Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Les cimetières offrent une image de désolation
Zone Membre
Publicités

Annaba: Les cimetières offrent une image de désolation

Publié le 18/06/2014
En dépit des opérations de nettoiement entamées au niveau de nos cimetières, leur état de dégradation continue de susciter moult interrogations parmi la population, notamment les citoyens qui se recueillent devant les tombes de leurs parents ou de leurs proches. Ressassée à maintes reprises dans les colonnes de notre journal, la situation de nos sépultures n’est guère brillante. En compagnie de ses enfants, qui n’ont jamais foulé le sol de leur pays, un concitoyen établi à l’étranger est venu se recueillir devant la tombe de son père enterré au cimetière de Sidi Harb, la réaction de ses chérubins fut aussi surprise qu’instantanée. « Y a-t-il un respect envers les morts? On a l’impression qu’on les a jetés au lieu de les enterrer », se sont-ils interrogés. Au niveau de Bouhdid, cette ancienne et mythique nécropole est dégradée au point que les gens qui y viennent ont du mal à retrouver la tombe de tel ou tel mort en  raison des herbes sauvages qui ont poussé jusqu’à un mètre de hauteur et qui n’ont pas subi, depuis belle lurette, une opération de désherbage. Couvrant la plupart des tombes alignées de part et d’autre, ces herbes  et ces broussailles au milieu desquelles  se faufilent des serpents venimeux et des rats, donnent le tournis aux visiteurs qui n’hésitent pas à rebrousser chemin devant cet état de fait. Même les guêpes qui sont connues pour leurs piqûres dangereuses foisonnent. « J’ai mis beaucoup de temps à trouver la tombe de ma petite fille », nous a raconté un artiste connu sur la place annabie. Lui emboîtant le pas, son ami a dû abandonner les recherches, la tombe de son frère se trouvant au milieu de cette végétation luxuriante. Pour cela, nombre de citoyens lancent un appel à l’adresse des responsables locaux pour qu’ils lancent des opérations de désherbage, de dératisation et de lutte contre les insectes. Car il y va avant tout du respect envers les morts afin de rendre nos cimetières dignes de leurs noms.

lestrepublicain - 18 Juin 2014 - N Z

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: CITÉ LES FRÊNES - Le chantier de tous les dangers
Actualité suivante »
Annaba: TAXIS - Les tarifs fluctuent…

Les Commentaires

Tout le monde s’étonne du laissé aller dans lequel se trouve nos cimetières. Monsieur untel ne trouve pas la tombe de sa fille , l’autre celle de sa mère. Est ce que ces gens ont payé quelque chose pour l’entretien du cimetière. Est ces gens paient leurs impôts et taxes à la ville. je pense que lorsqu’on demande des droits il ne faudrait pas oublier que nous avons de devoirs.
Vous avez des gens pour préparer les tombes dans chaque cimetière de la ville qui sont payés par la commune. Et à ce jour, je n’ai pas entendu dire que nos concitoyens contribué à l’entretien de nos cimetières. Il peut être temps de fixer les règles avant d’accorder une autorisation d’inhumation. Une somme forfaitaire doit être exigé pour chaque tombe au famille avant de procéder à l’enterrement. Et tous les trois ans, la commune doit relancer les familles pour payer les droits d’entretien des cimetières. Celui qui ne réponde pas ses obligations d’entretien du cimetière. La commune lui donnera un délai de 15 jours pour honorer la somme qu’on lui demande. Si les gens ne répondent pas , la commune débarrassera la tombe pour laisser la place à une autre famille. On ne peut pas occuper une tombe éternellement et exiger des droits au respect des défunts à la collectivité sans faire un effort de son coté en contribuant au financement de l’entretien.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires