Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Intempéries à El Tarf : Un mort et des disparus dans des in...
Zone Membre
Publicités

Annaba. Intempéries à El Tarf : Un mort et des disparus dans des inondations

Publié le 12/03/2012

El Tarf InondationsHier vers midi, des équipes de la Protection civile ont repêché le corps d’un petit garçon de 9 ans qui avait disparu la veille avec ses parents emportés dans leur voiture par les eaux en furie de l’oued Bou Hadjar.

La famille, résidant à Sidi Amar (Annaba), revenait d’une visite à des proches habitant Oued Zitoun (Bou Hadjar). Selon les indications des agents de la Protection civile, le véhicule aurait dérapé et serait tombé dans l’oued à hauteur du pont de Mechta Kherouïa. L’enfant a été retrouvé à plus d’un kilomètre de l’endroit où la voiture a quitté la route. A l’heure où nous mettons sous presse, toujours aucune trace des parents qui, selon toute vraisemblance, seraient restés prisonniers de la voiture et entraînés vers le lac du barrage, à 3 km en aval.

Il a encore plu 48 mm depuis le 5 mars, cela a suffi pour que les oueds gonflent, sortent de leurs lits et envahissent de nouveau les terres les plus basses. Dans cette seconde séquence des inondations d’El Tarf, une cinquantaine de familles ont été secourues par les services de la Protection civile, ce qui signifie qu’il doit y en avoir encore beaucoup d’autres qui n’ont compté que sur elles-mêmes. Ce sont toujours les zones de Ben Amar, Ben M’hidi et Bouroumana qui sont les plus touchées, car situées à la confluence des eaux des oueds Kébir, Bounamoussa et Seybouse.

Hier, les routes étaient coupées en dix endroits différents, dont des grands axes comme la RN84 entre Dréan et Besbès et la RN16 entre Annaba et Souk Ahras. Les barrages, pleins à ras bord, vident leur trop-plein dans les cours d’eau. On ne peut rien faire car c’est automatique, nous expliquent des techniciens de l’hydraulique, agacés d’être pris pour responsables des malheurs causés par les eaux.

Slim Sadki [EL WATAN - 12-03-2012]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Intempéries : Un navire secouru en haute mer
Actualité suivante »
Annaba. CHU Ibn Rochd : des centaines de malades privés de sang

Les Commentaires

Et pourtant des solutions existent pour diminuer les problèmes des inondations, mais voilà les autorités attendent le retour du beau temps et du soleil pour les résoudres.
Ces inondations ne sont pas seulement la faute aux intempéries et au climat imprévisible. C'est également la faute à l'homme. À ce qu'il paraît, certains de nos brillants cerveaux ont eu la géniale idée de purger dans des régions déjà saturées d'eau, les barages pour soit disant éliminer le surplus qu'ils contenaient. Résultat, les rivières débodées, les terres innondées, les plaines se sont transformées en d'immenses lacs navigables, routes impraticables, les maisons détruites etc...Comme si les caprices et les malheurs de la nature ne suffisaient pas, on trouve le moyen d'en ajouter encore.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires