d'état de nuire ceux qui sabotent le travail des agents de la voierie et de l'hydraulique par leurs actes de vandalisme et leur inconscience parfois criminelle.Prenez acte des idées des anciens cadres gestionnaires(ahfed ouetrok)et la vie sera belle car la génération actuelle manque énormément d'expérience et nous sommes en train de payer le prix de leur noviciat.
Bonjour,
Houari Boumediene à dit « Qui contrôlera le contrôleur » Tot le monde sait que notre pays est gangréné par la corruption, et chaque fois qu’on à donné du pouvoir à des personnes pour contrôler ils l’on toujours utiliser pour eux.

Cordialement

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires