Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Commerce informel: Des bazars à ciel ouvert au centre-ville
Zone Membre
Publicités

Annaba. Commerce informel: Des bazars à ciel ouvert au centre-ville

Publié le 18/05/2011

IAnnaba - Bazar à ciel ouvertl est de notoriété que Annaba est une grande ville aux traditions commerçantes où tout se vend et s’achète, avec un penchant particulier pour la spéculation tous azimuts; mais de mémoire de Annabis, jamais la Coquette n’a vécu pareille situation d’anarchie. Le retour massif des vendeurs ambulants est d’autant plus marquant que le centre-ville offre l’image d’un bazar géant à ciel ouvert.

Pratiquement, tous les espaces, jusqu’aux moindres recoins, sont investis par une armée de vendeurs, jeunes et moins jeunes. Aux alentours du marché populaire d’El Hattab ou devant les commerces légaux aucune surface n’est épargnée. Dans certains endroits ce sont des minis marchés  de fruits et légumes, d’habillement  ou de divers autres produits qui ont poussé. Au rythme où vont les choses, et eu égard à la concurrence déloyale qui fait rage, les propriétaires des magasins et boutiques seront contraints de convoiter un espace  extra-muros pour éviter une faillite certaine.

A.S. [EL WATAN - 18-05-2011]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. 11 personnes blessées sur les routes en deux jours
Actualité suivante »
Annaba. Imagerie médicale - La voie à un traitement moderne

Les Commentaires

Comment en est-on arrivé là ? Pour comprendre les raisons de la transformation de notre ville en un immense bazar, la mairie porte incontestablement une très grande résponsabilité sur le laisser-aller de cette situation. Comment les autorités communales ont-elles laissé cette situation dégénérer ? Une situation devenu acceptable qu'on ne voit plus comme une infraction digne d'être verbaliser en dressant une contravention à ces vendeurs sauvages et à effectuer la saisie de la marchandise. C'est à la mairie de délivrer ou non l'autorisation à quiconque qui désire s'installer sur le domaine public, c'est à elle également d'en limiter le nombre, après avoir expliquer à la personne qui fait la demande, qu'elle doit se soumettre à différentes obligations préalables, sous peine de voir cette activité annulée.
Le but est de coordonner le développement de la ville dans le respect du cadre de vie des habitants actuels et futurs, ainsi que l'équilibre nécéssaire entre les populations, leur environnememt vital et les activités économiques et commerciales etc...
Visiblement toutes ces conditions n'ont pas été respecter. Comment n'a-t-on pas prévu depuis longtemps des espaces réservés et adaptés à cet effet pour éviter la dégradation de notre ville ? Avoir laisser cette situation se développer ainsi, sans s'inquiéter, c'est une violation grave du domaine public. Il faut ajouter à cela l'injustice que vivent les commercants en régle qui payent chaque mois taxes et impôts, contrairement au vendeur ambullant installé sur le même trottoir à quelques mètres, dont l'activité sauvage ne lui avait valu aucune sanction jusqu'ici.
Il faut également comprendre les conséquences et les risques des ventes qui sont faites sans autorisation sur les trottoirs, les chaussées, sur les places, devant les habitations etc... Car sur ces lieux on trouve quasiment toutes sortes de marchandises: Des aliments qui ne sont couverts d'aucune régle d'hygiène, des vêtements contrefaits aux imitations médiocres venant souvent d'Asie, des accessoirs de piètre qualité, des produits d'hygiène et de ménage qui ne sont contrôlés par aucun organisme qui protège les consommateurs, des jouets pour enfants très souvent dangeureux non homologués venant de Chine, des médicaments contrefaits importés d'Inde, Dieu sait dans quelles conditions ils ont été fabriquer ni quelle est leur teneur en principe thérapeutique, là aussi aucun contrôle d'organisme de santé public. Les médicaments peuvent être périmés. Ils sont sensés vous guérir, mais en réalité vous rendent au contraire malade. C'est un coût financier supplémentaire à l'assurance maladie nationale pour les acheteurs qui tombent malade à cause de ces médicaments bidons. On trouve aussi sur ces marchés des pièces de rechange de toutes sortes d'appareils, toutes contrefaites. Il y a même des pièces détachées d'automobiles de qualité douteuse qui mènent directement les propriètaires des voitures qui s'en équipent, à la mort.
Il n'y a pas que la mairie qui doit intervenir pour mettre fin à ce désastre. Il y a aussi la direction des services vétérinaires et alimentaires pour contrôler les produits qui comportent des risques de santé publique en relevant des infractioins. Il y a également les douaniers qui peuvent intervenir et relever des infractions sur tous les articles de contrefacons et de contrebande rentrer illégalement dans le pays etc...
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires