Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: La sardine à 45 DA sur les quais, 450 DA au consommateur
Zone Membre
Publicités

Annaba: La sardine à 45 DA sur les quais, 450 DA au consommateur

Publié le 09/09/2013
La concurrence sur les quais du port de pêche fixe le prix du casier de sardines autour de 1000 dinars le casier comportant 24 kilogrammes, ce qui revient à près de 45 dinars le kilogramme. Le prix à la consommation, plafonné depuis plusieurs semaines à la somme 450 dinars, est multiplié par 10, un prix fixé uniformément aussi bien au niveau des différents marchés que dans les magasins de produits de la pêche. Cette majoration fulgurante au détriment du pouvoir d’achat du consommateur n’a d’autre explication que la cupidité des revendeurs de ce poisson qui était encore dans un récent passé, très prisé par les ménages pour son prix abordable. « C’est le rôle de la DCP de veiller aux prix pratiqués » nous a répété il y a deux jours M. Telli, le président de la Chambre de Pêche. Pour tenter de donner d’autres explications sur les prix pratiqués au détail, il devait évoquer plusieurs facteurs pris en compte par les pêcheurs, mais cela n’explique pas cette augmentation des prix, puisqu’il reste pour le producteur, fixé aux alentours de 45 dinars le kilogramme. Un prix qui chute lorsque l’offre est supérieure à la demande. « Les courants, la pollution, les conditions climatiques qui ont changé ces dernières années, font que la production de poissons, en particulier les sardines, a beaucoup baissé ces dernières années. En ce qui concerne les méfaits de la pollution sur la faune aquatique sur le littoral et au large de Annaba, notre interlocuteur devait évoquer l’état alarmant de l’Oued Seybouse, où sont déversées les eaux industrielles de pas moins de 540 entreprises, » sans parler des eaux usées de toutes les communes traversées par ce fleuve qui assure, rappelons-le, à près de 75 % l’apport hydrique de la région de l’Est du pays. « Au niveau de Annaba, les turbines de la centrale électrique qui utilise l’eau de mer font fuir les alevins pondus tout près des côtes ». Beaucoup de facteurs en somme à l’origine d’une production jugée faible par rapport aux autres ports de pêche du pays, à laquelle s’ajoute l’opportunisme des commerçants. D’un autre côté, rappelons que la feuille de route établie par le ministre de la Pêche et qui concerne tous les ports, est en passe de devenir effective, comme l’a annoncé M. Telli, qui s’attend, ainsi que la majorité des pêcheurs, à un véritable « réveil » des activités de la pêche au niveau du port de Annaba.

L'EST - 09/09/2013 - Farida H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Alphabétisation - Plus de 1080 personnes illettrées ciblées
Actualité suivante »
Annaba: Algérie-France - Trois accords de coopération signés à Annaba

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires