Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Annaba - Actualité/Annaba. Lieu de transit pour la Tunisie
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités
Chargement en cours...

Annaba. Lieu de transit pour la Tunisie

17/08/2006 - Lu 2073 fois
À Annaba

Selon l’avis de la plupart des Bônois, cette année la saison estivale n’a pas vu le rush tant attendu. Pourtant, les plages ne désemplissent pas. “Certes, toute personne étrangère à la ville conclura qu’il y a du ‘ghachi’, mais nous avons l’habitude de voir beaucoup plus que ça. Au fil des ans, le nombre d’estivants diminue de plus en plus”, ...

...nous a affirmé un habitant d’une cinquantaine d’années d’Annaba qui enchaîne en essayant de donner son analyse : “C’est dû à plusieurs paramètres. Primo, il y a cette image qu’on ne cesse de colporter sur l’insécurité dans la ville, ce qui n’est pas spécifique à nous. Cependant, il y a quelque chose de palpable et que beaucoup ressentent : c’est la cherté de la vie ici et la concurrence des autres régions. Elles ne vivent plus le terrorisme, et du coup c’est devenu une destination privilégiée pour les estivants.” Un professionnel du tourisme nous a affirmé de son côté : “Nous avons constaté un nouveau phénomène cette année. En juillet, il y a eu une diminution bien palpable du nombre d’estivants. Pour nous, ça ne concerne pas seulement la région, mais c’est un phénomène national où les hôtels ont tourné au niveau de 40 à 60%. Je crois que la raison de cette baisse de fréquentation est l’érosion du pouvoir d’achat évidemment, et surtout l’accès au crédit bancaire qui a visiblement mis à mal beaucoup de familles. Les plages de la Coquette gardent toutefois tout leur charme.” Après deux mois de “disette”, les 19 plages autorisées à la baignade ne désemplissent pas depuis le début du mois d’août, coïncidant en général avec les congés.

Y a-t-il un rush des estivants ? Une question à laquelle la Direction du tourisme de la wilaya répond par les chiffres en nous donnant le chiffre de plus de 4 millions de personnes venues à Annaba.

Le mot qui semble le mieux indiqué pour Annaba en cette période estivale est plutôt “lieu de transit” pour la Tunisie. Géographiquement, c’est évidement explicable puisque la ville se trouve à une centaine de kilomètres des frontières et un peu plus de 320 kilomètres de la capitale du pays voisin. Pour la plupart, il est beaucoup plus rentable de passer ses vacances à Annaba. Ainsi pour Omar, un jeune de 22 ans, “il y a des agences de tourisme qui proposent une semaine en Tunisie pour 17 000 DA. Une nuitée dans hôtel balnéaire ici à Annaba coûte 4 500 DA minimum. Il n’y a déjà pas de comparaison question argent, et si en plus du fait de payer moins cher on a un décor plus adéquat avec beaucoup plus de commodités, je crois qu’il n’y a aucune hésitation à faire. Avec le passeport, c’est la belle vie non !”

On a pu aussi distinguer une autre catégorie de vacanciers. Celle des locataires d’une à plusieurs semaines. Ils louent des appartements meublés à des prix que beaucoup considèrent inaccessibles. D’ailleurs, ce sont surtout les émigrés et les familles (en général composées de plusieurs membres) qui choisissent cette formule. Ainsi un F3 au niveau du quartier résidentiel de Saint-Cloud se louait à… 8 millions de centimes en juillet, mais pour août les prix ont beaucoup baissé.

Là il vient d’être loué à des émigrés pour la “modique” somme de 6 millions de centimes. Un F3, niveau de villa au niveau de l’autre quartier résidentiel Gassiot a été loué pour le mois d’août à 8,1 millions de centimes.

On n’omettra pas de signaler qu’il y a cette année beaucoup de colonies de vacances installées un peu partout à travers la ville. Les enfants inscrits aux nombreuses sessions viennent de différentes wilayas du pays, et on ne peut pas rater les “cortèges” de bambins en file indienne, que ce soit sur les plages ou dans le principales artères de Annaba.

Salim Koudil [LIBERTE - 17-08-2006]

Articles similaires