Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Inside AnnabaCity
Résultats par page : 5 | 10 | 20 | 50
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités
Chargement en cours...
Aller à la page 1 | 2 | »

Inside AnnabaCity

Sidi Denden était un saint homme, respecté pour sa grande sagesse, sa connaissance de la religion et sa disponibilité pour aider les gens durant toute sa pieuse vie. En 1745 (correspondant à l’année 1158 de l’hégire) le Bey Sidi Hassen abou Mohamed lui fit construire une Koubba.
Djenane El Bey, une invitation au voyage

A quelques dizaines de kilomètres de Chetaïbi, blotti au pied de l’Edough, la plage de Djenane El Bey est une invitation au voyage. C’est un lieu qui a exalté les artistes peintres à une certaine époque car il comprend tout : le dépaysement, le rêve, l’ivresse du départ vers de nouveaux horizons.
Calme et volupté

Malgré l’inexistence d’une infrastructure routière, estivants et touristes se bousculent sur le littoral de la commune de Chetaïbi, 70 km du chef-lieu de la wilaya de Annaba. Cette côte, baptisée par les occidentaux « plus belle baie du monde », mérite le voyage.
L'arbre archéologique

L'olivier de Saint Augustin, l’un des sites les plus prisés par les agences touristiques européennes, connaît depuis quelques années, embellie sécuritaire aidant, une forte affluence à cause de l'érudit, théologien et philosophe dont il porte le nom et du lieu de son implantation qu’une majorité d'historiens et explorateurs de l’époque coloniale désigna comme partie émergente de l'antique Thagaste.
Nous sommes à 600 kilomètres de la capitale, à l'extrême Est du pays ; C'est dans cet unique plaine maritime de l'Est Algérien que se situe la ville d'Annaba ; dont le site est appuyé au massif littoral de l'Edough.

Parsemé de forêts de chênes-lièges, de chênes à feuilles caduques, d'arbousiers et de jujubiers aux fruits rouges, très abondant dans la région, et, à qui elle doit son nom "Bled Al Anneb" d'où l'actuelle Annaba.
Pour le visiteur ou le touriste qui se rend à Annaba, se trouver sur le cours de la révolution, c’est avoir accompli une sorte de pèlerinage de la ville ; c’est aussi lui rendre hommage en arpentant dans un sens et dans l’autre le cours à la mode du pays. Il délimite l’axe Nord Sud de la ville. Il n’y a pas de raisons qui empêcheraient les Annabis de flâner sur le cours, et prendre leur petit part de plaisir dans cette agréable promenade. C’est un peu l’antique forum d’Hippone qui a ressuscité afin de perpétrer une vieille tradition plusieurs fois millénaire, où se tenaient et se discutaient toutes sortes d’affaires du peuple…
Après avoir visité la vieille ville et ses mosquées, une promenade pédestre est à conseiller dans les alentours, donc, en remontant la colline de " Djebel Abed ", on peut voir ce que fût les grandes murailles, qui jadis protégèrent la ville contre les différentes offensives d’ennemis venus par la mer…

De ces remparts, de près d’un kilomètre huit cent de long, il en reste quelques traces ; c’est la façade maritime qui est restée entière et la mieux conservée. Elle se situe à l’Est, au point le plus culminant de la ville.
L'histoire d'une ville n'est guère une mince affaire. Elle est le vécu de plusieurs générations ; elle est sa mémoire ; elle est aussi sa généalogie ethnique et culturelle, elle fixe l'expérience de la vie à travers l'espace et le temps avec tout ce qu'elle peut comporter.
Aller à la page 1 | 2 | »

Articles similaires