Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Œuvres sociales de l’administration communale - Les retrait...
Zone Membre
Publicités

Annaba: Œuvres sociales de l’administration communale - Les retraités dénoncent la «gestion douteuse» du Fonds

Publié le 25/08/2014
UGTA_logoLes pratiques de la commission des œuvres sociales de l’administration communale font l’objet de critiques acerbes de la part des fonctionnaires et retraités desdits services.
Les salariés en colère se demandent si le Fonds des œuvres sociales est destiné à tout le personnel ou c’est « le monopole de certains privilégiés ». Ils dénoncent ce qu’ils appellent « le favoritisme dans l’accès aux dons, conventions et autres facilités prévues par la loi ». Les cotisations de près de 3000 travailleurs, fixées à 5% du salaire, atteignent des sommes assez conséquentes. Ce Fonds est géré par une commission composée de membres des deux syndicats du secteur, l’UGTA et le SNAPAP dont est issu le président. Les protestataires remettent en question, ainsi, la compétence de la commission à gérer efficacement cette somme faramineuse. A relever que les actions des œuvres sociales englobent un large domaine de la vie des salariés : assistance sociale, prestations en matière de santé, crèches et jardins d’enfants, sport de masse, activités de culture et de loisirs ainsi que des coopératives de consommation. Les salariés ont donc le droit de présenter des demandes de prêt, de don et d’aides diverses dans les domaines précités. « J’ai bénéficié d’une prise en charge sanitaire pour une intervention chirurgicale. Ce n’était pas facile car il m’a fallu plusieurs mois de procrastination pour enfin avoir accès aux prestations demandés » a confié K, fonctionnaire. Les travailleurs évoquent également le problème, très épineux, de la Omra. « Tandis que des dizaines de travailleurs demandent, sans succès, à bénéficier d’une Omra, d’autres privilégiés se rendent chaque année à la Mecque… » apprend-on auprès des concernés. Les retraités, quant à eux, peinent à se faire entendre des responsables et autres dirigeants de la commission. Comme le stipule le décret n° 82-179 fixant le contenu et le mode de financement des œuvres sociales dans son article 4, les bénéficiaires des œuvres sociales outre les travailleurs sont « les retraités ainsi que les familles qui sont à leur charge ». Ainsi, mis à part les prêts, le retraité a pratiquement les mêmes droits que le salarié encore actif. Or, la réalité est toute autre. « On continue à me refuser la prime de retraite malgré les efforts que je fais depuis des années » a tempêté R, retraité et père de 4 enfants. L’article 14 du même décret signifiant que le Fonds des œuvres sociales ne peut être détourné de son affectation, reste, selon nos interlocuteurs, lettre morte. Ils interpellent la tutelle et exigent une enquête afin de mettre à nu les agissements des uns et des autres.

Le Provencial -25 août 2014 -
Z.A.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : CONFÉRENCE DE MOULOUD HAMROUCHE - «La sortie de crise doit être négociée»
Actualité suivante »
Annaba: Oued Boukrat - Pour quand un aménagement touristique ?

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires