Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba : APW - Le secteur de la santé à la loupe
Zone Membre
Publicités

Annaba : APW - Le secteur de la santé à la loupe

Publié le 30/04/2015
Avec 14% de taux de consommation du budget de l’année 2014, la wilaya de Annaba se classe au milieu du tableau de celles des régions de l’Est du pays.
«Des efforts importants ont été consentis par les élus des APC, APW et les directeurs des différentes structures de l’Etat. Il en a résulté des réalisations dans tous les domaines socioéconomiques au profit des 650 000 habitants. Il faudrait que ces efforts soient mis en évidence pour stimuler les énergies des uns et des autres», a estimé le wali par intérim Mostefa Limani. Il s’était exprimé lors de l’ouverture de la séance plénière de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) à laquelle prennent part les représentants des douze APC ainsi que ceux de la société civile.
La présentation du secteur de la santé sur la base des données 2014 intervient quelques heures après la décision de limogeage du directeur de l’hôpital mère/enfant El Bouni.
Cependant, force@ est de dire que la gestion de ce secteur est en nette amélioration comparativement aux précédentes années. Ce qu’a tenté de mettre en relief Ridha Lehtihet, directeur de la santé, en affirmant : «Notre secteur bénéficiera de nombreuses structures de santé tant dans le domaine hospitalier universitaire que sanitaire. Tout est prêt pour le lancement des travaux du nouveau CHU El Bouni d’une capacité d’accueil de 500 lits, d’un centre régional de transfusion sanguine, de plusieurs polycliniques dont une à la nouvelle-ville de Draâ Erich et l’extension de l’hôpital El Bouni avec plus de 120 autres lits. S’y ajoutent le Centre anti-cancer et celui des urgences Frantz-Fanon. Nous comptons mettre en place un pôle médical.» Cependant, si dans son rapport, la commission de l’APW n’a pas tari d’éloges en ce qui concerne les acquis enregistrés dans tous les domaines dans la wilaya de Annaba, il n’en est pas de même dans les propos du rapporteur.
Ce dernier a pratiquement pointé du doigt différents services et structures de la santé en termes de laisser-aller. C’est ainsi que le représentant de la commission sociale a souligné de nombreuses insuffisances. Telles que celles de la prise en charge des enfants scolarisés. Il ressort que 23 unités de dépistage scolaire activent avec seulement 30 médecins pour 134 000 élèves, que les structures hospitalières sont confrontées à l’insuffisance d’incinérateurs, la vétusté des polycliniques et des locaux à l’image de ceux de l’hôpital Dorban dont la restauration a été rejetée par le Contrôle technique de la construction. Le même rapporteur a également dénoncé la non-utilisation des équipements médicaux acquis inopérants alors qu’ils ont été importés avec de gros moyens financiers, l’absence totale de soutien psychologique au profit des malades atteints de cancer.
Que dire alors de ce chiffre en nette augmentation des citoyens atteints de différentes et graves pathologies à l’image des 508 cas de tuberculose extra-pulmonaire. La même situation est vécue au niveau des maladies chroniques comme les 29 715 cas de diabète et 23 982 de HTA. Ce qui a imposé à un des membres de l’APW, Mohamed Ayad, d’affirmer haut et fort que la prise en charge des malades est globalement en deçà des investissements consentis par l’Etat.
«Se rendre au service des urgences le soir dans une quelconque structure de santé de la wilaya constitue un véritable parcours du combattant. Au problème de la prise en charge médicale très aléatoire réalisée par des médecins internes sans aucune expérience professionnelle, il y a les risques d’agression à l’intérieur même de ces structures. Les praticiens ne sont pas épargnés par les dépassements des délinquants et autres malintentionnés.»
Les critiques du genre n’ont pas cessé tout au long des interventions des élus en ce qui concerne le secteur de la santé. Il faut préciser que prévu pour être mis en exploitation le mois de juin 2014 et différé à septembre de la même année, le Centre anti-cancer pourrait être opérationnel au courant du mois de septembre 2015. C’est en tout cas l’engagement, une nouvelle fois, du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière lors de sa dernière visite de travail à Annaba.
La session de l’APW devrait se poursuivre aujourd’hui avec d’autres dossiers très importants que sont l’hydraulique, l’agriculture, les forêts, la pêche et le tourisme.

Le soir d'Algérie - 30.04.2015 - A. Bouacha

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: École primaire Asla Hocine - Un enfant de 8 ans meurt électrocuté
Actualité suivante »
Annaba : GENDARMERIE NATIONALE - Le groupement fait le point de ses activités

Les Commentaires

"Bien dommage, pour la santé de nos habitants"

Au lieu d'avoir choisi de construire un hôtel cinq étoile il fallait plutôt choisir de construire un hôpital moderne bien équipé que de faire du rafistolage! sachant d'avance que pour nos têtes savantes le problème de santé ne se pose pas pour eux "hôpital Américain de Paris" n'est qu'a deux heures d'avion!...pauvre de nous nos malades galère toujours!.
il me semble que l'hotel etait financé par la fondation du fils de kadafi!!!!depuis quand nous nous prehaucupons de la construction d'hopitaux. la france a laissé trois hopitaux. les notres ont fait que rafistoler l'existant afin de se faire un peu de beurre au passage.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires