Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: CONFLIT BATENCO/EST-ENTREPRENEURS - Un accord difficile à n...
Zone Membre
Publicités

Annaba: CONFLIT BATENCO/EST-ENTREPRENEURS - Un accord difficile à négocier et des dettes faramineuses

Publié le 29/04/2015

Des entreprises sous-traitantes voient leurs travaux impayés malgré la réalisation des projets pour lesquels elles ont soit soumissionné soit passé un marché de gré à gré avec l’ancienne équipe dirigeante de Batenco/Est. Ces travaux ont consisté en la réalisation de 36 brigades de gendarmerie, une base aérienne militaire à Oum El Bouaghi, et des piscines à Annaba et Bouchegouf d’après les déclarations des entrepreneurs regroupés devant le siège social Route de Sidi Brahim dimanche dernier.

Certains d’entre eux pour ne pas dire la plupart sont obérés de dettes et se voient pénalisés par les différentes recettes des impôts pour non payement alors qu’ils n’ont pas perçu un sou vaillant du PDG sortant et actuellement en poste, après un bref remplacement par un autre directeur qui avait alors promis de régler les situations dès la mainlevée sur les comptes de Batenco. Ils revendiquent le droit de percevoir leur dû en réglant toutes les situations pendantes.

Ils seraient plus d’une centaine et la société leur doit plusieurs milliards de centimes. Ils accusent les dirigeants de ne vouloir les payer alors que les caisses de cette société auraient été approvisionnées de 150 milliards de centimes dès la réception des œuvres accomplies et réceptionnées par le MDN. Le Président Directeur Général, M.Belloum et son vice-président avaient démenti à cette époque catégoriquement cette insinuation, lors d’une entrevue qu’ils nous avaient accordée. Les entrepreneurs qui venaient de plusieurs wilayas parmi lesquelles celles de Annaba, Batna, Constantine, Khenchela, Oum El Bouaghi, Souk-Ahras, Jijel et Skikda avaient désigné deux représentants pour parlementer avec M. le PDG qui n’a pas été par plusieurs chemins pour leur prouver sa bonne volonté à liquider toutes les situations entre la fin du mois de mars et juillet 2012.

Une condition cependant avait été imposée qui consistait en le payement des situations au cas par cas. A chaque fois, l’entreprise concernée sera réglée dès le payement du projet par l’ordonnateur c'est-à-dire le MDN. Un audit cependant sera fait pour chaque projet. Pour ceux que cela n’arrangerait pas, il leur conseille de saisir la justice qui est la seule à pouvoir trancher.

S’agissant de contrats commerciaux chacun a des droits et des devoirs et en cas de conflit comme c’est le cas, seule la justice pourra trancher les différends qui pourraient surgir. Ces arguments avancés par M. le PDG n’avaient pas semblé satisfaire la majorité des protestataires rassemblés devant le siège. Le commissaire de police du 1er Arrondissement avait tenu à avertir ces derniers que tout trouble à l’ordre public ou attroupement illégal représenteraient des délits qui sont passibles de poursuites judiciaires. Chacun avait campé sur ses positions, les entrepreneurs promettant de maintenir leur mouvement à l’aide de banderoles étendues devant la société dont le PDG s’était dit prêt au dialogue et au règlement de toutes les situations dans les mois à venir.

Des actions en justice avaient alors été introduites par quelques sous-traitants qui avaient obtenu le blocage de certains comptes bancaires de Batebnco et ils auraient obtenu satisfaction. Depuis ce temps le premier PDG M. Nehal avait repris son poste pour tenir pratiquement les mêmes promesses, et il avait alors apuré les cotisations de la Caisse des congés payés permettant au personnel d’être régularisé. Tout comme certains sous traitants s’étaient vu alors remettre de petites sommes et pour leur permettre de tenir en attendant le complément. Seulement ce que dénoncent ces derniers « ce sont les salaires faramineux dont bénéficient tous les cadres, rémunérés avec leur argent », alors que leur patience a dépassé les limites. Les sit in se sont poursuivis à longueur d’années et aucune solution n’a été trouvée. Aux premiers sont venus s’ajouter de nouveaux sous traitants et la somme due atteindrait les 220 milliards de centimes. Ce chiffre est avancé par les protestataires réunis devant le siège de Batenco-Est qui se trouve à la Cité de Sidi Brahim.

R.C [L'EST REPUBLICAIN - 29-04-2015]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : LES ÉLEVEURS DE NOUVEAU EN ÉBULLITION - Sit-in hier devant la DSA et la wilaya
Actualité suivante »
Annaba : ARCELORMITTAL PIPES & TUBES ALGERIA - L'entreprise traverse une zone de turbulences

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires