Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: HARCÈLEMENT DANS LA RUE - Les femmes disent stop !
Zone Membre
Publicités

Annaba: HARCÈLEMENT DANS LA RUE - Les femmes disent stop !

Publié le 19/05/2015
Les femmes disent stop !Remarques gênantes, sifflements, insultes, voire violences physiques... Tous les jours, ici à Annaba où ailleurs, les femmes, peu importe leur âge ou leur physique, sont confrontées au harcèlement de rue. Les campagnes via vidéos et réseaux sociaux se multiplient, ce sont des jeunes étudiants qui essayent de dénoncer ce genre de comportement afin de lutter contre ce phénomène, tout comme la dernière vidéo publiée par les jeunes étudiants de Blida, et cette fois ce sont les étudiants de Annaba qui publient une vidéo de quatre minutes dans ce sens. Le harcèlement de rue ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie. En effet, c’est une forme parmi tant d’autres  de maltraitance, elle peut être morale où physique, elle vise notamment à faire subir à la personne des humiliations. Nous vivons dans une société complexe, nous ne comprenons pas le pourquoi du comment, quelles sont les raisons qui poussent  certains hommes à agir d’une telle façon ? Selon les témoignages des Annabis, les garçons disent « je drague, pour passer le temps », « c’est pour trouver une femme», «je drague que les filles mal habillées », quand à la réaction des filles, « des voyous », « ils ne draguent pas, c’est de l’agression » où alors « ils sont tout simplement mal éduqués ». Récemment, une loi avait été adoptée en mars dernier par les députés, un texte qui pénalise les violences faites à l’encontre des femmes, dont le harcèlement dans les lieux publics, un texte qui n’a pas été encore voté par le Conseil de la Nation. Mais pour le célèbre Cheikh Chemseddine, le prédicateur algérien le plus populaire, et dont certaines de ses analyses religieuses n’ont pas cessé de faire polémique, la drague subie par les femmes, est le résultat de leurs comportement qui provoquent la gent masculine, par leur tenue, maquillage, et parfum. Reste que la seule victime est la femme, car il est quasiment impossible de faire quelques pas dehors sans subir la pression de la « Rue algérienne » qui se conjugue au masculin. Dans le marché ou dans le monde du travail, peu importe le domaine, les femmes doivent affronter toutes les structures sociales. Etre une femme en Algérie relève des responsabilités et des défis pas souvent faciles.

lestrepublicain - 18 mai 2015 - S. Boumaiza

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: CAC - La radiothérapie fonctionnelle dans un mois
Actualité suivante »
Annaba: ECONOMIE LOCALE - Quelles perspectives ?

Les Commentaires

Empêcher une femme de se maquiller, de se faire belle, ce qui relève de sa nature, c'est comme si vous demander à un Serein de boucler le bec par beau temps. Ou à un poisson de ne pas nager dans l'eau. À moins qu'il soit un amphibie.
L'explication et la raison profonde de ce comportement, est à mon avis un manque de confiance en soi. Parceque cette obsession exessive est , apparemment le résultat d'une ou plusieurs frustrations inassouvis qui trouveraient, ensuite l'ouverture de s'exprimer par cette manière agressive, humiliante. Que je qualifierais d'une sorte de racisme à l'égard des femmes.
Les psychologues et autres experts du domaine psychique, ont certainement les bonnes explications à nous donner concernant ce comportement pour le moins barbare.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires