Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Agriculture:L’exploitation des terres de montagne comme alt...
Zone Membre
Publicités

Annaba. Agriculture:L’exploitation des terres de montagne comme alternative

Publié le 30/12/2009

Face au rétrécissement de la superficie agricole utile (SAU), les pouvoirs publics se tournent vers l’éventuelle valorisation et exploitation des terres de montagne.

En effet, 1 400 ha de plantations arboricoles fruitières dans les zones de montagne sont projetés sur la période 2009-2025. Cet investissement, qui fait partie d’un programme de développement de l’agriculture de montagne inscrit dans le schéma directeur de la wilaya, va permettre, laisse-t-on entendre, « la stabilité et l’amélioration des conditions de vie de la population agricole en zones de montagne, restée en marge du développement depuis l’Indépendance ». Il vise également la protection et la conservation des sols et des eaux, le développement de la faune et de la flore, l’amélioration de la fertilité des terres et le respect de l’équilibre agro-sylvico-pastoral. Cette superficie retenue englobe 700 ha d’oliviers, 200 ha de figuiers, 200 ha de pruniers et poiriers, en plus d’autres plantations arboricoles fruitières (amandiers, grenadiers, abricotiers, noisetiers, etc.) Le programme de développement de l’agriculture dans les zones de montagne prévoit également la création de ressources fourragères à travers la mise en place de parcours aménagés au niveau des hauts piémonts et l’introduction de 1 000 têtes de bovins laitiers ainsi que la substitution progressive de l’ovin par le caprin (6 000 têtes de race alpine).

L’élevage apicole également n’est pas en reste : 10 000 ruches ont été ainsi projetées dans le cadre des possibilités mellifères dans les forêts et celles liées au développement de l’arboriculture fruitière. Ces opérations seront accompagnées d’actions hydro- agricoles destinées à la mobilisation des ressources en eau à travers la réalisation de 50 retenues collinaires d’une capacité moyenne d’emmagasinement de 10 000 à 20 000 m3 d’eau, le fonçage de 50 puits, le curage et la réfection de 100 puits, le captage de sources et la construction de bassins d’accumulation d’eau, l’acquisition de matériels de pompage et d’irrigation de pompage et la création d’abreuvoirs. Ces actions hydro-agricoles représentent, dit-on, un investissement à impacts immédiats puisque ne nécessitant que des moyens faciles et une technologie réduite. Le programme de développement de l’agriculture dans les zones de montage 2009-2025 propose, en outre, le reboisement de 6 000 ha, la fixation des berges sur une superficie de 100 ha, le repeuplement de 1 600 ha, la mise en valeur de 200 ha de terre, l’amélioration pastorale de 200 ha, l’ouverture et l’aménagement de tranchées pare-feu sur une superficie de 700 ha et la réalisation de 50 fontaines publiques. La valorisation des produits de montagne représente également un axe de ce programme global qui prévoit, à ce propos, la réhabilitation et l’extension de l’oléiculture par le greffage des oléastres, l’exploitation du potentiel de champignon à l’état spontané et la promotion du fromage de chèvre. Les résultats escomptés dans la mise en œuvre et la concrétisation de ce programme vont toucher l’ensemble des habitants des zones montagneuses et permettre la diversification des productions agricoles. Ce programme, qui pourrait soulager les riverains des difficultés sociales et de l’absence de revenus, reste tributaire dans sa réussite de prise en charge effective à tous les niveaux d’intervention, et de la mobilisation de crédits nécessaires à son exécution.

Tewfiq G. [EL WATAN - 30-12-2009]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Restauration de la Basilique Saint-Augustin
Actualité suivante »
Annaba. Émeutes de Boukhadra: 2 mois de prison ferme pour 4 mis en cause

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires