Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Ecole Kermadi Messaoud : Des conditions déplorables
Zone Membre
Publicités

Annaba. Ecole Kermadi Messaoud : Des conditions déplorables

Publié le 03/02/2013
L’école primaire KERMADI Messaoud de Sidi Achour, est un exemple des conditions indignes auxquelles sont condamnés les 463 élèves qui la fréquentent en double vacation, pour se partager les 7 salles de classe fonctionnelles. Cette école a été construite sans que l’on conforte d’abord le talus du massif boisé qui la domine et sans le mur d’enceinte qu’aurait ainsi constitué le voile ou mur de soutènement.En fait elle a été construite ouverte à tous les vents et, aux multiples doléances de la directrice, son inspecteur de l’éducation lui avait rétorqué qu’elle voulait en faire une caserne. Et devant l’exiguïté de cet établissement le wali avait donné instruction pour la construction en urgence de 6 salles de classes supplémentaires. Un projet inscrit sur PCD et confié à la DLEP pour la réalisation. On ouvre une parenthèse ici, pour dire, en dépit des « bien pensants » qui eux n’ont rien fait pour Annaba que le wali actuel a toujours répondu aux préoccupations des citoyens, comme dans ce cas mais les intervenants ont tout fait pour faire capoter des projets essentiels au quotidien, comme vous allez le constater. D’abord, on a « oublié » les normes légales de construction en oubliant un mur de soutènement et d’enceinte, ensuite on a oublié qu’Annaba est classé en zone de séisme de catégorie 3, sans compter un mortier jaune, tellement il est saturé de sable ainsi que d’autres vices de construction qui font que les 6 salles de classes ne peuvent en aucun cas recevoir un avis de conformité. En fait, à cause de l’oubli du mur de soutènement les eaux de ruissellement ont fait du sol une glissoire, au point que l’un des blocs s’est déplacé. Les eaux venant du massif ont envahi la cour et laissé des dépôts de boue et surtout cette ouverture de l’école, laisse libre accès aux animaux y compris des sangliers et le plus grave est à venir. En effet, une visite aux salles de classes « neuves » qui attendent depuis trois ans une réception improbable, sont apparemment devenues ainsi que les alentours de l’école, un refuge pour les beuveries et même pour les couples en mal de discrétion. La trace de ces visites peut être constatée au niveau des sanitaires et même des salles désertes. Jeudi, le maire était sur place, répondant aux sollicitations de la directrice, lors de la réunion avec les directeurs des écoles primaires de la commune, mardi dernier. Et devant un état des lieux alarmant et indigne, furent appelés sur le moment, élus, responsables techniques de la commune ainsi que de la Direction de l’Education, sans oublier le représentant de la DLEP. Une équipe de Blanche Algérie se mit aussitôt au travail pour enlever des tonnes de déchets, surtout de bouteilles d’alcool, reste des beuveries sur les lieux et nettoyer les alentours, pour la pose d’une clôture en Zimmerman. Mais et c’est l’essentiel, des mesures en été prises pour que très rapidement un mur de soutènement et d’enceinte soit construit avec un reliquat du projet d’extension plus un apport de la D.E. Les classes construites et abandonnées devront faire l’objet d’une expertise du CTC afin de décider des travaux à entreprendre pour les rendre fonctionnelles. Des mesures ont aussi été prises pour que le corps principal de l’établissement, donnant des signes de dégradations ainsi que l’étanchéité dans un état déplorable, soient pris en charge le plus tôt possible. Même la peinture devra être changée, celle d’origine, un rouge sombre, donne un air lugubre à un établissement accueillant des enfants ; ceci pour dire à quel point il fallait intervenir. L’école qui en fin de journée jeudi, était enfin sécurisée et propre, fera l’objet d’un suivi particulier de l’APC jusqu’à ce qu’elle atteigne aux normes en la matière, ce qui n’a jamais été le cas. Pour terminer on ne peut qu’invoquer Dieu, même les athés y croiront, parce que rien n’est arrivé aux enfants durant tout ce temps, la photo parle d’elle-même.

L'EST - 03/02/2013 - Ammar Nadir

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Il faut se débarrasser de la « Bureaucroûte », qui sévissait à la Mairie
Actualité suivante »
Annaba. El Bouni : « Portes ouvertes » sur le diabète

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires