Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba : CONFÉRENCE DE MOULOUD HAMROUCHE - «La sortie de crise doit...
Zone Membre
Publicités

Annaba : CONFÉRENCE DE MOULOUD HAMROUCHE - «La sortie de crise doit être négociée»

Publié le 24/08/2014
Ancien chef du gouvernement sous le mandat du défunt président Chadli Bendjedid, Mouloud Hamrouche était en visite hier samedi à Annaba.

L’étape de Annaba constitue une poursuite du périple national qu’il avait entamé depuis quelques mois, après une éclipse de plusieurs années. Accueilli par un comité autonome composé d’universitaires, de représentants de la société civile, chargé de l’organisation de cette visite, il a animé, en fin d’après-midi, un meeting populaire au théâtre régional Azzedine-Medjoubi où avaient pris place plusieurs centaines de citoyens, animateurs du mouvement associatif local et représentants locaux de différents partis politiques. L’accueil a été à la mesure du personnage. C'est-à-dire aussi grand que les idées que ce dernier a développées tout au long de son intervention lors de cette conférence. Gestion politique, économique et sociale du pays, relations internationales avec les pays voisins et du monde, instabilité dans les pays de la région, notamment au Maghreb et dans le Sahel ont été au centre de sa conférence qui a duré plus d’une heure. Mais il a aussi évoqué plusieurs autres pays anciennement colonisés à l’instar de la majorité de ceux du tiers-monde ou membres du mouvement de non-alignement. Mouloud Hamrouche a d’abord expliqué le concept de l’État nation et les spécificités ou règles qui président à sa formation, avant d’aborder les difficiles relations de ce dernier avec le reste du monde notamment dans un contexte de mondialisation où il n’y a pas de place pour les faibles. Ce qu’explique le thème choisi de cette conférence: «l’Etat-nation et les défis de la mondialisation». «Même si une partie de la crise et le fait de situations extérieures, les deux tiers de celle-ci sont à imputer à des responsabilités nationales », estime le conférencier. L’ancien chef de gouvernement de la fin des années quatre-vingt n’a pas cité de nom ou une quelconque qualité de ceux à l’origine de cette crise. Il n’a pas directement mis en cause et encore moins cité un quelconque parti politique, une institution de la République comme en étant à l’origine. Au fil de son discours, il a préconisé une démarche pour sortir le pays de la crise dans laquelle ce dernier est embourbé depuis des années. Pour lui, la situation politique et socioéconomique que vit le pays n’est pas reluisante. Dans ce contexte, il appelle à un consensus national intégrant l’ensemble des forces vives de la nation dans la recherche d’une sortie négociée de la crise multidimensionnelle à travers la validation d’un projet national nouveau. Il énumère, dans ce cadre, nombre de problèmes vécus par le citoyen qui fragilisent l’autorité de l’État et constituent des risques majeurs pour son devenir. Il a axé une bonne partie de son intervention sur les relations Étatcitoyen. «Le citoyen s’identifie à l’État-nation. Celui-ci est tenu de lui assurer une vie décente comme il est responsable de sa protection ainsi que celle de ses biens», a affirmé Mouloud Hamrouche. Il a rarement été interrompu par les applaudissements du public qui écoutait sagement ses developpements. En fait, l’ancien chef du gouvernement a axé son intervention sur les maux qui rongent la société algérienne. Particulièrement la corruption, la dilapidation des deniers publics, le blanchiment d’argent, le pillage systématique du patrimoine foncier de l’État, l’influence exercée sur les administrations de la République par des individus ayant payé une qualité officielle, la protection dont jouissent ces derniers pour s’accaparer de surfaces foncières appartenant à l’État et beaucoup d’autres actes passibles des tribunaux que Mouloud Hamrouche a soulevés tout au long de sa conférence. A l’issue de sa conférence, l’ancien chef du gouvernement a débattu avec l’assistance de sujets divers en relation avec la vie politique nationale et la situation internationale marquée par les agressions contre le peuple palestinien spolié de sa terre.

Le Soir d'Algerie - 24 Aout 2014 - A. Bouacha


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: COURS DE LA RÉVOLUTION - Enfin, il reprend des couleurs et change d’atmosphère
Actualité suivante »
Annaba: Œuvres sociales de l’administration communale - Les retraités dénoncent la «gestion douteuse» du Fonds

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires