Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/ Annaba : SIDI HARB - Quand propriété rime avec anarchie
Zone Membre
Publicités

Annaba : SIDI HARB - Quand propriété rime avec anarchie

Publié le 27/06/2015
Quand propriété rime avec anarchieLes constructions anarchiques que l’on peut voir dans une grande partie de Sidi Harb, et surtout  sur la colline qui domine ce quartier où des dizaines de bâtisses collées les unes aux autres, de tous styles et de toutes hauteurs,  sont une véritable injure au regard et à l’environnement. Ce quartier « résidentiel »  car il s’agit de maisons et de villas individuelles pour la plupart, tient plus du bidonville, à la vue du spectacle offert. Un phénomène qui échappe littéralement au service de l’urbanisme  de la wilaya d’après les explications données hier par la responsable du service chargé du POS (Plan d’occupation du sol). « L’administration ne peut intervenir que pour définir les surfaces à construire par rapport à chaque lot, et  les hauteurs des bâtisses. Le reste  relève de l’appréciation de chacun des ceux qui ont acquis le lots à construire  » En amont, les propriétaires des terrains,  pour en tirer le plus de bénéfice possibles, les ont morcelés en une multitude de lots et vendus à des personnes dont « la majorité ignore totalement les règles urbanistiques, chacun voulant  construire sa  maison  ayant la surface exacte du  terrain acquis, ce qui nous a causé beaucoup de problèmes pour redéfinir les priorités et les espaces de servitude entre les bâtisses ». Pour éviter cette anarchie, (aussi bien à Sidi Harb qu’à d’autres quartiers concernés par le même problème), l’Etat avait décidé en 1982, d’acquérir ces surfaces et de dédommager les propriétaires, afin d’introduire les outils d’urbanisme pour organiser l’occupation du sol. Une méthode qui n’a pas eu l’effet escompté ; il y a eu des plaintes, des refus, certains  ex propriétaires ont même repris leurs terrains par voie de justice, et ce procédé a été finalement abandonné, selon les déclarations de notre interlocutrice. Même les conseils des urbanistes ne sont d’aucun effet sur ces acquéreurs  qui font construire leurs maisons dans  des styles disparates, désordonnés, (la plupart  du temps sans style du tout) sur des lots ne dépassant pas, dans la plupart des cas, les 100 m2, ce qui donne cet effet visuel des plus déplaisants, et  il est difficile de croire, en regardant la colline surtout, qu’il s’agit là d’un quartier « chic ». Un autre phénomène est à l‘origine de ce désordre urbanistique, et qui est justement généré par l’absence d’organisation, c’est le fait légitime  que chacun des constructeurs veut absolument profiter de la vue sur la plaine qui se déroule jusqu’à la mer. Sur la colline de Sidi Harb, celui qui construit un R+1, voit que son panorama est obstrué par celui qui construit en face de lui, ce qui le pousse à ajouter des étages et ainsi de suite, et cela se produit sur pratiquement toutes les constructions, avec le résultat que l’on connait. Les urbanistes, impuissants, assistent à ce désordre, alors que l’idéal aurait été un ensemble harmonieux de villas assez éloignées les unes des autres, pour meubler les espaces et donner une vue d’ensemble des plus plaisantes. Mais les propriétaires fonciers, en morcelant au maximum les terres, en ont décidé autrement.

lestrepublicain - 27 juin 2015 - Farida H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : PÉNÉTRANTE AUTOROUTIÈRE GUELMA-ANNABA - Contraintes levées
Actualité suivante »
Annaba: POUR VOL D’UN LOT DE BIJOUX - Une jeune femme arrêtée

Les Commentaires

Mais Madame la résponsable du service chargé du plan d'occupation du sol, si vous assistez impuissante devant cette anarchie, ne trouvez-vous pas que dans votre système ou celui de votre hiérarchie, il y a énomément de failles ? Et que c'est justement là qu'il faudrait remédier pour redresser la situation afin que les mêmes erreurs ne se répètent pas ailleurs ? Puisque la surface à construire par rapport à chaque lot est définit par votre administration, pourquoi ne stipulez-vous pas dès le début aux propriétaires, qu'en dehors de la surface à construire le reste de la propriété est strictement interdit de le vendre, combien même il serait roi chez lui. Ce sont des espaces réservés au jardin, à la verdure, mais également pour éviter la promiscuité, et surtout ne pas en faire des favelas, puisque malheureusement c'est le cas. Parce que si on ne contraint pas le futur propriétaire, par des mesures, s'il le faut coercitives, cadrant le réglement, il ferait n'importe quoi du moment qu'on lui laisse la liberté de gérer cela à sa guise. Résultat, c'est le chaos et l'anarchie totale qui défigurent le paysage urbain.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires