Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: VÉTUSTÉ DU RÉSEAU D’AEP - La qualité de l’eau en question
Zone Membre
Publicités

Annaba: VÉTUSTÉ DU RÉSEAU D’AEP - La qualité de l’eau en question

Publié le 25/06/2014
Les habitants de la rue de Libye, et la rue de Bentouati (ex-Mangin)  sont condamnés à se désaltérer d’eau minérale, à cause de l’insalubrité de l’eau qui coule des robinets. Ces mêmes habitants ont saisi à maintes reprises les services de la SEATA pour leur signaler  qu’à défaut d’eau potable, ils reçoivent dans leurs robinets une  eau  impropre à la consommation. En somme, il s’agit d’une eau à l’odeur nauséabonde, ce qui ne laisse aucun doute à ce qu’elle soit mélangée aux eaux usées. Cependant, les responsables de la SEATA, qui semblent atteints de surdité,  ne  trouvent pas mieux que des  promesses mensongères  pour régler cet épineux problème. Force est de constater que le recours à l’eau minérale  n’est pas du tout un choix, mais plutôt une contrainte qui pèse lourd sur les maigres bourses. En effet, le problème auquel sont confrontés ces pauvres citoyens n’est pas impossible à résoudre, il suffit juste que les services concernés soient dotés  d’un sens de sérieux et  qu’ils aient un soupçon de bonne volonté. Par ailleurs, face à cette situation pénible, les habitants tiennent à dénoncer l’insouciance de cette entreprise qui refuse de prendre en charge  une telle défaillance émanant  de ses services, au risque de voir la situation prendre une tournure lourde de conséquences. A savoir que cette eau infecte pourrait être à l’origine de nombreuses contaminations susceptibles de nuire à la santé de ces citoyens. Toutefois, la SEATA préfère mettre en danger la vie de ses usagers que d’effectuer des travaux pour séparer la canalisation de l’eau potable de celle des eaux usées. Cette deuxième entreprise nationale  après SONELGAZ, n’est pas encore décidée de sortir du cocon de la médiocrité dans lequel elle semble se plaire. Au lieu d’évoluer et d’améliorer ses prestations auprès de ses usagers, elle opte pour un silence méprisant et s’interdit de réagir et de répondre à leurs  réclamations, et ce pour remédier à ses propres défaillances.   Il faut rappeler  tout de même, qu’à l’origine de ce problème d’alimentation en eau potable,  c’est la dégradation de ce réseau qui est mise en cause et qui nécessite de grands travaux de réparation, à travers tout le territoire national. Certaines conduites datent de l’époque coloniale et n’ont presque jamais été changées. Avec la forte densité de la population ainsi que l’augmentation du débit d’eau distribuée, plusieurs de ces conduites usées éclatent et se mêlent à celles de l’eau potable. L’urgence de rénover le réseau d’assainissement s’impose. Les responsables du secteur doivent éradiquer le phénomène des fosses septiques, et entamer  la réalisation de nouvelles conduites d’évacuation des eaux usées, compte tenu du danger de ce moyen traditionnel sur la santé du citoyen. Cinquante-ans après l’indépendance,  il  est temps de lancer une large opération de réhabilitation  de ce réseau, afin de mieux gérer ces eaux usées,  quitte à construire  de nouvelles stations d’épuration. Les habitants de ces deux cités, où l’eau potable et les eaux usées font bon ménage, pourraient-ils espérer se faire entendre un jour par les services concernés censés mettre un terme à ce calvaire ? Actuellement, ils sont tenus de s’armer de courage en attendant de meilleurs jours.

lestrepublicain - 25 Juin 2014 - Moufida B.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: EL-HADJAR - Relogement de 151 familles
Actualité suivante »
Annaba: Sidi Salem - La cité en émoi

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires