Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba : EN ATTENDANT LE FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN - Les sal...
Zone Membre
Publicités

Annaba : EN ATTENDANT LE FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN - Les salles obscures demandent restauration

Publié le 19/06/2015
Les salles obscures demandent restauration Satisfaction des uns, déception des autres, tel est le constat fait par les responsables en charge après l’annonce faite par M. Azzeddine Mihoubi, ministre de la Culture, sur le retour du festival du cinéma méditerranéen avant la fin de l’année en cours. Cette déclaration solennelle prononcée par le tout nouveau ministre de la Culture lors de sa visite éclair dans la ville des jujubes où il assisté à la célébration de la journée nationale de l’artiste et qui a trouvé un écho favorable par la population annabie, notamment les cinéphiles, a surpris plus d’un et suscité moult interrogations chez certains responsables locaux qui ont été pris au dépourvu dans la mesure où les salles de cinéma que compte la cité de Saint Augustin sont, soit fermées depuis trois décennies, soit ouvertes et délabrées mais qui projettent des films vidéos et des rencontres de football. « Avec quoi nous allons organiser ce festival du moment que toutes les salles obscures dont certaines d’entre elles sont vétustes ou menacent ruine alors que leurs appareils de projection sont désuets», s’est demandé un élu. « Donc, nous demandons aux pouvoirs publics de mettre tout le paquet afin d’engager des travaux d’aménagement et de réfection dans nos salles de cinéma pour que  celles-ci soient prêtes le jour ‘ J’», a-t-il poursuivi. Faute de financement et d’organe de gestion, quelque 600 salles de cinéma réparties à travers le territoire national sont restées fermées depuis le début des années 80 avant d’être cédées au privé dans le cadre de la concession. « Nombre de concessionnaires qui n’ont rien à voir avec le cinéma, ont transformé les salles en salles de projection de films vidéo », nous a confié avec déception et désolation ce même représentant du peuple. Cependant et dès l’annonce de cette nouvelle qui a fait le tour de la ville, le commun des mortels qui s’est réjoui du retour de ce festival souhaite à nouveau renouer avec le cinéma d’une part, et d’autre part, avec cette grande manifestation du 7ème art. Pour rappel, le dernier festival du cinéma méditerranéen remonte aux années 80 et les salles qui l’ont abrité à l’époque sont celles de « Ifriquia », « Variétés », le théâtre et le palais de la Culture. « Vous savez que nombre de citoyens nés après les années 80 ne connaissent pas ce que c’est une salle de cinéma ou ce que c’est un grand écran. Donc, il faut que l’Etat récupère ces salles de cinéma en vue de les restaurer et les réhabiliter », a conclu ce responsable local avec une touche d’espoir.

lestrepublicain - 18 juin 2015  - Nejmedine Zéroug

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : COMMERCE - Chassez l’informel, il revient au galop
Actualité suivante »
Annaba : RÉFUGIÉS SYRIENS - Après la mendicité, l’informel

Les Commentaires

Nos salles sont en effet trop vétustes pour accueillir un festival de cinéma. Soyons réalistes! Il nous faudra procéder, au maximum, à la rénovation de deux ou trois d'entre elles, mais pour le reste, il faudrait surtout songer à construire d'autres plus modèrnes répondant aux exigences d'aujourd'hui.
Dans le même sillage de pensées et de projets, il y a quelque chose de plus important encore pour la ville: C'est la création d'une méga salle de plusieurs milliers de places, genre Zénit, pour différents évènements tels que les concerts, les évènements sportifs,culturels, festifs etc...qui nécéssitent de vastes salles afin d'accueillir et pouvoir organiser de tels évènements pour le plus grand nombre de spectateurs.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires