Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: CHU Ibn Sina - Retard dans la réparation du “cathéter”
Zone Membre
Publicités

Annaba: CHU Ibn Sina - Retard dans la réparation du “cathéter”

Publié le 11/03/2013
 Sans aucune suite, sont ces réclamations des médecins et parents de malades cardiaques,  transmises à la direction de l’hôpital Ibn Sina, afin de réparer le plus tôt possible la panne enregistrée au niveau du cathéter, service cardiologie. En dépit de l’aval donné par le directeur pour la réparation de cette panne technique, en apostillant récemment les modalités de reprise de fonction, cette opération tant attendue, tarde à venir au détriment de la santé des patients !  En raison notamment de la souffrance que subissent les malades cardiaques avec la panne du « cathéter » depuis maintenant 10 mois, indiquent nos sources, plusieurs voix s’élèvent à l’intérieur du service dénonçant le « laxisme et l’indifférence » de l’administration de l’hôpital. Surtout lorsqu’on sait que le nombre de malades de l’infarctus du myocarde qui meurent suite à cette panne, est impressionnant, alors qu’on pratiquait habituellement 8 interventions ou gestes chirurgicaux par jour. En fait, la grogne manifestée ces derniers temps par les médecins du service cardiologie, Yahi Badreddine, au CHU Ibn Sina et les parents de malades vis-à-vis de cette panne technique du cathétérisme cardiaque, la direction de l’hôpital avait visé les documents relatifs à la réparation de cet appareil indispensable. Mais, affirment nos sources, les responsables de l’hôpital affichent une totale inertie face au calvaire des patients. C’est en raison probablement du coût excessif de l’opération de réparation qui est à hauteur de 1,5 milliard de centimes. Il convient de rappeler également, que dans ce cas de figure, le service de cardiologie avait tiré le tocsin à la suite de l’enregistrement de plusieurs cas de mortalité de façon quasi-quotidienne des malades, à défaut d’intervention chirurgicale dite « la coronaire », à cause de cette panne technique. Un constat alarmant et inquiétant à la fois, il faut le dire, et face auquel il est impératif de réagir, soulignent nos sources. Mais avec les hésitations de la direction de l’hôpital, la souffrance des malades du myocarde continue certes et la mort sévit encore au service de cardiologie pour quelques jours ou peut être des mois, en attendant le coup d’envoi de la réparation et par conséquent, les interventions chirurgicales de la coronaire.

L'EST - 11/03/2013 - Toufik Ouazaa

 

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Délinquance - 138 individus écroués en février
Actualité suivante »
Annaba: Le centre des loisirs scientifiques rayonne sur la ville

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires