Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Les taxieurs imposent leur dictat - Les usagers de la ligne...
Zone Membre
Publicités

Annaba: Les taxieurs imposent leur dictat - Les usagers de la ligne Annaba-Sidi Amar vivent le calvaire

Publié le 12/05/2014
A Annaba, rien ne semble fonctionner normalement dans le secteur des transports. Et, une fois de plus, ce sont les taxieurs qui imposent leur loi à des usagers qui ne savent plus à quel saint se vouer. Ainsi, au regard de la ligne Annaba-Sidi Amar, l’attente est longue, très longue, que ce soit le matin, dans les deux stations de Sidi Amar, ou bien surtout l’après-midi, dans la station située boulevard de l’Afrique, à proximité du Champ de Mars et de la station de bus Kouche. C’est donc à un véritable calvaire imposé par les chauffeurs de taxi, beaucoup plus soucieux, apparemment de leur bien-être personnel que de celui d’une clientèle complètement exaspérée. Dans cette dernière station, alors que l’été n’a pas encore commencé, la file d’attente est telle que, pour pouvoir monter dans un taxi, il faudra s’armer de patience et attendre, dans certains cas, plus d’une heure en plein soleil afin de pouvoir repartir vers Sidi Amar. Malgré la colère des voyageurs, les chauffeurs de taxis continuent comme si de rien n’était. Les après-midis à Sidi Amar se suivent et se ressemblent, puisqu’un nombre impressionnant de  taxis fait la queue dans l’attente d’éventuels clients lesquels sont plutôt rares en ces lieux, puisqu’ils sont, pour la plupart, encore en ville, donc en train d’attendre en plein soleil. « Ce n’est plus possible qu’ils fassent ainsi, se désespère une mère de famille qui a l’habitude d’effectuer quotidiennement le trajet aller-retour Sidi-Amar Annaba. Les chauffeurs de taxis nous expliquent qu’ils ne peuvent pas aller en ville à vide et qu’ils sont obligés d’attendre que leur véhicule soit rempli. Ce qui est complètement ridicule, puisque la plupart des clients sont au centre-ville l’après-midi ». Pour un autre usager, la solution serait qu’ils se partagent les stations. « Je pense que l’idéal serait que la moitié des taxis soit à Sidi Amar et l’autre à Annaba, propose-t-il. Mais je sais bien qu’ils préféreront travailler comme ils le font. A nos dépens ». Au niveau de la station du Boulevard d’Afrique, nous avons pu constater l’ampleur de la file d’attente. Ce ne sont pas moins de cinquante usagers qui restent debout sous le soleil. Hommes, femmes, enfants sont là, comme résignés, mais au fond d’eux-mêmes très en colère contre la corporation des taxieurs qui, comme partout ailleurs à Annaba, imposent un diktat. La clientèle de la ligne Annaba-Sidi Amar est obligée de se soumettre à leur bon vouloir. Mais la colère monte et, avec l’approche des grandes chaleurs, il est fort possible, s’il n’y a pas de nouvelle organisation, qu’il y ait des frictions entre voyageurs et taxieurs desquels le premier pas devrait venir. Mais quand ?

lestrepublicain -  11 mai 2014 -  Lakhdar Habib

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Les journées du patrimoine culturel Soufi - Pour la mémoire d’Ahmed Cherif Mahboubi
Actualité suivante »
Annaba: Le CREPS de Séraïdi opérationnel en 2015 ? DEUX LOTS À LANCER POUR FINIR LE PROJET

Les Commentaires

En attendant que le tramway soit opérationnel, ou qu'une autre solution au problème du transport soit trouvée, pourquoi ne pas se mettre d'accord entre voisins, véhiculés du même quartier, du même immeuble ou de la même rue, pour s'entraider à résoudre cette difficulté?
Si chaque automobiliste, non chargé, qui se rend régulièrement tous les matins à Annaba pour aller au travail prendrait avec lui 2 ou 3 personnes et les ramener avec lui le soir, si les horaires arrangeraint tout le monde, on ne résoudrait pas le problème dans sa globalité, mais on aurait le mérite d'alléger quelque peu cette difficulté. Évidemment chacun des passagers remettrait, chaque mois au propriétaire de véhicule une somme d'argent qui corresponderait aux frais d'essence et aux frais d'usage du véhicule quisqu'il faudrait parfois le ramener au garage pour des réparations.
Ceci n'est bien sûr qu'une partie de la solution qu'il faudrait conjuguer à d'autres pour arriver à bout de cette lassitude.
Cher Ami , chers tous , Je pense que la solution coule de source et que cette proposition serait la plus raisonnable mais il il y a un "hic" : Vu les conditions sécuritaires qui hantent l'esprit des braves gens comme vous et moi , celà reléve de l'impossible et je m'explique : Quid de qui prendrais a bord de son véhicule des personnes qu'il connait certes , mais qui seraient "identifiées" par des malfrats et vous imaginez la suite . J'ai passé un long mois en EUROPE , ils appelent çà le co-voiturage . Les conditions sont draconiennes , il faut s'insrire sur un site , s'identifier etc...
Et puis les mentalités ne sont pas les memes : Imaginez aussi qu'une mére de famille , tout ce qu'il y a de plus honorable , ou un Monsieur d'un certain age se prete a ce precept.....
L'idée est trés belle , génereuse et pourrais résoudre un des problemes les plus réccurents dans notre ville . Je me souviens d'une trés belle replique de feu le ministre saoudien vers les années 73 lors de la fameuse flambée du prix du pétrole . Il avait répondu a un média français et je le cite : "Vous les Européens , quand vous emmenez vos enfants a l'école , vous prenez chacun sa voiture , alors arretez de raler et adoptez le co-voiturage , vous paierez moins et vous contribueriez a la préservation de la planete (POLLUTION)
Je crois savoir qu'il s'appelait ZAKARIA il arborait un "bouc" poivre et sel..............Voilàààààààààààààà J'interviendrais peut-tre dans quelques mois . Reposez vous bien chers amis , BOUTEFTEF veille sur vous
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires