Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: LE PHÉNOMÈNE PREND DE L’AMPLEUR - Des tonnes de pain à la p...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: LE PHÉNOMÈNE PREND DE L’AMPLEUR - Des tonnes de pain à la poubelle

Publié le 04/04/2016
Réduire la taille de la policeIl fut un temps où les gens embrassaient un croûton de pain et le portaient à leur front avant de le déposer dans un endroit où il ne risquait aucune souillure pour que quelqu’un d’autre puisse le prendre et s’en nourrir. C’était rare parce qu’on ne jette pas « naamat rabi », la manne de Dieu,  tellement cela suffisait comme nourriture. Aujourd’hui, c’est par tonnes qu’on le jette, au point que sa récupération est devenue une industrie. C’est le seul pays au monde où des industries entières de poulets de chair ou de poules pondeuses utilisent le pain récupéré comme alimentation au lieu et place de grains. Cela coûte moins cher et idem pour le bétail, alors qu’ailleurs des gens meurent de faim faute d’un croûton de ce pain qu’on jette ici. A Haïti, les gens sont pauvres qu’ils mangent des galettes faites d’un mélange de farine et d’argile alors qu’ici, un soi-disant père de famille achète 10 baguettes de pain frais chaque jour et en dépose l’équivalent de 5, en morceaux, devant la porte de son voisin, le lendemain. Il ya deux ans, il fallait que quelqu’un passe dans les quartiers en appelant au « pain dur », il y a toujours eu des poulaillers domestiques pour en faire l’usage mais en petites quantité ; il fallait en laisser exprès. Aujourd’hui, il n’y a plus besoin d’appeler, il suffit de se promener et de ramasser les sachets remplis de pain de la veille et il se trouve des gens pour parler de pauvreté ! D’ailleurs ceux qui se prétendent tels vous, regardent d’un sale œil si en vous demandant l’aumône, vous leur donniez un pain; ils veulent son prix en bonne monnaie. Quelqu’un vous dira, ce qui est une mauvaise excuse, que le pain ainsi jeté est de mauvaise qualité, c’est faux puisque tous les genres de pain sont jetés et encore plus la galette et  même le pain maison qu’on appelle pain du four. Non, les gens sont rassasiés contrairement aux Egyptiens par exemple, pour qui le pain est rationné. On prétend dans dans ce pays que c’est devenu un reflexe de jeter le surplus de nourriture même si, c’est encore mangeable. Un peuple qui en arrive là, n’a aucun droit de se plaindre de quoi que ce soit et surtout pas de pauvreté.

lestrepublicain -
04 avril 2016 - Ammar Nadir
« Actualité précédente
Annaba: 6.000 logements sociaux à distribuer en 2016
Actualité suivante »
Annaba: Programme de formation «get ahead» - Miser sur l’entrepreneuriat féminin

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires