Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Université Badji Mokhtar - De nouvelles spécialités en info...
Zone Membre
Publicités

Annaba: Université Badji Mokhtar - De nouvelles spécialités en informatique

Publié le 23/05/2014
Badji MokhtarLe département des Sciences de l’informatique de la faculté des sciences de l’ingéniorat à l’université Badji Mokhtar a organisé, du 19 au 22 mai, en collaboration avec le laboratoire de recherches scientifiques, des portes ouvertes sur les nouvelles spécialités de master en informatique, seront accessibles aux étudiants l’année prochaine. Le département de l’informatique qui compte chaque année 150 étudiants diplômés en Licence académique et 125 diplômés en Master, a ouvert de nouvelles perspectives de spécialités au profit des étudiants. « Il s’agit d’un Master 1 en commun en Sciences des technologies de l’information et de la communication (STIC), Systèmes Embarqués et mobilités (SEM) et l’Ingénierie de logiciel complexe (ILC) » a révélé un cadre du département. Ces spécialités conduisent, à leur tour, à cinq spécialités en Master 2. « Reconnaissance des formes et intelligence artificielle (RFIA), Traitement d’image et vision artificielle (TIVA), Ingénierie de la connaissance (IC), Réseaux et sécurité informatique (RSI), ingénierie de logiciel complexe (ILC)  ainsi que les Systèmes embarqués et mobilité (SEM)  » a-t-il ajouté. Cette diversification des formations s’inscrit dans une démarche générale visant à assurer aux étudiants un ensemble de compétences théoriques et méthodologiques exploitables en fonction des exigences du marché de l’emploi. Elle permet également d’offrir aux étudiants une meilleure évolution de carrière. « Ces nouvelles spécialités qui s’inscrivent dans le système LMD ouvrent des perspectives de carrière assez larges. Les entreprises demandent de plus en plus de personnel qualifié et assez spécialisé pour répondre aux exigences du marché » a expliqué un cadre de l’université. Ces perspectives donnent la possibilité aux diplômés d’être recrutés aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. « Le système LMD est commun entre l’Algérie et beaucoup de pays à travers le monde. Pour ne citer que l’Union Européenne, l’harmonisation de l’enseignement permet la mobilité des étudiants ainsi que des cadres » a-t-il ajouté. La diversification des études permet également l’essor du domaine de la recherche. A mesure que des laboratoires s’ouvrent et que des doctorants se forment, le tissu de la recherche et développement (R & D) algérien s’en trouve favorisé. « Le nombre des doctorants est en nette augmentation. L’ouverture de nouvelles spécialités participe de l’amélioration de l’enseignement et de l’encadrement en général. Jadis, pour encadrer une soutenance de thèse d’un haut niveau, l’université faisait appel à des professeurs d’autres universités voire même d’autres pays. Ce phénomène est de plus en plus rare avec nos propres cadres et enseignants » s’est félicité un enseignant du département d’informatique.

Le Provencial - 22 mai 2014 -
Abidine Lazaar

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Chétaïbi - Un petit « village touristique » qui attend ses estivants
Actualité suivante »
Annaba: Retard dans l’aménagement de l’entrée Est du chef-lieu - Les entreprises algériennes incriminées

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires