Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba : CITE SAFSAF - Réfection imminente des trottoirs
Zone Membre
Publicités

Annaba : CITE SAFSAF - Réfection imminente des trottoirs

Publié le 14/01/2016
L’opération de réfection des trottoirs qui s’inscrit dans le cadre du programme de développement local et qui a touché presque tous les quartiers de la ville des jujubes a fait la joie et le bonheur d’un grand nombre d’habitants, mais ceux de la cité Safsaf sont mécontents et se demandent pourquoi les travaux de réfection des trottoirs de leur quartier n’ont pas été exécutés à ce jour, ce qui a causé des désagréments à plusieurs piétons. « En rentrant chez moi, j’en ai vu des vertes et des pas mûres ». Les trottoirs qui bordent de part et d’autre le boulevard traversant depuis la cité Safsaf jusqu’à la cité du 5 juillet sont dans un piteux état. Plusieurs citoyens sont alors victimes de graves chutes en raison du mauvais état de ces trottoirs qui sont complètement défoncés. Moi aussi, j’ai failli une fois me fracturer la jambe et le bras. Je suis tombé à quelques mètres de la banque privée Société générale et de l’abri bus. Même mon fils à peine âgé de 8 ans est tombé mais par bonheur il est sorti indemne », nous a raconté un jeune professeur de langue allemande qui souhaite que les responsables locaux fassent vite pour ordonner à l’entreprise réalisatrice d’entamer dans les meilleurs délais les travaux de réfection des trottoirs qui longent cette grande et principale artère. Cependant tout le monde s’accorde à dire que la ville des jujubes connait quelques changements depuis l’avènement de la nouvelle équipe communale. Cette dernière à sa tête le premier magistrat de la ville qui s’attèle depuis son élection à redorer à la cité de Saint Augustin son blason d’antan et à lui rendre son statut de Coquette, fait feu de tout bois pour améliorer en premier lieu le cadre de vie des citoyens qui se plaignent de beaucoup de choses. « Ce n’est pas normal qu’une importante cité comme la nôtre ne soit pas prise en charge par les autorités locales, laquelle accuse un déficit en matière d’infrastructures sportives et socioculturelles. De par sa superficie et le nombre impressionnant de ses habitants, elle devrait être promue comme commune et pourquoi pas Daïra dans le prochain découpage administratif », a-t-il ajouté. De l’avis de certains résidents que nous avons rencontrés sur les lieux, ils sont tous unanimes quant à la réfection imminente de ces trottoirs qui ont causé d’importants dégâts corporels et matériels avant qu'il ne soit trop tard.

lestrepublicain -
14 janvier 2016 -  Nejmedine Zéroug

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: MÉDIA - Radio FM de Annaba fête ses 19 ans
Actualité suivante »
Annaba: MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION - Les prix du ciment, du rond à béton et du bois s'envolent

Les Commentaires

DEVANT LA LOI LES ALGERIENS SONT EGAUX. NOUS DEMANDONS L ABROGATION DE L ARTICLE 51 DE LA CONSTITUTION. OUYAHIA TU VAS EXPLOSER LE PAYS PAR TON INITIATIVE IRRESPONSABLE.
APPEL AUX ALGERIEN DE L ETRANGER/ ENVOYER VOS PROTESTATIONS A LA PRESIDENCE POUR DIRE NON A L ARTICLE 51 DE L EXCLUSION DE LA NOUVELLE CONSTITUTION.UNE ENVELOPPE AVEC UNE CARTE POSTALE DE NOTRE VILLE DE RESIDENCE EN INSCRIVANT NON A L ARTICLE 51 DE LA CONSTITUTION.
C EST EN 1950 QUE LA REVOLUTION ALGERIENNE A PRIS NAISSANCE AVEC LA PREMIERE REUNION DE ALI MAHSAS DIT HAOUASSI M BAREK,BOUDIA ET DIDOUCHE DANS UN CAFE DE ST GERMAIN DES PRES. LA PREUVE QUE C EST CETTE IMMIGRATION ET SES 60 000 MILITANTS QUE LA RELVOLUTION A PRIS SA VITESSE DE CROISIERE. ALORS, POUR CETTE RAISON NOUS DEMANDONS L ABROGATION DE L ARTICLE 51 DE CETTE NOUVELLE CONSTITUTION.L ALGERIE A BESOIN DE TOUS SES ENFANTS.
Si nos amis d'Annaba City nous permettent de nous écarter du sujet de l'article, voici mon cher ami Lille 1 mon avis sur cet article 51 de la nouvelle constitution.

D'abord pour quelle raison exclut-on les binationaux ? Sur quoi est fondé ce rejet ? Sont-ils incompatibles avec la ligne du pays ? Dans ce cas il faudrait expliquer les motifs. Ou bien a-t-on plutôt peur de ces binationaux ? Pace que plus dynamiques, plus entreprenants, plus compétents, plus aptes à changer les choses. Ce qui peut aisément justifier la crainte qu'éventuellement certains éprouveraient devant des gens plus sûr, plus confiants, plus certains dans ce qu'ils entreprennent. Parce que ayant des aptitudes et des qualités qui les distinguent de beaucoup. Mais si c'est le cas, quel perte pour notre nation ! Quel gâchis pour notre pays ! De mettre à l'écart ce potentiel humain qui renferme certainement d'énormes possibilités, capables de donner à notre pays un coup d'accélérateur qui le propulserait d'un grand bon en avant. C'est plutôt une richesse de faire appel à ces binationaux éparpillé sur toute la planète. Ces hommes est ces femmes sont dans leur coeur, il faut le rappeler d'abord Alériens, beaucoup plus qu'autre chose. La majorité d'entre eux, que ce soient ceux de la première ou la deuxième génération, sont rejetés, ils sont différemment traiter dans les pays qui les ont accueilli autrefois, par rapport au reste de la population. Malgré les diplômes des grandes écoles ou les préstigieuses études universitaires, ou encore la compétence indiscutable de certains d'entre eux. On leur a accordé le droit du sol, parcequ'on ne pouvait pas faire autrement. Mais au font la plus part d'entre eux sont exclus, car ne correspondant pas, de part leur origine, leur confession et leurs traditions,etc... au modèle dominant des sociétés occidentales.
Donc, si l'Algérie exclut ces citoyens, car ils restent d'abord, jusqu'à preuve du contraire des Algériens à part entière, ils se trouveraient rejetés des deux cotés. N'appartenant ni à l'un, ni à l'autre des pays. Et pourtant un grand nombre d'entre eux manifeste souvent le désir de servir et s'investir dans le pays de leur parents et grands-parents en fournissant à celui-ci un apport supplémentaire qui l'enrichirait encore plus. Parcequ'ils s'éstiment avant tout chez eux. Ils se sentent plus accéptés et surtout utiles. Ils éprouvent dans leur majorité, une très forte affinité avec l'Algérie, mille fois plus proche que le lien avec le pays qui leur a accordé cette double nationalité ou cette double citoyenneté. En fait cette double nationalité n'a pour but , aux yeux de la plupart d'entre eux, que pour facilité un peu leur existence, comme par exemple s'éviter les tracasserie et autre traitements défavorables lorsqu'ils se déplacent ou lorsqu'ils voyagent d'un pays à un autre. Car dès qu'ils présentent notre passeport vert,comme pour ceux qui ont tenté cette expérience en affichant avec fierté leur origine, alors qu'ils avaient celui du pays d'accueil dans la poche, ils se sont aussitôt vu durement rudoyer par la paroles et la brutalité du ton, sans ménagement ni autre considération. On les traite avec un grand mépris comme des moins que rien. Surtout en cette période avec le terrorisme et la peur qui gagne le monde riche. Ils sont immédiatement suspectés, humiliés et traiter différemment des autres passagers pour ne pas dire comme des chiens.
Donc, cette double nationalité est pour eux beaucoup plus une protection dans le monde discriminatoire et injuste dans lequel ils vivent, qu'une adhésion à la vie de ces pays qui leur ont accordé difficilement de droit de résider. Puisqu'ils sont rejetés, exclus, ne faisant pas partie de ce monde auquel, pour la plupart d'entre eux ne se sont jamais senti y appartenir.
Le précédant commentaire est signé Ricrac.
Merci pour ce commentaire qui fait chaud au cœur et qui rend justice à notre communauté résidente à l'étranger. j'espère que nous seront entendus et que d'autres personnes nous soutiennent dans notre démarche . notre jeunesse est une richesse pour le pays!!!!
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires