Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/ Annaba: CHAMP DE MARS - Une vitrine de l’action citoyenne mais…
Zone Membre
Publicités

Annaba: CHAMP DE MARS - Une vitrine de l’action citoyenne mais…

Publié le 20/10/2015
Une vitrine de l’action citoyenne mais…Ceux qui n’ont pas constaté les changements survenus au niveau du quartier du Champ de mars, n’en croiront pas leurs yeux et cela grâce surtout à la mobilisation des résidents et aux efforts consentis pour leur propre bien-être, ce qui est normalement attendu de toute communauté urbaine. Il y a à peine 10 ans, ce quartier, entre autre la place centrale, était devenu un immense dépotoir, une véritable décharge, « grâce » aux pratiques des vendeurs à la sauvette de fruits et légumes attirés par la proximité de la station de bus intercommunale Kouche Noureddine. Grâce aussi au laxisme des pouvoirs publics alors, ce quartier était devenu une zone de non droit ou le commerce informel faisait la loi, les élèves  de deux écoles primaires et d’un CEM devaient se faufiler entre les étals pour accéder aux établissements et étaient obligés d’étudier dans un vacarme infernal et quotidien, d’appels au chaland, de vocifération et d’obscénités. Les résidents eux étaient presque obligés de demander la permission pour pouvoir rentrer chez eux et beaucoup avaient été agressés pour avoir demandé à un vendeur de s’écarter d’un pas de porte. Il avait fallu une campagne médiatique pour dénoncer cet état de non droit et pour qu’un sursaut salutaire ait lieu mais aussi et surtout que les résidents s’organisent pour combattre le fléau qui s’était abattu sur un quartier résidentiel qui n’en demandait pas tant, El Hattab étant à une encablure seulement. Aujourd’hui, il n’y a plus de commerce informel dans les rues et l’espace central a pris l’aspect normal d’une place appelant au repos avec ses espaces verts, ses arbres, ses rosiers et même des décors dus aux résidents, à travers les représentants du quartier. Pourtant ce n’est pas la fin des problèmes même si beaucoup a été fait et avec l’ouverture de la DRAG  communale, dès samedi, cet endroit peut servir comme appoint à cette amélioration du service public ou redevenir un dépotoir si les pouvoirs publics ne prennent d’ores et déjà des mesures préventives que les résidents n’ont aucun moyen de prendre. Par exemple, depuis quelques temps, des prostituées ont fait de cette place centrale un lieu de racolage et tenez vous bien, juste en face de l’entrée de l’école primaire et leur langue autant que leur langage sont suffisamment acérés pour répondre de haut à ceux des résidents qui leurs demandent de partir. C’est une atteinte caractérisée aux mœurs que seule la police peut combattre et maintenant car cette place va servir grandement avec l’afflux d’usagers de la DRAG et il faut la préserver comme espace de repos notamment pour ceux qui viennent d’ailleurs. Comme il faut être vigilant à empêcher l’installation de commerces informels, il y a tous les commerces  dans ce quartier, des cafés, des restaurants, des fastfoods, des kiosques à tabacs… Et surtout écouter les résidents, à travers leurs représentants, dont les exigences se résument à la préservation de cet espace communautaire et son amélioration qui, aujourd’hui, est une nécessité avec l’ouverture de la DRAG, pour offrir à tout venant l’image d’une véritable métropole et non d’un douar livré à l’anarchie.

Lestrepublicain - 19 octobre 2015 - Ammar Nadir

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: ILS ONT LEVÉ L’ANCRE D’AÏN-BARBAR - 7 harraga repêchés et 4 autres en fuite
Actualité suivante »
Annaba: Bidonville de Oued Forcha - La favela des temps moderne

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires