Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/ Annaba: EMIGRATION CLANDESTINE - Un mort, 8 disparus et 5 survivants
Zone Membre
Publicités

Annaba: EMIGRATION CLANDESTINE - Un mort, 8 disparus et 5 survivants

Publié le 05/02/2016
Une tentative d’émigration clandestine a viré au drame pour les 14 candidats ayant pris le large  à bord d’une embarcation de fortune  il y a 4 jours à partir de la plage de Sidi Salem. La plupart des harraga sont originaires de la vieille-ville et deux seulement sont respectivement de Sedrata et Dréan. Portés disparus depuis quatre jours, leur embarcation en souffrance, a été interceptée avant-hier vers 18h30, par les Gardes-côtes au lieu dit Segleb, une plage située à la frontalière algéro-tunisienne, non loin de la commune de Souarekh à Oum Tboul. Parmi les 14 candidats, il ne reste que 5 survivants alors que 8 autres sont portés disparus et un corps sans vie a été repêché. Ce dernier est décédé des suites d’un problème de santé. L’opération de sauvetage s’est poursuivie jusqu’à minuit de la même journée et les recherches ont repris dans la journée d’hier pour tenter de trouver les 8 candidats portés disparus. Selon une source proche de l’opération de sauvetage, vers 16h, les 4 semi-rigides de la marine nationale et les 4 maitres-nageurs dépêchés par l’unité de la Protection civile de la wilaya d’El-Tarf n’ont pas réussi à repêcher les corps ou trouver d’éventuels survivants. Présents à cette opération de sauvetage, les éléments de la Gendarmerie nationale, qui devaient déterminer les circonstances qui sont à l’origine de la disparition des autres harraga. Ce drame est survenu au moment où des mesures de contrôle à l’égard des candidats à l’émigration clandestine, seront prochainement renforcées après la recrudescence inquiétante du phénomène depuis le mois de décembre de l’année écoulée. Une situation qui inquiète de plus en plus les pouvoirs publics, censés respecter les mesures prises à travers les pays du monde pour lutter contre ce phénomène. Depuis ladite date, le nombre de tentatives a considérablement augmenté contrairement aux quatre dernières années, où la plupart des jeunes avaient renoncé à l’idée de l’émigration clandestine dont plusieurs tentatives avaient été déjouées. Au niveau des Gardes-côtes de la façade maritime Est, c’est le branle-bas de combat, notamment après la publication sur les réseaux sociaux des vidéos de plusieurs candidats arrivés à bon port. Puis la photo du candidat repêché avant-hier. La plupart des visages sont connus, des lors qu’il s’agit de jeunes originaires de la ville de Annaba, tel que le quartier de la Plaine Ouest. On parle de 21 embarcations arrivées en un temps record, soit pendant les mois de décembre et janvier. Pas moins de 200 candidats ont réussi à atteindre l’autre rive de la Méditerranée. A cela s’ajoute le nombre d’individus interceptés en l’espace de deux mois seulement et qui s’élève à environ 250 individus. L’explosion sans précédant du phénomène, a mis les autorités militaires en état d’alerte. L’objectif est désormais d’arrêter l’hémorragie en renforçant la sécurité au large. L’expérience acquise par des passeurs chevronnés facilite davantage la traversée en cette période où le beau temps a favorisé les multiples départs réalisés entre deux pays en un temps record. Une chose est sûre, des mesures doivent être prises en urgence avant l’arrivée de la saison d’été.
B
ranle-bas de combat à Segleb
Branle-bas de combat, en cette matinée d’hier, au niveau de la plage Segleb, dans la commune d’Oum Théboul, wilaya d’El-Tarf, limitrophe des eaux maritimes tunisiennes, vers laquelle ont convergé les gardes-côtes de la marine nationale appuyés par des renforts de la Protection Civile. 
Il s’agissait, en fait, de 14 harraga, partis des côtes de la wilaya de Annaba, précisément de Oued Bagrat, dans la commune de Séraidi, il y a de cela quatre jours et dont les parents, inquiets au plus haut point, n’avaient  eu aucune nouvelle. Car, comme, c’est d’usage chez les harragas, l’on ne manque pas de rassurer les parents dès qu’ils atteignent la côte italienne. Selon les services de la Protection civile, cinq, parmi ces harraga ont été secourus sur cette plage alors qu’un sixième était sans vie. Aucune trace de la barque pour le moment, ni des huit autres personnes, portées disparues qui étaient aussi à bord de cette embarcation, selon les services de la Protection civile. Il  est utile de rappeler que l’on est encore, sans nouvelles, de 16 harragas partis le 1er janvier 2016.

lestrepublicain -
03 février 2016 - Boufessioua Sofiane/ Abdelhak H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba : INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT COLLECTIF - Vers le relookage de la gare routière de Sidi Brahim
Actualité suivante »
Annaba: CIRCULATION AUTOMOBILE - Un casse-tête insoluble ?

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires