Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Zone Membre
Publicités

Annaba: Journée internationale contre les violences faites aux femmes

Publié le 25/11/2015
violencePas moins de 7.000 cas de violences contre les femmes ont été enregistrés depuis le début de l’année 2015, dans la wilaya de Annaba.

Des chiffres alarmants, révélés lors de la conférence qu’a tenue l’Association Femmes Algériennes pour le Développement « AFAD », à la Faculté de médecine, à l’occasion du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes.

En cette occasion, l’association « AFAD » a organisé une journée d’information et de sensibilisation sur le thème des violences perpétrées contre les femmes, au niveau de la faculté de médecine, avec le concours du club scientifique Averroès. Cette journée a été une occasion pour présenter l’association et ses membres aux nouveaux étudiants de l’université Badji Mokhtar et d’informer l’auditoire sur les perspectives envisagées à moyens et longs termes.

« AFAD » est l’une des associations les plus actives en Algérie et dans plusieurs Pays de la Méditerranée, destinée à la défense et la promotion des droits de la femme. Les intervenants, parmi lesquels figurait Maitre Bouguetta Ould Houcine, ont présenté et débattu avec les étudiants et les invités la loi annoncée sur le harcèlement de la gente féminine, loi qui a été votée par l’APN et qui est actuellement en attente de validation par le sénat. Les conférenciers ont développé avec l’assistance les démarches et approches pratiques, sur les plans médical voire judiciaire, à adopter dans les cas avérés de violences physiques et morales, afin que les victimes puissent faire valoir leurs droits, juridiquement parlant, appuyés par la médecine légale.  A la fin de la rencontre, un court métrage du réalisateur Algérien Yanis Koussim, intitulé « Khouya » (Mon frère) a été projeté. L’histoire traite du vécu de trois sœurs qui sont régulièrement battues par leur frère Tarek. La maman (Sonia), témoin du comportement violent de leur frère, ne fait rien pour mettre fin au drame subi par ses filles. Cette projection donna lieu à un débat portant sur la situation de la femme dans la société à l’aube du 21éme siècle.

Le provencial -25/11/2015 - Sadouki Soufiane

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Sécurité routière - La gendarmerie organise une campagne de sensibilisation
Actualité suivante »
Annaba: Travaux d’entretien, rénovations, aménagements… - Pourquoi attendre la pluie pour réveiller les engins

Les Commentaires

Pourquoi tant de mépris contre les femmes ? Pourquoi tant de violences contre des êtres qui ne peuvent pas se défendre physiquement ? D'où vient cette prérogative des hommes de se conduire en êtres dominants, d'un autre rang, d'une autre valeur ? D'où vient également cette prétendue supériorité absolu de l'homme sur la femme ?

Les femmes ont jalonné, pour nous les hommes, tout le parcours de notre vie.
À commencer par notre mère qui nous a mis au monde et qui s'est tant inquiétée, pour son fils, tout le long de sa vie , même s'il est vieillard.

Celle qui m'a aidé à faire mes premiers pas de bambin, était une femme.
Celles qui m'ont défendu, au risque d'être prises à partie, sont des femmes. Demandez-vous de quel côté est le courage.
Celle qui m'a aidé à monter à vélo pour la première fois était une femme.
Celles qui m'ont appris à lire et écrire étaient souvent des femmes.
Celle qui m'a sauvé d'une noyade certaine,au péril de sa vie, alors que je suis tombé dans un puit à l'âge de 10 ans, était,là aussi une femme. Demandez-vous là également de quel côté se trouve le courage. Alors qu'il y avait la présence de plusieurs hommes sur les lieux.
Celle qui m'a sauvé la vie, sur une table d'opération, alors que j'étais à deux doigts de la mort, après un accident grave, était une femme. Une excellente et ravissante professeur en chirurgie.
La liste est encore longue.
Dite-moi en quoi dois-je me prétendre supérieur à elles et les traiter en esclaves ?
Dite-moi en quoi une femme qui a fait de brillantes hautes études, mille fois supérieurs aux miennes, dois-je la regarder comme un être condamnable, indigne d'estime et d'attention, parce qu'elle est femme ?
Dite-moi au nom de quoi, dois-je m'élever au-dessus d'elles et les redouter comme une peste ou comme moins que rien, alors qu'elles ont prouvé maintes fois le contraire.
Ceci dépasse le stade du sexisme, c'est tout simplement du racisme.
Tenez-vous bien les gars! Et n'en déplaise à ceux qui ne supportent l'existence des femmes, celles qui vont bientôt gouverner le pays ce seront des femmes que vous le vouliez ou non! Car, en ce moment, celles qui font des efforts, celles qui travaillent le mieux à l'école, au lycée et à l'université sont les jeunes filles et les jeunes étudiantes.
Dites-moi et non dite-moi
"NOUS CONDAMNONS FERMEMENT TOUTES LES VIOLENCES A L'EGARD DES FEMMES ET DES JEUNES FILLES"

L'Union Européenne et Mondiale est fermement résolue à intensifier ses efforts pour faire de la violence sexiste un problème du passé.
"Il n'y a que les crapules et les lâches qui tabassent la mère de leurs enfants"
Merci Mofannabi. On est au moins deux à avoir un son de cloche différent sur ce sujet.
bonjour,
je suis sur qu'il y a aussi de la violence en vers les hommes!!!il ne faudrait pas l'oublier.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires