Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. ESPACES VERTS : Les jardins publics, objet de soins quotidi...
Zone Membre
Publicités

Annaba. ESPACES VERTS : Les jardins publics, objet de soins quotidiens

Publié le 09/04/2014

La ville des Jujubes semble être bien prise en mains par son APC. Les hommes en verts, agents communaux chargés de l’entretien des espaces verts, sont à pied-d’œuvre et s’évertuent à redonner un visage attrayant à certains lieux délaissés depuis belle lurette.

La surprise est bien celle provenant de l’aménagement des plates bandes jouxtant l’ex-Super marché. Des troènes, et des arbres ornementaux sont en train d’être mis en terre soigneusement par plusieurs jardiniers de la commune reconnaissables à leurs salopettes vert clair. Le jardin faisant face à la mairie est égaillé par les soucis en fleurs, des marguerites géantes ainsi que par d’autres essences telles que des roses trémières ou des rosiers datant de la période coloniale et rescapés grâce à quelques anciens communaux.

Le square El Houria se voit aussi enrichir de plusieurs variétés de plantes, comme il a été procédé à une taille sévère des arbres centenaires qui s’y trouvent et qui en avaient un grand besoin. Si on avance vers la place Tarek Ibn Zied, nous rembarquerons le coup de fraîcheur qui a été donné à la clôture et l’installation de nouveaux bancs publics ainsi que la plantation d’arbustes et la taille des rosiers qui dépérissaient avant cette prise en charge par le service communal de la protection de l’environnement.

Du côté de la gare, l’esplanade qui fait fonction de rond point fait également l’objet d’entretien. Les coups de sécateurs et la taille des troènes est menée bon train. Les sculpteurs de ces arbustes ornementaux continuent, heureusement à exister. Il n’y a qu’à faire un tour à l’entrée de la ville à Sidi Brahim et vous serez édifié par le travail d’art qui se fait en ces lieux.

Annaba est en train de reverdir ? Oui, on peut l’avancer, et pour rappeler à nos lecteurs la conviction du wali ainsi que du maire de la ville d’arriver à redorer le blason d’Annaba et lui redonner son qualificatif de « La coquette ». M. Merabet Farid, président de l’APC en a fait son leitmotiv, et avec l’aide de ses adjoints, il arrivera à ce but très noble qu’il s’est tracé dès son installation le 9 novembre, lors de son investiture, lorsqu’il avait en premier lieu salué les efforts des éboueurs et agents communaux tout en leur rendant un vibrant hommage.

Ahmed Chabi [ L'EST REPUBLICAIN - 09-04-2014 ]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: CITÉ AUZAS - Des individus recherchés arrêtés
Actualité suivante »
Annaba: COORDINATION DE PARTIS ET PERSONNALITÉS POUR LE BOYCOTT - Un regain d’activisme avant le jour J

Les Commentaires

"organisation anormale" ST p3 S.Fredjallah

APC Séraidi 350 salariés 3 mois sans salaires.
APC Annaba situation identique pour les 830 salariés.

La question les membres de l'APC est ce qu'ils sont dans la même situation?...je ne pense pas...c'est toujours les plus pauvres qui restent dans la misère...c'est révoltant!.
"Comment garder le coeur à l'ouvrage on se nourrissant comme un oiseau d'air pur et d'eau fraîche!"

l'APC devrait trouver des zombies ou des cyborgs, moitié chair et moitié composants électronique!.
Je ne comprends pas qu’en 2014 on est encore dans le fonctionnement de 1965. Des hommes et des femmes qu’on utilise sans penser comme à la régénération de leur force de travail (Marx). Comment peut on continuer à travailler sans carburant. Est ce que , Monsieur les maires se déplacent ils avec leur véhicule sans carburant. Ces personnes gèrent un personnel sans prévoir des budgets de fonctionnement à la hauteur des objectifs fixés par les conseils municipaux.
Franchement, ça me rappelle la situation de mes profs de sports des années soixante qui sont rester sans salaire plus d’une année. C’est dommage que dans un pays comme le notre on soit encore réduit à chicaner avec la vie des citoyens.
Je ne voudrais pas être responsable dans ces condition ! ! ! !pour mettre en difficultés des honnêtes travailleurs.
je demande la démission de ce conseil municipal dans sa totalité. Voilà maintenant, pourquoi on ne peut pas éradiquer le commerce informel.
Entre la vie et la mort, je choisirai l’informel comme solution d’avenir pour les miens , ce commerce a de beaux jours devant lui tant que l’injustice est reine sur notre sol ! ! ! ! !enfin Basta comme dira l’autre.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires