Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: SÉCURITÉ URBAINE - Arrêtés pour vol qualifié et port d’arme...
Zone Membre
Publicités

Annaba: SÉCURITÉ URBAINE - Arrêtés pour vol qualifié et port d’arme blanche

Publié le 07/02/2015
Arrêtés pour vol qualifié et port d’arme blanche Les forces de police du commissariat de proximité du 12ème arrondissement ont réussi à appréhender deux individus  auteurs de méfaits et recherchés. Le premier, né en 1993, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par le tribunal et de ce fait se trouvait en cavale jusqu’à ce qu’il soit repéré et arrêté. Il lui est reproché en effet d’avoir commis un vol qualifié, de nuit avant de prendre la poudre d’escampette. Quant au second, né également en 1993 et récidiviste comme son acolyte, il est poursuivi  pour la détention d’une arme blanche prohibée. Il faut signaler que ce bonhomme ne portait pas un simple canif ou un cran d’arrêt mais un grand couteau de boucher.
Les deux compères ont été présentés le 4 février par devant un magistrat instructeur près le tribunal de Annaba qui a ordonné » leur mise sous mandat de dépôt. En prison préventive, ils surfont le temps nécessaire pour penser à choisir une activité légale et à se réinsérer dans la société. Et pourquoi ne pas profiter des largesses de l’ANSEJ ou de l’ANGEM offertes justement pour que ces jeunes puissent exercer une activité rentable et qui les éloignerait de l’oisiveté, mère de tous les vices.  Dans le même contexte, il faut signaler que les éléments de la Sûreté de daïra d’El-Hadjar ont mis fin au parcours délictuel de deux malfaiteurs activement recherchés puisqu’un mandat d’arrêt avait été émis à leur encontre.
Par ailleurs l’un d’eux est poursuivi pour une tentative d’homicide volontaire au moyen d’une arme blanche. L’autre faisait partie d’une association de malfaiteurs. Arrêtés le 4 février en pleine nuit, à 22 heures exactement, ils sont en instance  d’être présentés  au parquet d’El-Hadjar qui aura à  statuer  sur leur cas. Leur liberté tardera cependant à être retrouvée étant donné que le genre de délits qui leur est reproché est passible de la Cour d’Assises. «Echraâ Lahmar » comme on avait tendance à le désigner parce que les juges portaient une toge et une toque rouges.

lestrepublicain - 07 février 2015 - Ahmed Chabi

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: FORMATION PROFESSIONNELLE - ''Annaba est un pôle par excellence''
Actualité suivante »
Annaba: PROGRAMME QUINQUENNAL DE L’AADL - 90 pour cent des dossiers des postulants examinés

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires