Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: BOULEVARD DU 1ER NOVEMBRE - 3,38 milliards pour la rénovati...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: BOULEVARD DU 1ER NOVEMBRE - 3,38 milliards pour la rénovation de l’éclairage

Publié le 13/03/2016
3,38 milliards pour la rénovation de l’éclairage publicLe conseil communal vient d’approuver un marché de rénovation de l’éclairage public du boulevard du 1er novembre 1954, un projet inscrit dans le  Plan Communal de Développement de 2014, pour un montant de 3,38 milliards de centimes. Une bonne nouvelle pour les riverains qui ne cessent de se plaindre de l’obscurité qui est le lot, chaque nuit, de cette artère pourtant la plus huppée de la ville  après le Cours de la Révolution. Il est vrai que l’obscurité n’est pas totale mais par endroit les réverbères ne s’allument pas. Etonnant pour ce boulevard qui est encadré à son amorce par la wilaya d’un côté, l’hôtel Seybouse International et l’Hôtel des Finances de l’autre ; ou l’on trouve un autre hôtel, les directions de l’urbanisme, des travaux publics et la DLEP, l’Institut Français, la cinémathèque même si en chantier éternel. On y trouve aussi des banques, des assurances, des opérateurs de téléphonie mobile et nombre de commerces hauts de gammes ainsi que des immeubles résidentiels, considérés eux aussi parmi les plus huppés de la ville. Mais le plus étonnant constat n’est pas celui de l’éclairage défaillant qui va finalement être rénové, c’est l’état des trottoirs dont certaines parties remontent à l’indépendance ou refaites par les particuliers, surtout devant les commerces. Non seulement les trottoirs sont dans un état lamentable, et ce tout le long jusqu’au boulevard Ben Boulaid qui est dans le même état mais une partie a même été convertie en parking ! Renversant non ? Surtout pour l’artère empruntée généralement pas les cortèges officiels. Quoi qu’il en soit ce problème a aussi été évoqué par le conseil communal dernièrement, ce qui répond là aussi au souci des riverains qui ne comprennent pas cette situation, sachant qu’en matière d’éclairage public et trottoirs, les quartiers populaires et périphériques sont mieux lotis. Il faut noter que la population a longtemps accusé les pouvoirs publics et la commune de s’intéresser uniquement aux quartiers du centre ville ou résidentiels, en matière d’équipement et d’aménagement.

lestrepublicain -
13 mars 2016 -  Ammar Nadir
« Actualité précédente
Annaba: CHU - 4 nouvelles transplantations rénales réussies
Actualité suivante »
Annaba: S’ESTIMANT DES LAISSÉS-POUR-COMPTE - Les habitants de Z’Gâa en appellent au wali

Les Commentaires

Comme c'est l'artère vitrine de notre ville, au même titre que le Cour, il faudrait, concernant les trottoirs, quand le conseil communal aura délibéré, un autre matériau que le bitume qu'on a utilisé récemment pour les trottoirs du centre ville. Je pense , par exemple à un carrelage de qualité, poli, proche du marbre qui coûterait un peu plus cher, mais qui serait à la hauteur de l'artère la plus célèbre de notre ville. Ceci n'est pas un luxe, mais tout simplement une chose qui doit être au rang de la voie de communication la plus fréquentée, non seulement par les Bônois eux-mème, mais également par un grand nombre de visiteurs nationaux en période estivale. Dans toutes les villes du monde qui sont bien administrées, on privilégie toujours un lieu, une allée, un boulevard, un quarier etc... par rapport au reste de la ville pour en faire le symbole, la marque qui caractérise la ville. Et, c'est souvent d'ailleurs ce que les gens de passage retiennent comme chose positive dans leur esprit, quand on parle de telle ou telle ville.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires