Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. L'aquaculture, une activité marginalisée
Zone Membre
Publicités

Annaba. L'aquaculture, une activité marginalisée

Publié le 17/08/2011

Aucune concession n’a pu être accordée aux nombreux professionnels en la matière en raison du statut de certaines zones, situées près d’infrastructures sensibles.

En application des directives du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques portant sur le développement de l’aquaculture, créneau resté en marge en dépit de son caractère fondamental dans la sécurité alimentaire, la direction de la pêche s’ingénie à réunir toutes les conditions de succès D’ores et déjà le choix des sites est tranché, du moins pour les concessions qui seront octroyées à Chétaïbi, où seront développées la pisciculture et la conchyliculture.

Les investigations menées dans ce sens ont fait ressortir que sept sites s’y prêtant à  cette activité ont été sélectionnés dans la wilaya de Annaba, dans le cadre d’une stratégie de développement initiée par le ministère de tutelle. Pour rappel, quatre autres sites ont été retenus depuis 2005 par le schéma national d’aquaculture (SNA) et trois autres par le schéma directeur de développement des activités de la pêche et de l’aquaculture (SDDAPA). Pour ce qui est de la mise en œuvre du SNA, la région des salines de Boukhmira, dans la daïra d’El Bouni, remplit toutes les conditions pour le développement de cette activité. Cette zone abritera, dans le cadre du plan quinquennal 2010/2015, deux projets: l’étang des salines pour l’élevage des crevettes et la pisciculture et la lagune pour la pisciculture et la conchyliculture.

Toutefois et en raison du statut du dit site relevant de la sécurité de l’aéroport international Rabah Bitat de Annaba, aucune concession n’a pu être accordée aux nombreux professionnels en la matière qui se sont manifestés depuis la dernière visite du ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques. Des efforts sont consentis localement par la wilaya auprès des secteurs des transports et de la pêche pour trouver une issue à ce problème. Au «Vivier» de Ras-El-Hamra, très riche en poisson blanc notamment, il est prévu un site pour la conchyliculture et la pisciculture. Dans le cadre du  SDDAPA,  le lac Fatzara pour l’aquaculture lagunaire et Ras-Matfouche ainsi que la Baie Ouest de Chétaïbi pour la conchyliculture et la pisciculture sont autant de projets à lancer. L’on cible dans les prévisions ministérielles en l’an 2025  pour un objectif de 53 000 tonnes de poissons.

A. S. [EL WATAN - 17-08-2011]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Guerre de libération: Un ancien condamné à mort par contumace mis aux oubliettes
Actualité suivante »
Annaba. El Hadjar: Projet de deux jardins publics

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires