Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. APC : Mise en garde du wali aux élus
Zone Membre
Publicités

Annaba. APC : Mise en garde du wali aux élus

Publié le 30/11/2009

APC Annaba Mairie«La commune de Annaba est mal gérée», c’est l’amère constatation faite par le wali de Annaba, Mohamed Ghazi, lors d’une réunion avec les élus de cette commune, à laquelle ont pris part, également, les membres de l’exécutif de wilaya, le chef de daïra et des représentants de la société civile. «Vous devez vous ressaisir pour améliorer les choses et apporter une réponse urgente à la demande citoyenne légitime, qui ne trouve pas d’écho», a averti le wali de Annaba.

Il a relevé, à cet effet, les énormes retards dans la consommation des crédits alloués à cette collectivité locale, qui détient encore quelque 911 millions de dinars gelés, alors que les besoins de la population dans les différents secteurs sont énormes. Cette situation place la commune du chef-lieu de wilaya à la queue des douze communes, avec un taux de consommation estimé à moins de 30%. Pour y remédier dans les meilleurs délais, M. Ghazi a annoncé la constitution d’un comité ad hoc, composé des directions de l’administration locale (DAL) et de celle de la planification et de l’aménagement du territoire (DAPT), entre autres. Tout en menaçant de retirer les opérations de développement à cette commune, au cas où elle sera dans l'incapacité de les clôturer avant la fin de l’année en cours, et de les transférer à d’autres communes très avancées dans ce chapitre, le chef de l’exécutif de la wilaya de Annaba n’a pas manqué d’énumérer la multitude de problèmes dont souffrent les citoyens de la quatrième ville du pays. Il citera, à ce sujet, le laisser-aller et le refus de recevoir les citoyens, le manque d’hygiène, l’absence de l’éclairage public dans la presque totalité des cités et quartiers, l’invasion des moustiques et le manque flagrant d’espaces verts dans cette grande métropole.

En un mot, l’absence d’une stratégie claire et cohérente de la part des élus de cette commune. Les différents intervenants ont mis l’accent sur l'accumulation des problèmes au sein de cette APC. Le DAL, qui a présenté un rapport pour le moins peu encourageant sur la situation de cette commune, a notamment relevé l’existence de projets de développement en restes à réaliser (RAR) datant de... 1998, soit plus de 11 ans. Pour sa part, le chef de daïra a brossé un tableau peu reluisant de cette commune. Il fera part à ce propos du grand retard dans la délibération des projets, la rupture du dialogue élus-citoyens, la non-réalisation du moindre projet de développement depuis l’arrivée à la tête de cette collectivité locale de l’équipe actuelle en 2007. Certains élus n’ont pas manqué de charger le premier responsable communal et ses adjoints affirmant l’absence de dialogue et le manque d’information au sein même de cette assemblée commune. «Il n’y a que 3 ou 4 personnes qui gèrent notre APC, alors que le reste est totalement ignoré», révèle un élu. Pour sa défense, le maire affirmera que «plus de la moitié des 33 élus de la commune ne sont d’aucune utilité à cette collectivité. Ils ne sont intéressés que par les avantages que leur confère leur statut d’élus, pour l’intérêt général de la ville, on les voit rarement», tient-il à préciser.

Le citoyen, premier sanctionné par cette façon de gérer, ne comprend pas tout ce charivari. Il s’interroge en toute légitimité sur le rôle de ceux qu’il a élus pour prendre en charge ses préoccupations et non pas pour s’entre-déchirer pour des questions n'ayant aucun rapport avec celles-ci.

A. Bouacha [LE SOIR - 30-11-09]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Hausse des exportations au 3e trimestre
Actualité suivante »
Annaba. Le bébé disparu de l'hôpital retrouvé

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires