Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Eclairage Public - La RN 44 Annaba Berrahal dans le noir
Zone Membre
Publicités

Annaba: Eclairage Public - La RN 44 Annaba Berrahal dans le noir

Publié le 23/11/2013
Réalisé depuis quelques années et réceptionné, le réseau d’éclairage public sur la RN.44 à partir de la cité du 1er mai dans la commune de El Bouni jusqu’au poste de gendarmerie fixe sur la route de Berrahal n’a jamais fonctionné. C’est aussi le cas pour beaucoup d’autres zones où ce moyen qui permet d’éviter de nuit certains obstacles ou animaux, n’a jamais fonctionné. Ces réalisations ou ces réhabilitations ont coûté des fortunes aux contribuables en pure perte. Mais y a-t-il que l’éclairage public ? La question est posée particulièrement en ces moments où la communication avec les responsables des différentes structures étatiques ont reçu pour instruction de ne plus communiquer avec la presse. Et comme s’il s’agissait de jouer on ne sait quelle symphonie en do mineur, le wali a décidé d’adopter en premier cette stratégie.  Une opération de réhabilitation aurait dû être entamée depuis des années au marché de gros des fruits et légumes situé au Marché d’Intérêt National (MIN) El Bouni. Cette infrastructure socioéconomique a atteint le point de non retour en termes de conditions de vie et de travail de ses animateurs directs. Au manque d’hygiène et de salubrité et de l’éclairage intérieur et extérieur très insuffisant, s’ajoute l’insalubrité et l’insécurité sur les lieux. Il ne se passe pas un jour sans que l’on ait à enregistrer une agression d’un client, d’un fournisseur ou d’un mandataire. Tant et si bien que certains transporteurs refusent de se rendre à ce marché qui approvisionne en fruits et légumes toute la wilaya de Annaba. L’opération de rafistolage réalisée il y a quelques années a montré toute sa limite. De même que les visites successives effectuées par les différents walis et les engagements des uns et des autres pour apporter des améliorations n’ont pas suffi. La situation est demeurée en l’état. Pire, elle s’était davantage aggravée avec la dégradation avancée de la toiture et l’infiltration des eaux de pluie jusque dans les cases. Aggravée aussi par la prolifération des rongeurs et l’amoncellement des ordures dans et autour des hangars qui servent de halles à mandataires. L’état de la route et des aires de stationnement donne au site, l’image d’un lieu propre aux indigènes sous la période coloniale. Toutes ces insuffisances avaient été inventoriées par la commission mixte. Composée de la société chargée de la gestion des marchés, des représentants de l’Assemblée Populaire Communale El Bouni ainsi que ceux de la direction du commerce de la wilaya, ces conclusions auraient dû imposer la mise en application d’un plan Marshall. Les membres de cette même commission avaient pourtant élaboré une fiche technique et souligné les actions prioritaires à entamer pour une reprise en main de la situation. Leur démarché était intervenue à la faveur de l’octroi par la wilaya d’une enveloppe financière de 130 millions DA. Elle  était destinée au lancement d’une opération réhabilitation de ce lieu qui a de tout temps souffert de la négligence et la défaillance de ceux en charge de son entretien et maintenance. Elle devait être réalisée en 4 étapes au cours desquelles devaient être réaménagés l’éclairage, les conduites d’alimentation en eau potable,  la réfection de la clôture, celle de l’enceinte du marché ainsi que le revêtement et le bitumage de la route et des aires de stationnement véhicules. Après l’évaluation technique de l’opération, les travaux avaient lancés pour la réhabilitation du marché de gros. Comme toujours, mission impossible. Les véreux étaient passés par là. De réhabilitation, on était passé au rafistolage et au bricolage. Aujourd’hui, ce qui a été réalisé doit être refait. Une autre enveloppe financière est indispensable. A l’époque, les décideurs avaient pris leurs disposition e, affirmant que les 130 millions de DA étaient insuffisants. Ils avaient omis de préciser pour qui ?

  Le Provencial - 23 novembre 2013  - Mohamed Laouchera

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: L’ignorance, fléau du patrimoine à Annaba
Actualité suivante »
Annaba : Visite d’inspection du wali - Pure démagogie

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires